July 7, 2020 / 2:15 PM / a month ago

USA-Deutsche Bank paiera $150 mlns pour clore des dossiers liés entre autres à Epstein

NEW YORK, 7 juillet (Reuters) - Deutsche Bank a accepté de payer 150 millions de dollars (133 millions d’euros) pour clore les dossiers ouverts par les autorités financières de l’Etat de New York sur des défauts “importants” de respect des réglets de conformité dans les relations de la banque avec plusieurs clients, dont le financier Jeffrey Epstein, aujourd’hui décédé.

Le département des Services financiers de l’Etat a annoncé mardi que l’accord marquait l’issue des premières poursuites engagées contre une institution financière concernant des liens d’affaires avec Jeffrey Epstein, le criminel sexuel qui s’est suicidé en prison en août dernier.

“Pendant des années, le comportement criminel et offensant de M. Epstein était bien connu mais de grandes institutions ont continué d’excuser cette histoire et de le faire bénéficier de leur crédibilité ou de leurs services dans un but financier”, a déclaré Andrei Cuomo, le gouverneur de l’Etat de New York.

Les autorités de l’Etat reprochent à Deutsche Bank de ne pas avoir surveillé assez attentivement les opérations réalisées par Jeffrey Epstein alors que des informations sur ses délits et crimes sexuels étaient “largement” diffusées.

La banque allemande a ainsi traité des centaines de transactions qui auraient dû faire l’objet d’une surveillance accrue, entre autres des paiements à des victimes et à des cabinets d’avocats défendant Jeffrey Epstein et certains de se complices, ajoutent-elles.

Les sanctions prises visent aussi un défaut de surveillance des transactions réalisées par Danske Estonia, une banque au centre d’un scandale de blanchiment présumé d’argent, et FBME, précise l’Etat.

Dans une note interne aux salariés de Deutsche Bank, le président du groupe, Christian Sewing, déclare qu’accepter de prendre Jeffrey Epstein comme client en 2013 était “une erreur majeure” et reconnaît des défauts de surveillance concernant Danske Estonia et FBME.

“Nous devons tous faire en sorte que ce genre de choses ne reproduise pas”, ajoute-t-il.

Jonathan Stempel avec Tom Sims à Francfort, version française Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below