June 4, 2020 / 5:01 AM / a month ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 05H00 GMT (04/06)

CORONAVIRUS-LA FRANCE PASSE LA BARRE DES 29.000 DÉCÈS

PARIS - La France a enregistré 81 décès supplémentaires liés au coronavirus, a annoncé mercredi soir la direction générale de la santé (DGS) dans son bilan quotidien.

Au total, 29.021 personnes ont succombé au COVID-19 depuis le début de l’épidémie, dont 18.671 personnes au sein des hôpitaux et 10.350 dans les Ehpad et établissements similaires.

Le nombre de malades hospitalisés en raison du COVID-19 poursuit sa baisse, passant en 24 heures de 14.028 à 13.514.

Le nombre de cas de contamination s’élève à 151.677, soit 352 nouveaux cas enregistrés en 24 heures, précise Santé Publique France sur son site internet.

VERS UN FONDS D’UN MILLIARD D’EUROS POUR AIDER LA FILIÈRE AÉRONAUTIQUE FRANÇAISE

PARIS - Gouvernants et industriels français travaillent à la mise au point d’un fonds d’investissement doté d’environ un milliard d’euros pour venir en aide au secteur aéronautique, notamment ses sous-traitants, a-t-on appris mercredi de sources proches du dossier.

Le plan sera présenté la semaine prochaine par Emmanuel Macron, selon un participant à une réunion qui s’est tenue ce mercredi, rassemblant le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, des parlementaires et des présidents de régions.

Il sera intégré au projet de loi de finances rectificative présenté mercredi prochain, a-t-on dit de même source.

Ni l’Elysée ni le gouvernement n’ont fait de commentaire dans l’immédiat.

ACCORD EN ALLEMAGNE SUR UN PLAN DE RELANCE DE €130 MDS

BERLIN - Les partis de la coalition au pouvoir en Allemagne sont convenus mercredi, à l’issue de longues discussions, d’un plan de relance de 130 milliards d’euros afin d’accélérer la sortie de l’économie allemande de la crise liée au coronavirus.

S’exprimant lors d’une conférence de presse mercredi soir, la chancelière Angela Merkel a indiqué que le gouvernement fédéral financerait 120 des 130 milliards d’euros du projet.

Elle a précisé que l’ensemble budgétaire incluait notamment une baisse temporaire des taxes sur une vaste gammes de produits, dont les automobiles et les denrées alimentaires, une injection de fonds dans le système de sécurité sociale - qui couvre santé publique et allocations chômage - et des aides destinées à aider les PME à faire face au déclin d’activité.

Ce plan de relance vient s’ajouter à celui de 750 milliards d’euros convenu en mars qui prévoyait 156 milliards d’euros de dépenses supplémentaires financées par une augmentation des emprunts sur les marchés.

VOIR AUSSI

L’OMS reprend ses essais sur l’hydroxychloroquine

Près de 450.000 contaminations d’infirmiers à travers le monde

Les Italiens libres de se déplacer à nouveau dans leur pays

L’Allemagne lèvera ses restrictions de voyages dans l’UE le 15 juin

—-

NDIAYE REFUSE DE COMPARER LA SITUATION AUX USA ET EN FRANCE

PARIS - La porte-parole du gouvernement français a appelé mercredi à faire preuve de prudence dans les comparaisons entre la France et les violences policières aux Etats-Unis, où la mort de George Floyd, un homme noir de 46 ans, lors d’un contrôle de police continue de susciter colère et indignation.

“Je crois que la situation de nos deux pays n’est pas tout à fait comparable ni sur le plan de l’histoire ni sur le plan de l’organisation de la société, j’appelle à aborder ces sujets avec énormément de prudence”, a déclaré Sibeth Ndiaye au lendemain d’une manifestation, non autorisée, qui a réuni 20.000 personnes à Paris en mémoire d’Adama Traoré, un jeune homme noir décédé lors de son arrestation en 2016 dans des circonstances controversées.

“Il n’y a pas de violence d’Etat instituée dans notre pays : quand il y a des incidents, des fautes qui sont commises par les membres des forces de l’ordre, il y a des enquêtes et le cas échéant des sanctions lorsque les fautes sont avérées”, a-t-elle ajouté lors du compte-rendu du conseil des ministres à l’Elysée.

—-

USA-PAS NÉCESSAIRE D’ENVOYER L’ARMÉE EN RÉPONSE AUX MANIFESTATIONS, DIT TRUMP

WASHINGTON - Donald Trump a dit mercredi penser qu’il ne sera pas nécessaire de déployer l’armée en réponse aux manifestations qui secouent les Etats-Unis depuis la mort la semaine dernière d’un homme afro-américain lors de son interpellation par la police de Minneapolis.

“Cela dépend, je ne pense pas que nous aurons besoin” de le faire, a répondu le président américain à Newsmax TV à la question de savoir s’il enverrait l’armée dans des villes américaines face aux troubles qui émaillent le mouvement de protestation contre les violences policières et le racisme.

Donald Trump avait déclaré lundi lors d’une allocution télévisée depuis la Maison blanche qu’il déploierait des soldats à Washington et ferait de même dans d’autres villes américaines si les autorités locales ne parvenaient pas à endiguer les violences.

Plus tôt mercredi, le secrétaire américain à la Défense a exclu de recourir à l’armée face aux manifestations.

Les charges contre le désormais ex-policier à l’origine de la mort de George Floyd ont été requalifiées mercredi par la justice américaine, qui a inculpé Derek Chauvin de meurtre au second degré.

VEILLÉE À MINNEAPOLIS EN HOMMAGE À GEORGE FLOYD

MINNEAPOLIS, Minnesota - Plusieurs centaines de personnes se sont réunies pour une veillée mercredi à Minneapolis, dans le Minnesota, dans la rue où George Floyd a été interpellé la semaine dernière par la police de la ville, une intervention à l’issue de laquelle l’homme noir âgé de 46 ans a trouvé la mort.

Les manifestations organisées à travers les Etats-Unis dans la journée se sont globalement déroulées dans le calme, les heurts entre contestataires et forces de l’ordre se faisant plus rares que les derniers jours.

—-

HONG KONG-À DÉFAUT DE VEILLÉE, DES BOUGIES POUR COMMÉMORER TIANANMEN

HONG KONG - Alors que les rassemblements sont interdits à Hong Kong dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, la population entend allumer des bougies partout dans la ville jeudi en mémoire aux victimes de la répression meurtrière du mouvement démocrate de Tiananmen, le 4 juin 1989 à Pékin.

Ce trente-et-unième anniversaire intervient dans un contexte particulièrement sensible alors que la Chine a présenté le mois dernier un projet de loi de sécurité nationale qu’elle entend imposer dans l’ancienne colonie britannique pour lutter contre les activités sécessionnistes, subversives et terroristes ainsi que contre les ingérences étrangères.

L’intervention de l’armée chinoise, le 4 juin 1989, contre les milliers d’étudiants rassemblés sur la place Tiananmen pour réclamer, entre autres, la liberté d’expression et le droit de manifester reste un sujet tabou en Chine. Aucun bilan n’a jamais été communiqué par Pékin, mais certaines ONG parlent de plusieurs milliers de morts.

—-

LA JUSTICE FRANÇAISE AUTORISE LE TRANSFERT DE KABUGA VERS UN TRIBUNAL DE L’ONU

PARIS - La justice française a approuvé mercredi le transfert de l’homme d’affaires rwandais Félicien Kabuga à la justice onusienne afin qu’il y soit jugé pour génocide et crimes contre l’humanité commis entre avril et juillet 1994.

“La cour ordonne la remise de Félicien Kabuga au Mécanisme des tribunaux pénaux internationaux (MTPI)”, a décidé la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris, jugeant que son état de santé n’était pas incompatible avec son transfert.

L’un des avocats de Félicien Kabuga, disant être surpris de cette décision, a indiqué avoir saisi la Cour de cassation d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) écartée par la cour d’appel de Paris.

La Cour de cassation devrait se prononcer dans les deux mois, un délai qui pourrait encore être prolongé de deux mois en cas de saisine du Conseil constitutionnel.

—-

LVMH RÉFLÉCHIT À DES MOYENS DE RENÉGOCIER L’ACQUISITION DE TIFFANY - SOURCES

LVMH réfléchit à des moyens de renégocier l’acquisition du joaillier américain Tiffany, prévue pour 16,2 milliards de dollars (14,4 milliards d’euros), alors que la pandémie liée au nouveau coronavirus et les émeutes aux Etats-Unis pèsent sur le secteur de la distribution, ont déclaré mercredi des sources proches du dossier.

LVMH a conclu en novembre un accord pour racheter Tiffany, sa plus importante acquisition, mais l’opération n’est pas encore finalisée dans l’attente de toutes les autorisations nécessaires.

Bernard Arnault, PDG du géant français du luxe, a discuté avec ses conseillers cette semaine pour identifier les moyens qui permettraient de convaincre Tiffany d’abaisser le prix convenu pour l’opération de 135 dollars par action, ont dit les sources. Il envisage notamment de plaider que Tiffany ne respecte pas les obligations prévues par l’accord de rachat.

LVMH n’a pas encore arrêté sa stratégie pour obtenir un rabais et n’a pas demandé à Tiffany de rouvrir des négociations, selon les sources. On ignore encore si le numéro un mondial du luxe prendra cette initiative et quels arguments il pourrait précisément avancer.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below