for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (06/05)

LE CORONAVIRUS A FAIT 330 MORTS DE PLUS EN FRANCE

PARIS - Le nouveau coronavirus a fait 330 morts supplémentaires en 24 heures en France pour un total de 25.531 décès depuis le 1er mars, a annoncé mardi la direction générale de la Santé, alors que la région Hauts-de-France est passée de “rouge” à “orange” sur la carte élaborée en vue du déconfinement prévu à partir de lundi.

Ce changement de statut des Hauts-de-France est lié à une diminution de la tension hospitalière dans cette région, a précisé la DGS, qui a fait état plus globalement au niveau national d’une poursuite de la baisse du nombre de personnes hospitalisées, notamment en réanimation.

Sur l’ensemble des décès depuis le 1er mars, 16.060 se sont produits dans des hôpitaux et 9.471 dans des établissements sociaux et médico-sociaux, essentiellement des Ehpad, écrit la DGS dans un communiqué.

Le nombre de personnes hospitalisées pour leur contamination au coronavirus a reculé à 24.775, soit 773 de moins que lundi. Les services de réanimation traitaient mardi 3.430 patients atteints du COVID-19, soit 266 de moins.

LE SÉNAT ADOPTE LE PROJET DE LOI PROROGEANT L’ÉTAT D’URGENCE SANITAIRE

PARIS - Le Sénat a adopté en première lecture, par 240 voix contre 25, le projet de loi prorogeant jusqu’au 24 juillet l’état d’urgence sanitaire en vigueur en France pour faire face à l’épidémie de coronavirus.

La loi instaurant l’état d’urgence sanitaire est entrée en vigueur le 24 mars, avec un délai initial de deux mois.

Les sénateurs ont aussi approuvé la création d’un système d’information rassemblant des données relatives aux personnes atteintes du COVID-19, la maladie provoquée par le nouveau coronavirus, et aux personnes ayant été en contact avec elles.

Le texte doit désormais retourner devant l’Assemblée national.

MACRON TENTE DE RASSURER SUR LA RÉOUVERTURE DES ÉCOLES

PARIS - Face à l’inquiétude des élus et du corps enseignant, Emmanuel Macron s’est efforcé mardi de rassurer sur les conditions de réouverture des écoles en France, lundi prochain, après huit semaines de fermeture en raison de l’épidémie de coronavirus, et a déclaré qu’il n’y aurait aucune mesure de contrainte.

“Mon objectif, ce n’est pas combien d’écoles, c’est que tous les enfants qui ont besoin de revenir à l’école parce qu’ils sont décrocheurs (....) ou parce que les parents doivent retravailler, puissent trouver une école ouverte”, a dit le président de la République à TF1 et France 2 en marge d’une visite dans une école primaire à Poissy (Yvelines).

“Je veux plutôt une bonne rentrée qu’une rentrée en nombre”, a-t-il ajouté. A la question de savoir si des mesures de contraintes étaient envisagées pour les maires ou les enseignants qui refuseraient de rouvrir certaines écoles, il a répondu : “Non, pas du tout, ce n’est pas la philosophie.”

Prévue pour être progressive et sur la base du volontariat, la réouverture des écoles maternelles et primaires à partir du 11 mai est un point de crispations depuis plusieurs jours entre l’exécutif, qui souhaite redémarrer l’activité économique et limiter le “décrochage scolaire”, et les élus locaux.

Dans le collimateur des détracteurs d’un déconfinement à partir du 11 mai, le protocole sanitaire dévoilé lundi dont l’application est jugée impossible dans un tel délai par de nombreux maires et les principaux syndicats d’enseignants qui demandent de différer la reprise des cours au 18 mai.

VOIR AUSSI

Macron exhorte à ne rien relâcher dans les zones “vertes”

La France va limiter les déplacements internationaux cet été

Le gouvernement retire sa page “anti-intox”, qui a suscité un tollé

Plus de 90% des points de vente de Renault rouvriront le 11 mai

EXCLUSIF-SANOFI PRÉVOIT DES ESSAIS À GRANDE ÉCHELLE POUR SON VACCIN EXPÉRIMENTAL

PARIS - Sanofi a déclaré mardi qu’il prévoyait de faire appel à des milliers de patients à travers le monde pour les essais du vaccin expérimental contre le coronavirus que le groupe pharmaceutique français est en train de développer avec le britannique GlaxoSmithKline.

Des dirigeants de Sanofi ont dit aussi à Reuters que le laboratoire avait entrepris des discussions avec plusieurs pays pour des achats par anticipation.

Sanofi travaille actuellement sur deux programmes de développement d’un vaccin destiné à contrer le COVID-19, la maladie provoquée par le nouveau coronavirus, et a fait savoir qu’il explorait plusieurs options de production, dont de nouvelles collaborations, pour garantir sa capacité à répondre à la demande si un programme venait à réussir.

VOIR AUSSI

Plus de sept milliards d’euros de promesses de dons mondiales pour la recherche

Des pirates informatiques visent la recherche sur le coronavirus, selon USA et GB

PLUS DE 32.000 MORTS AU ROYAUME-UNI, PAYS EUROPÉEN LE PLUS TOUCHÉ PAR LE CORONAVIRUS

LONDRES - L’épidémie due au coronavirus est à l’origine de plus de 32.000 décès au Royaume-Uni, ce qui en fait le pays européen le plus touché en terme de mortalité, selon des données publiées mardi.

D’après l’Office national des statistiques, 29.648 certificats de décès mentionnant le COVID-19 avaient été délivrés le 24 avril en Angleterre et au Pays de Galles. En ajoutant les bilans écossais et nord-irlandais, le total s’élève à 32.313 morts.

Le Royaume-Uni passe ainsi devant l’Italie, mais le bilan y est établi différemment.

Les chiffres communiqués par l’ONS prennent en compte tous les décès imputés au COVID-19, sans que la maladie ait forcément été dépistée sur les défunts.

Selon un bilan fourni ensuite par le gouvernement qui, contrairement à l’ONS, ne prend en compte que les décès liés à des cas confirmés de contamination, le nombre de morts au Royaume-Uni s’établit à 29.427.

VOIR AUSSI

En ITALIE, nouvelle hausse du nombre de décès

TABLEAU en anglais régulièrement actualisé des bilans, pays par pays

USA-TRUMP ANNONCE LA FIN PROCHAINE DU GROUPE DE TRAVAIL DÉDIÉ AU CORONAVIRUS

WASHINGTON - Le groupe de travail de la Maison blanche chargé de coordonner la réponse fédérale à la crise sanitaire liée au coronavirus va être dissout, alors que les Etats-Unis entament une nouvelle phase tournée vers les conséquences de l’épidémie et la réouverture de l’économie, a dit Donald Trump.

Le président américain a fait cette annonce lors de la visite d’une usine de fabrication de masques en Arizona, après que son vice-président Mike Pence - chargé de mener cette “task force” - a dit plus tôt dans la journée à des journalistes que la Maison blanche pourrait confier fin mai à des agences fédérales la coordination de la lutte contre la crise sanitaire.

A la question de savoir s’il considérait que la mission était accomplie dans la lutte contre le coronavirus, Donald Trump a répondu: “Non, pas du tout. La mission est accomplie quand cela est fini”.

Plus de 70.000 personnes aux Etats-Unis sont décédées après avoir contracté le coronavirus. Il s’agit du bilan le plus lourd au niveau mondial.

---

LA BCE DOIT JUSTIFIER LES ACHATS DE DETTE DE LA BUNDESBANK, DIT LA JUSTICE ALLEMANDE

KARLSRUHE/FRANCFORT - La Bundesbank, la banque centrale nationale allemande, devra cesser d’ici trois mois d’acheter des emprunts d’Etats de la zone euro pour le compte de la Banque centrale européenne (BCE) si cette dernière ne prouve pas que ces achats sont justifiés, a décidé mardi la Cour constitutionnelle allemande.

Ce jugement constitue un revers pour le programme d’achats de titres publics (Public Sector Purchase Programme, PSPP), l’un des principaux outils du plan d’assouplissement quantitatif (QE) de la BCE qui a permis depuis 2015 de limiter les coûts de financement des Etats membres.

Il contredit par ailleurs une décision de la Cour de justice de l’Union européenne validant le PSPP, ce qui suscite des interrogations sur la cohérence institutionnelle du bloc.

Les juges de la cour de Karlsruhe ont toutefois précisé que leur décision ne s’appliquait pas au plan d’achats de titres de 750 milliards d’euros lancé en mars dans le cadre des mesures d’urgence prises face à la crise sanitaire liée au coronavirus.

Surtout, ils laissent à la BCE la possibilité de prouver que les achats d’emprunts d’Etat sont nécessaires en dépit de leurs “effets négatifs”, à savoir les risques qu’ils peuvent faire courir aux contribuables allemands et la dépendance croissante des Etats aux financements assurés par la banque centrale.

---

AIRBNB VA LICENCIER UN QUART DE SES EFFECTIFS - SOURCES

Airbnb s’apprête à licencier près d’un quart de ses effectifs, soit près de 1900 personnes, ont déclaré mardi à Reuters des sources proches de la situation.

Selon une de ces sources, les salariés concernés recevront une indemnité représentant quatre mois de salaire, bénéficieront d’un plan accéléré d’acquisition d’actions et pourront conserver leur mutuelle de santé pour un an.

Airbnb, qui entend s’introduire en Bourse au mois de septembre, a suspendu en mars ses activités de marketing afin d’économiser 800 millions de dollars cette année.

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up