for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

Crédit agricole compte récupérer des technologies auprès de Wirecard

PARIS, 6 août (Reuters) - Le Crédit Agricole a indiqué jeudi que la banque comptait récupérer la technologie de paiement sur laquelle elle travaillait avec le groupe allemand Wirecard dans le cadre de leur partenariat.

L’entreprise Wirecard, spécialisée dans les paiements électroniques, a déposé en juin le bilan après la découverte d’un trou de 1,9 milliard d’euros dans ses comptes, qui laisse ses créanciers face à une dette de 3,5 milliards d’euros.

Wirecard et Crédit Agricole Payment Services avaient conclu un “partenariat stratégique” visant à faciliter les paiements en ligne chez les commerçants.

“Les clients bénéficieront de nouveaux services d’acceptation et d’acquisition de paiements en ligne développés par Wirecard et mis conjointement sur le marché par les deux sociétés”, déclaraient les deux groupes l’an dernier dans un communiqué commun.

La BaFin, l’autorité des marchés financiers allemands, a annoncé début août mener un audit sur les comptes de Wirecard.

La BaFin a décidé de lancer cet audit car le groupe allemand refuse de reconnaître une erreur que la Financial Reporting Enforcement Panel (FREP), un organisme travaillant avec le régulateur financier allemand, a découverte. Wirecard refuse également de coopérer avec la FREP, selon la BaFin.

“Par nature, nous allons récupérer la technologie que nous avons développée nous-mêmes”, a dit Philippe Brassac, le directeur général du Crédit agricole SA, lors d’une conférence de presse.

“Sur ce qui a été développé par eux, oui, nous allons essayer de récupérer d’une façon ou d’une autre quelque chose. Nous sommes intéressés par récupérer a minima ce qui était lié à notre développement “, a ajouté Philippe Brassac.

Il a également fait savoir que Wirecard était un client de la banque de financement et d’investissement du Crédit agricole et que l’impact du dépôt de bilan de l’entreprise allemande se reflétait dans les résultats du deuxième trimestre. (Maya Nikolaeva, version française Matthieu Protard)

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up