for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Berlin vise un accord sur le budget européen dans les semaines qui viennent

L'Allemagne espère parvenir dans les semaines à venir à un accord sur le budget européen pour la période 2021-2027 et le plan de relance de 750 milliards d'euros, a déclaré mercredi un haut responsable du gouvernement à la veille du Conseil européen des 1er et 2 octobre. /Photo prise le 16 juillet 2020/REUTERS/Yves Herman

BERLIN (Reuters) - L’Allemagne espère parvenir dans les semaines à venir à un accord sur le budget européen pour la période 2021-2027 et le plan de relance de 750 milliards d’euros, a déclaré mercredi un haut responsable du gouvernement à la veille du Conseil européen des 1er et 2 octobre.

Les négociations pourraient cependant se heurter au veto de la Hongrie et la Pologne, qui ont d’ores et déjà menacé de s’opposer à un projet budgétaire prévoyant des sanctions contre les pays ne respectant pas l’état de droit.

Selon ce haut responsable du gouvernement allemand, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, l’état de droit n’est toutefois pas officiellement inscrit à l’agenda des négociations, mais sera abordé en marge des débats.

Les dirigeants de l’UE ont conclu en juillet, à l’issue d’un sommet marathon de plus de quatre jours à Bruxelles, un accord sur un fonds de relance de 750 milliards d’euros, qui s’accompagne d’un projet de budget de près de 1.100 milliards d’euros, destiné à faire sortir le bloc de la plus grave crise économique qu’il a connue depuis la Seconde Guerre mondiale. Cet accord doit encore être voté au Parlement européen et ratifié par tous les Etats membres.

Le nouveau sommet, qui réunira les chefs d’Etat et de gouvernement des pays du bloc, sera également consacré à la politique étrangère, en particulier aux tensions avec la Turquie et la situation en Méditerranée orientale.

Les relations avec la Chine, la situation en Biélorussie et le dossier de l’empoisonnement présumé de l’opposant russe Alexeï Navalny seront également abordés.

Le marché unique, la politique industrielle et la transformation numérique figurent également à l’ordre du jour.

Thomas Escritt; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up