for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

La Hongrie menace le plan de relance de l'UE à propos de l'Etat de droit

La Hongrie a refusé de donner son accord final au plan de relance de 750 milliards d'euros prévu par l'Union européenne face à la crise sanitaire du coronavirus. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban est de longue date en conflit avec Bruxelles à propos des contrepoids démocratiques, l'exécutif européen accusant le dirigeant nationaliste de nuire à l'indépendance de la justice, de la presse et de l'enseignement. /Photo prise le 18 juillet 2020/REUTERS/François Lenoir

BRUXELLES/BUDAPEST (Reuters) - La Hongrie a refusé de donner son accord final au plan de relance de 750 milliards d’euros prévu par l’Union européenne face à la crise sanitaire du coronavirus, en l’absence de garanties sur un mécanisme rattaché concernant l’Etat de droit, a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban est de longue date en conflit avec Bruxelles à propos des contrepoids démocratiques, l’exécutif européen accusant le dirigeant nationaliste de nuire à l’indépendance de la justice, de la presse et de l’enseignement.

L’accord historique conclu par les Vingt-Sept en juillet requiert toujours l’aval du Parlement européen, de même que celui de nombreux parlements à travers le bloc.

Un accès aux fonds européens devrait aussi dépendre du respect des principes démocratiques, et Orban veut désormais s’assurer avant de donner l’accord de la Hongrie que cela ne va pas lui porter préjudice, ont dit les sources.

“La Hongrie a déclaré que, pour voter cette décision, ils veulent éclaircir la question de la règle de droit”, a déclaré à Reuters un haut diplomate européen sous couvert d’anonymat.

Le ministère hongrois de la Justice a fait savoir jeudi que l’accord de juillet était un tout et “qu’aucun de ses éléments ne saurait en être découplé ou retiré avant d’être arrêté ou modifié séparément des autres.”

“Rien n’est convenu avant que tout soit convenu”, a-t-il ajouté.

Gabriela Baczynska et Krisztina Than; version française Camille Raynaud, édité par Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up