for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Emirates et Etihad demandent au personnel navigant de prendre des congés sans solde

DUBAI (Reuters) - Les compagnies aériennes du Golfe Emirates et Etihad Airways vont demander à leur personnel navigant de prendre des congés sans solde afin de tenter de contenir l’impact de la pandémie de COVID-19, montrent des notes internes que Reuters a pu consulter.

Les compagnies aériennes du Golfe Emirates et Etihad Airways vont demander à leur personnel navigant de prendre des congés sans solde afin de tenter de contenir l'impact de la pandémie de COVID-19, montrent des notes internes que Reuters a pu consulter. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson

Le secteur du transport aérien est l’un des plus touchés par la pandémie et les compagnies estiment qu’il faudra plusieurs années avant que l’activité ne retrouve ses niveaux d’avant la crise.

Dans une note interne, Emirates a informé son personnel naviguant de la possibilité de prendre un congé sans solde d’un à trois mois, du 1er septembre au 30 novembre, selon les besoins en personnel de la compagnie.

Emirates, qui a déjà demandé en juillet à ses pilotes et son personnel de bord de prendre quatre mois de congé sans solde, a de nouveau procédé à des licenciements la semaine dernière, selon deux sources, après une première vague de départs le mois dernier.

Une porte-parole de la compagnie aérienne a confirmé qu’un congé sans solde avait été proposé mais a refusé de dire combien d’employés l’avaient accepté. Elle n’a pas abordé la question des licenciements.

De son côté, Etihad a indiqué dans une note interne avoir à disposition plus de personnel de cabine que nécessaire, dont beaucoup ne sont pas inscrits sur des vols, et elle estime que cette situation n’est pas viable pour l’entreprise.

Le personnel navigant peut prendre entre 10 jours et six mois de congé sans solde à partir du 16 septembre, indique la note.

La compagnie aérienne d’Abou Dhabi, qui déjà demandé à son équipage de prendre des congés sans solde en mars, n’a pour le moment pas répondu à une demande de commentaires adressée par courriel.

Etihad, qui a perdu 758 millions de dollars (environ 640 millions d’euros) au premier semestre, était déjà en cours de restructuration avant la pandémie et a supprimé des milliers d’emplois cette année, ont indiqué des sources à Reuters.

Les deux compagnies ont progressivement recommencé à transporter des passagers depuis le mois de juin après avoir cloué leurs avions au sol en mars.

Aziz El Yaakoubi et Alexander Cornwell; Version française Kate Entringer, édité par Bertrand Boucey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up