for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Merkel: La pandémie devrait s'aggraver, seul un vaccin peut permettre un retour à la normale

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé vendredi que la pandémie liée au coronavirus allait probablement s'aggraver dans les mois à venir et que seul un vaccin permettrait un retour à la normale. /Photo prise le 28 août 2020/REUTERS/Michael Kappeler

BERLIN (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel a estimé vendredi que la pandémie liée au coronavirus allait probablement s’aggraver dans les mois à venir et que seul un vaccin permettrait un retour à la normale.

Même si l’Allemagne ne pourra pas rembourser entièrement la dette contractée pour compenser l’impact économique de cette crise sanitaire avant 2058, un tel soutien était essentiel car on ne peut pas laisser l’économie s’arrêter, a-t-elle souligné.

En réponse à la pandémie, le gouvernement travaillera dans un esprit de cohésion sociale, a-t-elle promis, en exhortant ses concitoyens à ne pas baisser la garde contre le virus.

“C’est une affaire sérieuse, plus sérieuse que jamais, et vous devez continuer à la prendre au sérieux”, a insisté Angela Merkel lors d’une conférence de presse.

Si l’Allemagne s’en est mieux tirée que d’autres grands pays européens en ce qui concerne le nombre de cas et de décès, le nombre quotidien de nouvelles infections augmente depuis début juillet et le phénomène s’est accéléré ces dernières semaines.

Angela Merkel s’est entretenue jeudi avec les dirigeants des Länder pour fixer les règles sanitaires. Ils se sont mis d’accord sur la nécessité de maintenir les écoles ouvertes et sur l’interdiction de grands événements comme les rencontres sportives et les concerts, au moins jusqu’à la fin de l’année.

Des règles de quarantaine plus strictes devront également être mises en place pour les voyageurs de retour de pays jugés à risques, qui sont pour la plupart extérieurs à l’Union, et de certaines zones au sein de l’UE comme la région de Paris et la majeure partie de l’Espagne.

“Tout ne redeviendra pas comme avant le coronavirus”, a averti Angela Merkel, ajoutant que personne ne pouvait prévoir comment la situation allait évoluer cet hiver.

“Nous ne connaissons que très peu de choses sur le virus et ses caractéristiques. Chaque fois que nous apprendrons quelque chose, nous devrons prendre de nouvelles mesures. Ce sera un processus continu”, a-t-elle ajouté.

Bureau de Berlin, version française Kate Entringer

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up