for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

Entretien de Macron avec Berri pour faciliter la formation du gouvernement-responsable libanais

BEYROUTH, 13 septembre (Reuters) - Emmanuel Macron s’est entretenu par téléphone avec le président du parlement libanais afin de lever un obstacle à la formation d’un nouveau gouvernement chargé de sortir le pays de la crise, a déclaré dimanche un responsable politique libanais.

Le président Nabih Berri dirige le mouvement Amal, un parti musulman chiite allié au puissant groupe du Hezbollah.

Lors d’une visite du chef de l’Etat français à Beyrouth le 1er septembre dernier, les responsables libanais se sont engagés à former un gouvernement composé de techniciens dans les quinze jours, une échéance qui se rapproche ainsi à grands pas.

Selon une source politique haut placée, il faudrait toutefois “un miracle” pour respecter le calendrier alors que la formation d’un gouvernement prend généralement plusieurs mois.

Kassem Hachem, un responsable de la formation parlementaire dirigée par Nabih Berri, a déclaré que l’entretien avec Emmanuel Macron avait eu lieu samedi.

Il a précisé que le président du parlement libanais avait indiqué à Emmanuel Macron que le portefeuille des Finances - au coeur des difficultés pour former le gouvernement - devait comme dans le passé être attribué à un représentant de la communauté chiite.

Mustapha Adeeb, un diplomate d’origine sunnite, a été chargé de composer ce gouvernement de mission.

Avare de déclarations publiques, il serait toutefois déterminé selon plusieurs sources à remettre en cause le partage historique des portefeuilles ministériels sur une base confessionnelle.

La “feuille de route ” fixée par la France comporte une série de mesures visant à lutter contre la corruption endémique dans le pays et à restaurer la situation financière catastrophique du Liban, plongé dans la plus grave crise de son histoire depuis la guerre civile de 1975-1990.

Une aide internationale de plusieurs milliards de dollars a été promise au Liban en 2018, mais ces fonds restent bloqués dans l’attente d’un plan crédible de réformes structurelles.

Le futur ministre des Finances jouera un rôle clef dans la préparation de ce plan de réforme, en particulier concernant le volet de la restructuration du secteur financier, alors que le cours de la livre est en chute libre, plongeant de nombreux Libanais dans la pauvreté.

Bureau de Beyrouth, rédigé par Edmund Blair, version française Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up