April 7, 2020 / 9:32 AM / 2 months ago

Coronavirus-Le Japon décrète l'état d'urgence à Tokyo et débloque près de €1.000 mds

TOKYO, 7 avril (Reuters) - Shinzo Abe a décrété mardi l’état d’urgence dans les zones les plus densément peuplées du Japon, notamment à Tokyo et à Osaka, afin de contrer la propagation du nouveau coronavirus.

Le Premier ministre japonais a en outre présenté un plan de soutien à l’activité de 108.000 milliards de yens (914 milliards d’euros), soit environ 20% de la production annuelle de richesse de la troisième économie mondiale.

L’état d’urgence sera en vigueur jusqu’au 6 mai à Tokyo et dans six autres préfectures, ce qui concerne au total environ 44% de la population du Japon.

Il ne revient pas à imposer un confinement à la population identique à ce qui est observé ailleurs dans le monde, en France par exemple, mais les gouverneurs pourront demander aux habitants de rester chez eux et aux commerces de fermer.

Aucune amende n’est prévue en cas d’infraction dans la plupart des cas, ce qui signifie que les autorités misent sur la pression sociale et la discipline individuelle pour garantir le respect de ces instructions.

“Nous avons décidé de décréter l’état d’urgence parce que nous avons jugé qu’une propagation rapide du coronavirus dans tout le pays aurait un impact énorme en termes de vies et sur l’économie”, a dit Shinzo Abe devant le parlement.

Le Japon n’a pas connu jusqu’à présent d’explosion épidémique de COVID-19 comme en ont subi d’autres pays, notamment en Europe et les Etats-Unis, mais le nombre de cas de contamination a récemment augmenté de manière régulière à Tokyo, Osaka et dans d’autres régions.

La capitale a ainsi vu son nombre de contaminations plus que doubler en une semaine pour atteindre environ 1.200, ce qui en fait le principal foyer dans le pays.

Au niveau national, le Japon recensait plus de 4.000 cas et 93 morts à la date de lundi.

Le gouvernement japonais a par ailleurs approuvé mardi le plan de soutien à l’économie de plus de 100.000 milliards de yens, qui dépasse, rapporté au PIB national, ceux mis au point aux Etats-Unis (11% de l’économie américaine) ou en Allemagne (5%).

Ce programme prévoit notamment 39.500 milliards de yens de dépenses budgétaires directes, dans le but notamment d’éviter un retour à la déflation et de favoriser la relance économique une fois la crise sanitaire passée.

Shinzo Abe a précisé que ce montant était plus de deux fois supérieur à la somme débloquée par le Japon après la faillite de la banque Lehmann Brothers en 2008, paroxysme de la crise financière internationale.

Pour financer ce plan, le Japon va émettre un montant record d’obligations souveraines supplémentaires, pour plus de 18.000 milliards de yens, ce qui va contribuer à alourdir son endettement déjà deux fois supérieur à son produit intérieur brut. (Chris Gallagher, Chang-Ran Kim, Linda Sieg, Ju-min Park, Leika Kihara, Makiko Yamazaki, Rocky Swift, Junko Fujita, Takaya Yamaguchi, Tetsushi Kajimoto et Yuka Obayashi version française Bertrand Boucey, édité par Henri-Pierre André)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below