for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

GB: Prolonger l'indemnisation du chômage donnerait de faux espoirs, selon le ministre

Prolonger le dispositif exceptionnel d'indemnisation du chômage mis en place au Royaume-Uni reviendrait à entretenir chez certains salariés le faux espoir de retrouver un emploi après la crise du coronavirus, a déclaré vendredi le ministre des Finances, Rishi Sunak. /Photo d'archives/REUTERS/Darren Staples

LONDRES (Reuters) - Prolonger le dispositif exceptionnel d’indemnisation du chômage mis en place au Royaume-Uni reviendrait à entretenir chez certains salariés le faux espoir de retrouver un emploi après la crise du coronavirus, a déclaré vendredi le ministre des Finances, Rishi Sunak.

Face à la montée du chômage ces derniers mois, l’opposition et une partie des économistes indépendants ont appelé le gouvernement à prolonger ce dispositif, le “Coronavirus Job Retention Scheme”, qui doit expirer fin octobre, jusqu’à ce que l’économie ait retrouvé un niveau suffisant pour éviter des suppressions d’emplois massives.

Mais Rishi Sunak a exclu une prolongation généralisée de ce dispositif, soulignant que le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, avait exprimé une position similaire jeudi.

“C’est une erreur de laisser les gens piégés dans leur situation et de prétendre qu’ils pourront toujours retrouver un emploi”, a dit le ministre à la BBC Radio Scotland.

La semaine dernière, le National Institute of Economic and Social Research (NIESR), l’un des principaux instituts d’études économiques du pays, a estimé que mettre fin au dispositif d’indemnisation serait une “erreur” qui favoriserait la hausse du chômage alors que le coût de sa prolongation serait compensé par la diminution des suppressions d’emploi.

La Banque d’Angleterre estime que 7,5 millions de salariés ont bénéficié de ce dispositif au plus fort de la crise et que quatre millions d’entre eux ont déjà retrouvé du travail.

Rishi Sunak a aussi expliqué que l’Etat ne pouvait pas se permettre de maintenir le niveau de recours à l’emprunt auquel la crise l’a forcé et que le gouvernement devrait prendre des décisions difficiles.

“La bonne méthode, c’est d’être audacieux et déterminé dans sa réponse et d’essayer de protéger au mieux les capacités de notre économie. Nous pouvons emprunter cette année pour le faire. Nous ne pourrons et ne devons pas faire cela de manière prolongée”, a-t-il dit.

Andy Bruce et Kate Holton, version française Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up