for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Bailey (BoE) vante les mérites anti-crise des achats d'obligations

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Andrew Bailey (photo), a déclaré vendredi que la banque centrale britannique disposait de plus de ressources pour soutenir l'économie après le choc infligé par l'épidémie de coronavirus. /Photo d'archives/REUTERS/Tolga Akmen

LONDRES (Reuters) - Le gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE), Andrew Bailey, a déclaré vendredi que la banque centrale britannique disposait de plus de ressources pour soutenir l’économie après le choc infligé par l’épidémie de coronavirus et que les achats massifs d’obligations étaient plus efficaces en temps de crise.

“Nous ne sommes en aucun cas à court de munitions et pour être honnête, il semble que, du point de vue actuel, nous étions trop prudents concernant l’arsenal dont nous disposions avant le COVID”, a-t-il déclaré dans le cadre du symposium d’été de la Fed de Kansas City.

Andrew Bailey, qui a pris la tête de la BoE en mars, a piloté depuis des mesures anti-crise incluant une augmentation de 300 milliards de livres, à 745 milliards, du programme d’achats d’obligations et la baisse du taux directeur à un plus bas historique de 0,1%.

Le gouverneur de l’institution a déclaré que les recherches de la BoE montraient que les rachats d’obligations par les banques centrales étaient plus efficaces en période de crise sur les marchés financiers.

“Pour la décennie à venir, je pense que nous devons prendre en compte le message que la crise sanitaire nous a rappelé, à savoir que nos outils doivent être conditionnés aux données économiques”, a-t-il déclaré.

“Et avec cela en tête, n’ignorons pas la nécessité de gérer les bilans des banques centrales en conséquence. Il y a des moments où nous devons faire fort et faire vite.”

La BoE a précédemment déclaré que les taux négatifs faisaient désormais partie de sa boîte à outils, ce qu’a confirmé ce vendredi Andrew Bailey, mais les marchés jugent plus probable une nouvelle augmentation du programme d’achat d’obligations pour stimuler l’économie.

L’économie britannique a subi au deuxième trimestre une contraction record de 20,4% sous les effets de la crise du coronavirus.

La Banque d’Angleterre a dit s’attendre à ce que l’économie britannique retrouve son niveau d’avant la pandémie à la fin de l’année prochaine. Mais de nombreux économistes estiment que la reprise sera plus longue, ce qui signifie que la banque centrale devra probablement envisager des mesures supplémentaires de soutien.

Andy Bruce et David Milliken, version française Laetitia Volga, édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up