for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

Accord entre Bruxelles et Pékin sur les appellations protégées des aliments exportés

BRUXELLES, 14 septembre (Reuters) - L’Union européenne (UE) et la Chine ont signé lundi un accord dans le but de protéger leurs exportations respectives d’aliments et de boissons, comme le fromage feta et la pâte de haricots Pixian, avant des discussions difficiles sur le commerce, le changement climatique et les droits de l’homme qui auront lieu lors d’un sommet en ligne.

Les deux parties respecteront les noms de 100 indications géographiques (IG) européennes et 100 équivalents d’origine chinoise, ce qui veut dire par exemple que la Chine n’autorisera l’utilisation de la dénomination “champagne” que sur le vin pétillant issue de la région du même nom.

En 2019, la Chine a été la troisième destination des exportations de produits agricoles et alimentaires de l’UE, pour une valeur de 14,5 milliards d’euros.

Le nouvel accord est un tour de force pour l’Europe, puisque les producteurs des États-Unis, de l’Australie ou de la Nouvelle-Zélande ne seront plus autorisés à utiliser les dénominations protégées sur leurs exportations vers la Chine, même s’il y a une période de transition dans le cas de certains fromages.

Le Président chinois Xi Jinping et la chancelière allemande Angela Merkel, accompagnés de la présidente de l’UE Ursula von der Leyen, s’entretiendront à partir de 12h00 GMT sur les sujets les plus épineux dans le cadre d’un sommet qui aurait dû avoir lieu dans la ville allemande de Leipzig.

“C’est le moment de passer à l’action pour remédier aux déséquilibres et d’exercer un leadership mondial,” a dit sur Twitter avant la réunion le président du Conseil européen, Charles Michel.

Les relations entre l’UE et la Chine se sont tendues notamment depuis la nouvelle loi de sécurité nationale imposée à Hong Kong, largement critiquée par la communauté internationale car considérée comme portant atteinte aux droits fondamentaux.

L’Union Européenne cherche à obtenir un engagement plus fort sur le changement climatique de la part de la Chine, le plus gros pollueur au monde.

Les deux puissances régionales ont aussi des difficultés à signer un accord d’investissement d’ici la fin de l’année destiné à offrir aux entreprises européennes un accès plus large au marché chinois et à éviter le durcissement des barrières commerciales. (Philip Blenkinsop et Robin Emmott, version française Flora Gomez, édité par Blandine Hénault)

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up