for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

3 QUESTIONS À-La BCE n'a pas à paniquer face à la hausse de l'euro-OFI AM

PARIS, 11 septembre (Reuters) - La Banque centrale européenne a eu raison de ne pas se précipiter pour annoncer de nouvelles mesures à l’issue de sa réunion de rentrée et n’a aucune raison de paniquer face à l’envolée de l’euro, dit à Reuters Jean-Marie Mercadal, directeur général délégué en charge des gestions chez OFI Asset Management

1/ Comment expliquez-vous la réaction plutôt modérée des marchés à cette réunion de rentrée de la BCE ?

Jean-Marie Mercadal - “Globalement, les marchés n’attendaient pas grand-chose de cette réunion de la BCE. Il était clair que d’éventuels grands changements ne seraient pas pour tout de suite parce que la revue stratégique qui a été annoncée en début d’année n’est pas finie. Le fait que la Fed ait donné de nouvelles indications sur sa politique monétaire ne signifie pas que la BCE doive s’inscrire dans le même calendrier.

“Sur les prévisions, compte tenu des incertitudes qu’il y a aujourd’hui, il ne fallait pas s’ attendre à ce que la BCE les modifie significativement.”

2 / Les déclarations de Christine Lagarde disant que la BCE va surveiller l’évolution de l’euro vont-elles suffire à calmer la monnaie unique ?

Jean-Marie Mercadal - “On n’attendait pas de grande déclaration sur la politique de change. Il n’y a pas encore le feu. Le fait que les Français et les Allemands se soient mis d’accord sur un plan de relance financé par la Commission européenne est un signal très fort qui a redonné de la crédibilité à l’euro. C’est vraiment cela qui a donné une première impulsion à l’euro. Il y aussi des facteurs fragilisants pour le dollar qui entrent en ligne de compte.

“Autour de 1,20 dollar, ce n’est pas encore trop grave. L’euro a été créé environ dans ces eaux-là, si vous vous souvenez. Tant que l’on ne va pas trop fortement vers les 1,40, 1,50, la BCE ne va pas paniquer par rapport à cela.”

3/ La BCE a-t-elle, selon vous, laissé entendre qu’elle pourrait mettre en oeuvre des mesures de soutien supplémentaires dans un avenir proche ?

Jean-Marie Mercadal - “Non. La BCE a dit que la politique de soutien qui avait été mise en place face à l’urgence de la pandémie avait été efficace et avait permis une reprise du crédit. Le programme est maintenu et il marche. Nous sommes dans une phase de reprise avec beaucoup d’incertitudes et la BCE n’avait pas forcément intérêt, à ce stade, à annoncer de nouvelles mesures. Si elle l’avait fait, les marchés auraient, paradoxalement, peut-être pris peur. C’était trop tôt. Le contexte est très particulier et la BCE a raison de ne pas brûler ses cartouches trop tôt.”

Voir aussi :

* La BCE surveille de près l’évolution de l’euro

* BCE-Principaux extraits de la conférence de presse de Christine Lagarde.

Propos recueillis par Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up