for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

L'Europe boursière en ordre dispersé après les PMI

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent sur une note hésitante mardi, la parution des indices manufacturiers PMI en Europe ayant freiné leur progression initiale.

Les principales Bourses européennes évoluent sur une note hésitante mardi. À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,1% vers 08h30 GMT après avoir gagné jusqu'à 0,9% en début de séance. À Francfort, le Dax avance de 0,52% tandis qu'à Londres, le FTSE, fermé la veille pour une journée fériée, recule de 0,95%. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

À Paris, l’indice CAC 40 recule de 0,1% à 4.942,4 points vers 08h30 GMT après avoir gagné jusqu’à 0,9% en début de séance. À Francfort, le Dax avance de 0,52% tandis qu’à Londres, le FTSE, fermé la veille pour une journée fériée, recule de 0,95%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro gagne 0,25%, le FTSEurofirst 300 prend 0,13% et le Stoxx 600 s’adjuge 0,04%.

Les résultats définitifs des enquêtes IHS Markit auprès des directeurs d’achat du secteur manufacturier en Europe ont montré mardi que la reprise économique s’était poursuivie en août mais qu’elle n’était pas uniforme.

Le rebond du secteur manufacturier s’est confirmé le mois dernier en Allemagne et en Italie tandis que l’activité du secteur a ralenti en France et s’est contractée en Espagne.

En Chine, l’activité du secteur manufacturier se porte bien mieux: elle a progressé à un rythme record depuis janvier 2011 selon l’indice PMI Caixin-Markit, grâce notamment à la première hausse des nouvelles commandes à l’export depuis le début de l’année.

VALEURS

La cote européenne est tirée par la progression du secteur technologique (+1,28%), et notamment de fournisseurs d’Apple après une information de Bloomberg selon laquelle la marque à la pomme aurait demandé à ses fournisseurs de fabriquer au moins 75 millions d’iPhone compatibles avec la 5G d’ici la fin de l’année.

STMicroelectronics, Dialog Semiconductor, Infineon Technologies et ASML gagnent entre 1,1% et 2,4%.

Les secteurs cycliques, comme les ressources de base (+1,12%) et l’automobile (+0,43%), profitent de l’indice chinois PMI manufacturier Caixin-Markit meilleur que prévu.

A Paris, Renault accuse toutefois la plus forte baisse du CAC 40 (-1,99%) après l’annonce d’une chute de près de 20% de ses ventes en France en août.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a clôturé sur une note stable (-0,01%), la progression des grandes sociétés de négoce ayant contrebalancé des prises de profits sur le marché.

Itochu, Marubeni, Mitsubishi, Mitsui & Co et Sumitomo ont continué de profiter de l’annonce d’une prise de participation à leur capital de l’investisseur et milliardaire américain Warren Buffett.

De leur côté, les Bourses chinoises ont clôturé en hausse de l’ordre de 0,5%, la bonne nouvelle venue de l’activité manufacturière ayant contrebalancé les tentatives de prises de profit.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les indices américains préfigurent une hausse à l’ouverture après une clôture en ordre dispersé la veille pour conclure le mois d’août.

L’indice Dow Jones a cédé 0,78% à 28.430,05 points et le S&P-500 a perdu 0,22%, à 3.500,31 points. Le Nasdaq Composite a en revanche progressé de 0,68% à 11.775,46 points.

Sur l’ensemble du mois, traditionnellement faible pour les marchés d’actions, le S&P 500 a gagné plus de 7% pour signer son meilleur mois d’août depuis 1986.

TAUX

Le rendement du Bund allemand à dix ans évolue peu, autour de -0,391%, dans l’attente de la publication à 09h00 GMT de la première estimation de l’inflation en zone euro pour le mois d’août, après l’annonce la veille de la première baisse des prix en Allemagne depuis plus de quatre ans.

Le consensus des économistes interrogés par Reuters attend un ralentissement de la hausse des prix à 0,2% sur un an après une augmentation de 0,4% en juillet.

Le taux des Treasuries à dix ans gagne pour sa part près de trois points de base à 0,7195%.

CHANGES

Le dollar évolue au plus bas depuis mai 2018 face à un panier de devises de référence, toujours pénalisé par l’anticipation d’une prolongation de la stratégie ultra-accommodante de la Réserve fédérale, renforcée par les annonces de cette dernière jeudi dernier.

L’euro en profite pour se rapprocher de 1,20 dollar, un niveau qu’il n’a pas touché depuis mai 2018, à 1,1993.

De son côté, le dollar australien s’est maintenu à un plus haut de près de deux ans face au dollar après les annonces de la Banque d’Australie qui a maintenu le statu quo sur ses taux d’intérêt tout en augmentant sa facilité de financement pour les banques.

PÉTROLE

Les cours du pétrole évoluent en hausse et effacent les pertes de la veille, profitant du désintérêt des investisseurs pour le dollar.

Le baril de Brent gagne 1,3% à 45,86 dollars et celui du brut léger américain (WTI) prend 1,2% à plus de 43 dollars.

édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up