for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Le président du directoire de Commerzbank présente sa démission

Le président du directoire de Commerzbank, Martin Zielke, a présenté sa démission vendredi, ce qui pourrait contribuer à apaiser les tensions avec certains actionnaires, notamment le fonds Cerberus, mécontents des performances de la deuxième banque d'Allemagne. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

FRANCFORT (Reuters) - Le président du directoire de Commerzbank, Martin Zielke, a présenté sa démission vendredi, ce qui pourrait contribuer à apaiser les tensions avec certains actionnaires, notamment le fonds Cerberus, mécontents des performances de la deuxième banque d’Allemagne.

Commerzbank a précisé que son conseil de surveillance recommandait que cette démission soit acceptée et qu’une décision serait prise lors d’une réunion mercredi prochain.

Martin Zielke était censé présenter un nouveau plan stratégique cette semaine mais le dirigeant, en poste depuis quatre ans, n’est pas parvenu à convaincre certains actionnaires qu’il était l’homme de la situation après l’échec d’une première tentative de redressement de la banque.

“J’aimerais ouvrir la voie à un nouveau départ. La banque a besoin d’une profonde transformation et d’un nouveau président du directoire, auquel les marchés accordent le temps nécessaire pour mettre en oeuvre une stratégie”, a-t-il dit dans un communiqué.

Le président du conseil de surveillance, Stefan Schmittmann, a aussi présenté sa démission et celle-ci sera effective le 3 août.

Fondée il y a 150 ans, Commerzbank traverse une période délicate marquée par une perte au premier trimestre, la suspension du versement du dividende au titre de 2019, l’abandon de son projet de vente de sa filiale polonaise mBank, la dégradation de sa note de crédit par S&P en avril et la perte de son partenariat avec le club de football de l’Eintracht Francfort, qui lui préfère désormais sa grande rivale Deutsche Bank.

Sauvé lors de la dernière crise financière par l’Etat allemand, qui possède toujours plus de 15% du capital, l’établissement a aussi prévenu que son objectif de dégager un bénéfice cette année paraissait désormais “très ambitieux” en raison de la crise économique provoquée par le nouveau coronavirus.

Tom Sims et Hans Seidenstücker; version française Bertrand Boucey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up