for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Les Bourses attendent prudemment des signaux de la Fed

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en ordre dispersé mercredi à l’image des Bourses européennes à mi-séance, les investisseurs optant pour la prudence dans l’attente du discours que doit prononcer jeudi le président la Réserve fédérale, Jerome Powell.

Les Bourses européennes sont en ordre dispersé à mi-séance mercredi. À Paris, le CAC 40 prend 0,19% vers 10h20 GMT, à Londres, le FTSE recule de 0,16% et à Francfort, le Dax gagne 0,46%. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Nicholls

Les contrats à terme sur les indices de référence de la Bourse de New York signalent une ouverture en légère baisse pour le Dow Jones, quasiment inchangée pour le S&P-500 et en hausse modérée pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 prend 0,19% à 5.017,60 points vers 10h20 GMT et à Londres, le FTSE recule de 0,16%.

À Francfort, le Dax gagne 0,46%, soutenu par l’accord des partis de la coalition allemande sur la prolongation des mesures de soutien économique, dont l’aide au chômage partiel et le gel des règles d’insolvabilité.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 progresse de 0,28%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,26% et le Stoxx 600 de 0,31%.

Les places européennes ont terminé mardi sans direction claire, loin de leurs plus hauts du jour, l’élan suscité par les nouvelles encourageantes sur le développement d’un vaccin contre la coronavirus, sur les relations commerciales entre Washington et Pékin et sur l’amélioration du climat des affaires en Allemagne n’ayant pas tenu sur la deuxième partie de séance.

En l’absence d’indicateur phare, la séance de mercredi se présente calme, les investisseurs attendant l’ouverture, jeudi, de la réunion virtuelle des banquiers centraux organisée par l’antenne de Kansas City de la Réserve fédérale en remplacement du symposium de Jackson Hole, avec en point d’orgue une intervention du président de la Fed.

“Il y a un manque de direction sur les marchés européens et c’est probablement parce que les traders attendent le symposium de Jackson Hole, qui commence demain (jeudi)”, commente l’analyste David Madden (CMC Markets). “Il semble que certains traders préfèrent rester sur la touche en attendant les signaux des banquiers centraux.”

Les investisseurs aimeraient percevoir des signaux accommodants, comme par exemple une plus grande flexibilité de la banque centrale américaine dans son objectif d’inflation.

VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

Le secteur technologique signe l’une des plus fortes hausses en Europe, son indice Stoxx gagnant 0,99%, soutenu par l’américain Salesforce.com, qui a publié mardi soir des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et relevé son objectif de chiffre d’affaires annuel.

A Paris, Atos campe en tête du CAC avec un gain de 2,78%.

Le compartiment des transports et des loisirs, en première ligne dans la crise sanitaire, poursuit son rebond avec une progression de 1,29%.

Telecom Italia prend 4,46% à Milan à la faveur d’une information de presse selon laquelle le gouvernement italien a donné son feu vert à l’entrée du fonds américain KKR dans le réseau secondaire de l’opérateur.

CHANGES

Le dollar reprend un peu de terrain face à un panier de devises internationales après une séance négative mardi, marquée notamment par la baisse de la confiance du consommateur américain, tombée à un creux de plus de six ans.

L’euro cède environ 0,2%, à 1,181 dollar.

TAUX

Sur le marché obligataire, les bonnes nouvelles sur le front commercial USA-Chine ont permis au rendement des Treasuries à dix ans de dépasser mardi 0,7% pour la première fois depuis une semaine. Il prend mercredi plus de trois points de base, à 0,713%.

Le dix ans allemand, taux de référence pour le zone euro, suit le mouvement pour remonter à -0,4%.

PÉTROLE

Les cours pétroliers montent légèrement avec les coupures de production massives dans le Golfe du Mexique en raison de l’arrivée de l’ouragan Laura mais les inquiétudes sur la crise sanitaire limitent les gains.

Le Brent gagne 0,2% à 45,96 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,1% à 43,38 dollars après avoir atteint mardi un pic de plus de cinq mois, à 43,75 dollars.

édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up