May 14, 2020 / 2:01 AM / 3 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (14/05)

LE CORONAVIRUS A FAIT 83 MORTS ET CONTAMINÉ 507 PERSONNES DE PLUS EN FRANCE

PARIS - L’épidémie due au coronavirus a fait 27.074 morts en France depuis le 1er mars, dont 17.101 dans les hôpitaux et 9.973 dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux, a annoncé mercredi le ministère de la Santé.

Le bilan quotidien de la direction générale de la santé fait état de 83 décès supplémentaires en 24 heures. La progression était mardi de 348 morts supplémentaires.

La France a par ailleurs enregistré 507 cas confirmés de contamination au coronavirus de plus en 24 heures, soit 140.734 depuis le début de l’épidémie.

Le nombre total de cas graves en réanimation, en recul constant depuis le 8 avril, s’élève désormais à 2.428 patients contre 2.542 la veille (-114).

L’ÉPIDÉMIE A INFECTÉ 4,4% DE LA POPULATION FRANÇAISE, SELON UNE ÉTUDE DE L’INSTITUT PASTEUR

PARIS - Des chercheurs de l’institut Pasteur estiment qu’à la date de lundi, coup d’envoi du déconfinement en France, 4,4% de la population française, soit 2,8 millions d’individus, avait été infectée par le nouveau coronavirus (la marge est comprise entre 2,8 et 7,2, soit entre 1,8 et 4,7 millions de personnes).

Dans une étude here publiée mercredi dans la revue Science, ils ajoutent qu'en Ile-de-France et dans le Grand Est, les deux régions les plus touchées par l'épidémie, la proportion est estimée respectivement à 9,9%(dans une marge de 6,6 à 15,7) et 9,1% (dans une marge de 6,0 à 14,6).

“Il faudrait qu’environ 65% de la population soit immunisée pour que l’épidémie soit maîtrisée par la seule immunité”, écrivent les chercheurs. “Nos résultats indiquent par conséquent que sans vaccin, l’immunité collective seule sera insuffisante pour éviter une seconde vague à la fin du confinement. Des mesures de contrôle efficaces doivent donc être maintenus au-delà du 11 mai.”

VOIR AUSSI

L’exécutif annonce un hommage aux soignants le 14 juillet

Le sanctuaire de Lourdes va rouvrir ses portes samedi

SANOFI EN DISCUSSIONS POUR FACILITER L’ACCÈS EN EUROPE À SON ÉVENTUEL VACCIN CONTRE LE COVID-19

NEW YORK - Le laboratoire pharmaceutique français Sanofi a déclaré mercredi qu’il travaillait avec les autorités européennes pour faciliter l’accès à un éventuel vaccin contre le coronavirus en Europe.

Sanofi a précisé avoir des “discussions très constructives avec les instances de l’Union européenne ainsi qu’avec les gouvernements français et allemand entre autres”.

Cette déclaration fait suite aux propos de son directeur général, Paul Hudson, qui a indiqué dans une interview à Bloomberg que Sanofi accorderait la priorité aux Etats-Unis pour la fourniture d’un éventuel vaccin contre le COVID-19, soulignant que les Etats-Unis avaient été le premier à financer les recherches du laboratoire français.

Sanofi travaille actuellement sur deux programmes de développement d’un vaccin, dont l’un en partenariat avec le britannique GlaxoSmithKline qui bénéficie du soutien financier de l’Autorité américaine de recherche et de développement en biologie médicale avancée (BARDA), rattachée au département américain de la Santé.

L’UE ENVISAGE DE MOBILISER UN FONDS D’URGENCE FACE AU RISQUE DE PÉNURIE DE VACCINS

BRUXELLES - La Commission européenne réfléchit à mobiliser un fonds d’urgence de 2,4 milliards d’euros pour renforcer la capacité des laboratoires pharmaceutiques en Europe afin d’éviter que le bloc ne se retrouve démuni lorsqu’un vaccin contre le coronavirus aura été trouvé, selon un document vu par Reuters.

Plus de 90 vaccins sont en cours de développement actuellement contre le Covid-19, qui a causé la mort à ce jour d’au moins 290.000 personnes dans le monde, dont huit vaccins qui en sont arrivés au stade des essais cliniques.

Mais au-delà de la phase de développement, qui concentre à l’heure actuellement toutes les attentions et suscite de nombreux espoirs, la phase suivante, celle de la fabrication, sera tout aussi délicate, préviennent les experts.

“Tant que la capacité de production des vaccins sera limitée”, l’Union européenne doit réfléchir à la mise en place d’un plan destiné à accélérer la fabrication de ces vaccins et à les distribuer dans un premier temps à ceux qui en ont le plus besoin, peut-on lire dans un document interne de l’UE.

L’ITALIE REFUSE DES ACCORDS TOURISTIQUES BILATÉRAUX AU SEIN DE L’UNION

ROME - Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a appelé mercredi ses partenaires européens à ne pas céder à la tentation de nouer des accords bilatéraux en matière de tourisme, ajoutant que des initiatives de ce type en pleine crise sanitaire seraient de nature à détruire le marché commun.

“Nous n’accepterons pas d’accords bilatéraux au sein de l’Union européenne qui pourrait créer des canaux touristiques privilégiés”, a-t-il dit à la presse. “Cela nous mettrait à l’écart de l’Union européenne, et nous ne le permettrons jamais.”

Des gouvernements européens travaillent sur des projets de réouverture de leurs frontières à des rythmes différents, dépendant notamment des circonstances dans tel ou tel pays.

L’Autriche et l’Allemagne envisagent ainsi de lever toute restriction à leur frontière à compter du 15 juin, une mesure à même de bénéficier aux professionnels autrichiens du tourisme qui dépendent largement des visiteurs allemands.

VOIR AUSSI

La Commission propose de restreindre les entrées dans l’UE jusqu’au 15 juin

Les contrôles à la frontière franco-allemande prolongés mais assouplis

L’ANGLETERRE SORT TRÈS PRUDEMMENT DU CONFINEMENT

LONDRES - L’Angleterre est sortie très prudemment d’un confinement strict mercredi, les autorités encourageant le retour sur leur lieu de travail des employés de l’industrie et de certains autres secteurs afin de redémarrer lentement une économie en berne.

En Ecosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, les exécutifs semi-autonomes continuent en revanche de recommander aux habitants de rester à domicile pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, qui a fait plus de 40.000 morts au Royaume-Uni.

VOIR AUSSI

En ESPAGNE, environ 5% de la population aurait été infectée par le coronavirus - étude

LE NOUVEAU CORONAVIRUS NE DISPARAÎTRA PEUT-ÊTRE JAMAIS, PRÉVIENT L’OMS

GENEVE - Le coronavirus responsable du Covid-19 pourrait devenir endémique et ne jamais disparaître totalement, a prévenu mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

“Il est important de mettre cela sur la table: ce virus pourrait bien s’ajouter à la liste des virus endémiques circulant dans nos communautés, et pourrait bien ne jamais disparaître”, a dit Mike Ryan, spécialiste des urgences sanitaires à l’OMS. “Nul ne peut prédire quand cette maladie disparaîtra”, a-t-il ajouté, rappelant que la rougeole est toujours présente dans le monde alors qu’un vaccin existe.

La pandémie a contaminé quelque 4,3 millions de personnes et causé plus de 291.000 décès à travers le monde, selon le décompte établi par l’agence Reuters.

—-

FRANCE-UNE LOI POUR MIEUX LUTTER CONTRE LA HAINE SUR INTERNET

PARIS - L’Assemblée nationale a définitivement adopté mercredi la proposition de loi “visant à lutter contre les contenus haineux sur internet”, qui prévoit notamment la création d’un parquet dédié et des sanctions contre les géants du secteur.

Alors que la France sort de deux mois de confinement lié à l’épidémie de coronavirus, période propice à une suractivité sur les réseaux sociaux, le gouvernement a souligné l’importance d’une régulation en la matière.

La proposition de loi requiert la coopération des leaders du secteur que sont notamment Facebook, Twitter et YouTube.

Les sites auront 24 heures pour supprimer les messages “manifestement illicites”. Le retrait devra se faire dans l’heure pour les contenus à caractère terroriste et pédo-pornographique. En cas de manquement, une sanction administrative d’un montant maximum de 4% du chiffre d’affaires mondial des plates-formes pourra être prononcée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel.

—-

AIRBUS RÉFLÉCHIT À UNE RESTRUCTURATION QUI POURRAIT IMPLIQUER DES LICENCIEMENTS - SOURCES

PARIS - Airbus, durement affecté par la crise sanitaire, réfléchit à une restructuration qui pourrait impliquer des licenciements “importants” mais aucune décision définitive n’a été prise, a-t-on appris auprès de sources proches du secteur.

Le quotidien britannique The Telegraph écrit que l’avionneur européen s’apprête à supprimer 10.000 emplois, voire jusqu’à 10% de ses effectifs.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below