for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

La BCE se satisfait de son arsenal pour l'instant, dit Schnabel

FRANCFORT, 10 juin (Reuters) - Isabel Schnabel, l’une des membres du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a écarté implicitement mercredi l’hypothèse d’un renforcement de l’arsenal anti-crise de l’institution en exprimant son scepticisme quant à l’intérêt d’acheter des obligations émises par des banques ou des titres de dette d’entreprise mal notés.

“Nous n’avons pas nécessairement besoin d’enrichir notre boîte à outils pour le moment mais en fonction de la manière dont la crise évoluera, cela pourrait devenir nécessaire à un moment donné”, a-t-elle dit.

Elle a évoqué le risque de conflit d’intérêts que pourrait impliquer l’achat d’obligations du secteur bancaire et ajouté que la réputation de la BCE pourrait souffrir d’éventuelles pertes sur son portefeuille de titres.

Isabel Schnabel avait auparavant indiqué que la BCE continuerait de concentrer ses achats d’obligations sur les pays et les marchés où ils se révèlent le plus nécessaire pendant toute la durée de son Programme d’achats d’urgence pandémique (PEPP).

“L’anatomie du PEPP assure la flexibilité - dans le temps, entre les juridictions et les segment de marché - nécessaire pour contrer efficacement les défis spécifiques que pose le COVID-19”, a-t-elle déclaré.

“Cette flexibilité est un élément clé du PEPP et sera maintenue tout au long de sa durée de vie.” (Francesco Canepa, version française Marc Angrand)

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up