for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (11/06)

CORONAVIRUS-23 DÉCÈS SUPPLÉMENTAIRES EN FRANCE, PAS DE SIGNES DE “REPRISE ÉPIDÉMIQUE”

PARIS - La France a enregistré 23 nouveaux décès dus au coronavirus au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan de l’épidémie à 29.319 morts depuis le 1er mars, a annoncé mercredi la direction générale de la santé (DGS), qui ajoute qu’aucun indicateur ne témoigne d’une “reprise épidémique”.

Le nombre de personnes hospitalisées pour une infection au COVID-19 continue de diminuer, à 11.678 patients, contre 11.961 mardi, au plus bas depuis le 25 mars.

Pour ce qui est des contaminations, l’agence Santé publique France fait état mercredi soir de 545 cas confirmés supplémentaires pour un total de 155.136 depuis le début de l’épidémie.

Les chiffres communiqués mercredi soir ne prennent pas en compte les données des établissements médico-sociaux, dont les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, qui seront actualisées mardi prochain.

VOIR AUSSI

L’état d’urgence sanitaire en France prendra fin le 10 juillet

Le coût des mesures de soutien en France relevé à 136 milliards d’euros

---

CORONAVIRUS-LE NOMBRE DE PERSONNES CONTAMINÉES AUX USA DÉPASSE LES 2 MILLIONS

Le nombre de personnes contaminées par le nouveau coronavirus a dépassé les 2 millions mercredi aux Etats-Unis, selon un bilan établi par Reuters.

Au niveau national, les nouvelles infections augmentent légèrement après cinq semaines de baisse, selon une analyse de Reuters. Une partie de l’augmentation est due à la hausse du nombre de tests, qui a atteint un record le 5 juin dernier avec 545.690 tests en une seule journée, mais qui a diminué depuis, selon le projet COVID-Tracking.

Le nombre total de décès liés au coronavirus aux États-Unis a dépassé 112.000, le plus élevé au monde.

VOIR AUSSI

Pas de hausse des cas due aux manifestations, dit Pence

La Fed promet de maintenir son soutien à une reprise qui s’annonce lente aux Etats-Unis

LE BILAN AU BRÉSIL S’ALOURDIT À PRÈS DE 40.000 DÉCÈS

BRASILIA - Le Brésil a recensé 772.416 cas confirmés de contamination au coronavirus, dont 32.913 au cours des vingt-quatre dernières heures, a indiqué mercredi le ministère de la Santé.

L’épidémie a causé 1.274 décès supplémentaires en une journée, pour un total de 39.680 morts dans le pays, a également fait savoir le ministère. Seuls les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont rapporté davantage de décès dus au COVID-19.

---

L’OMS N’A PAS DE CERTITUDE SUR L’EFFET DE L’HIVER AUSTRAL SUR LE CORONAVIRUS

ZURICH - L’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a pas de certitude sur l’impact de l’hiver austral sur l’épidémie de coronavirus, a déclaré mercredi Mike Ryan, directeur des programmes d’urgence de l’agence onusienne.

“Nous ne savons pas comment le coronavirus va se comporter”, a-t-il dit lors d’une visioconférence. “Nous n’avons pour le moment aucune donnée suggérant que le virus se comportera de manière plus agressive ou se transmettra plus facilement ou non”, a-t-il poursuivi.

De la même manière, l’OMS n’a pas de données précises sur l’effet de l’été dans l’hémisphère Nord.

---

EXCLUSIF-ELI LILLY DIT POUVOIR DISPOSER D’UN TRAITEMENT CONTRE LE COVID-19 D’ICI SEPTEMBRE

Le groupe pharmaceutique américain Eli Lilly pourrait avoir un médicament spécifiquement conçu pour traiter le COVID-19 autorisé à être utilisé dès septembre si tout se déroule comme prévu pour l’une des deux thérapies à base d’anticorps qu’il teste actuellement, a déclaré son responsable scientifique à Reuters mercredi.

Le groupe réalise également des études pré-cliniques sur un troisième thérapie à base d’anticorps contre la maladie liée au nouveau coronavirus qui pourrait débuter des essais cliniques sur l’homme dans les prochaines semaines, a ajouté Daniel Skovronsky dans un entretien.

Ces traitements appartiennent à la classe des médicaments appelés anticorps monoclonaux, largement utilisés pour traiter le cancer, l’arthrite rhumatoïde et de nombreuses autres affections.

---

LA MAISON BLANCHE FINALISE SON PROJET DE RÉFORME DE LA POLICE

WASHINGTON - La Maison blanche a annoncé mercredi être en train de finaliser ses propositions visant à réformer la police après le décès de George Floyd lors de son interpellation le 25 mai à Minneapolis, mais elle a averti qu’une baisse de l’immunité des officiers de police n’était pas envisagée.

S’exprimant lors d’un point de presse, la porte-parole de la présidence américaine a déclaré que les projets de l’administration Trump pour répondre aux préoccupations des manifestants concernant les brutalités policières arrivaient à leur “stade final”.

“Le président a passé les dix derniers jours à travailler discrètement et avec diligence sur des propositions visant à répondre aux problématiques que les manifestants ont soulevées dans tout le pays, des questions légitimes”, a dit Kayleigh McEnany.

“IL NE MÉRITAIT PAS DE MOURIR POUR $20”, DIT LE FRÈRE DE GEORGE FLOYD AU CONGRÈS

WASHINGTON - La commission des Affaires judiciaires de la Chambre américaine des représentants a entendu mercredi un des frères de George Floyd, qui a demandé à ce que sa mort lors son interpellation par la police ne soit pas vaine et a ajouté qu’il “ne méritait pas de mourir pour 20 dollars”.

Deux semaines après cet évènement qui a créé une onde de choc aux Etats-Unis et à travers le monde, la commission tenait sa première séance officielle pour examiner les questions de brutalités policières et de discriminations raciales.

La commission va encadrer l’examen de la proposition de loi présentée cette semaine par les démocrates pour combattre la violence policière et les discriminations raciales. Majoritaires à la Chambre des représentants, ils espèrent soumettre leur texte d’ici le 4 juillet, date symbolique de la Fête de l’indépendance.

Parallèlement, des élus républicains au Sénat, où le parti présidentiel est majoritaire, travaillent sur un projet de loi concurrent qui doit être publié vendredi et qui met l’accent sur la collecte de données plutôt que sur des modifications de lois. La commission judiciaire du Sénat tiendra sa propre audition mardi prochain.

---

USA-TRUMP DIT QU’IL VA REPRENDRE LES MEETINGS DE CAMPAGNE

WASHINGTON - Donald Trump a dit mercredi qu’il allait recommencer sous peu à tenir des meetings de campagne, alors que les sondages montrent une baisse de sa popularité après sa gestion critiquée de l’épidémie de coronavirus et avec les manifestations dans le pays suite à la mort de George Floyd.

S’exprimant devant les journalistes à la Maison blanche, le président américain a aussi annoncé qu’il annoncerait bientôt le lieu du discours qu’il tiendra en août à l’occasion de son investiture par le Parti républicain en vue de l’élection présidentielle du 3 novembre.

Trump a indiqué que son premier meeting devrait avoir lieu le 19 juin à Tulsa, en Oklahoma.

---

LIBYE-LA MISSION DE L’ONU ANNONCE LA REPRISE DES POURPARLERS DE TRÊVE

TUNIS - Les belligérants libyens ont commencé à s’engager dans un nouveau cycle de négociations de cessez-le-feu, a annoncé mercredi L’Onu, après de violents combats autour la ville côtière de Syrte, au centre du pays.

Le conflit libyen oppose les forces du gouvernement d’entente nationale (GEN) qui siège à Tripoli et a le soutien militaire de la Turquie, à l’Armée nationale libyenne (ANL) menée par le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est du pays appuyé par l’Egypte, les Emirats arabes unis et la Russie.

Après avoir repoussé l’offensive sur Tripoli, les forces du GEN ont poursuivi leur progression et atteint lundi la ville de Syrte où elles ont été repoussées par des frappes aériennes, a déclaré une source militaire au sein de l’ALN.

Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi a présenté samedi une nouvelle initiative de paix pour la Libye en proposant, aux côtés du maréchal Haftar, la création d’un conseil élu et l’instauration d’un cessez-le-feu à partir du lundi 8 juin.

---

PSA ET FIAT CONFRONTÉS À UNE ENQUÊTE DE BRUXELLES SUR LEUR FUSION - SOURCES

BRUXELLES/MILAN - Le projet de fusion de quelque 50 milliards d’euros de Fiat Chrysler et PSA va faire l’objet d’une enquête approfondie de la Commission européenne, les deux groupes ayant refusé d’offrir des concessions dans le but d’apaiser les inquiétudes du régulateur européen sur leur rapprochement, ont dit mercredi des sources proches du dossier, confirmant une information du Financial Times.

Les deux constructeurs automobiles ont été informés la semaine dernière que leur part de marché combinée élevée dans le segment des petits utilitaires était une source d’inquiétude pour Bruxelles, avaient indiqué en début de semaine d’autres sources à Reuters.

PSA et Fiat avaient jusqu’à mercredi soir pour répondre à ces inquiétudes mais ne l’ont pas fait, ont indiqué les sources. Cela conduira automatiquement à l’ouverture d’une enquête de quatre mois de la Commission européenne quand elle concluera son examen préliminaire de l’opération au plus tard le 17 juin.

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up