April 1, 2020 / 4:47 PM / 2 months ago

Coronavirus-Rutte plus favorable à des "cadeaux" qu'aux "coronabonds"

AMSTERDAM, 1er avril (Reuters) - Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte s’est dit mercredi plus disposé à faire un “cadeau” aux pays européens dont l’économie est mise à mal par l’épidémie de coronavirus, plutôt qu’à émettre des obligations mutualisées ou à recourir au mécanisme européen de stabilité (MES).

La France, l’Italie, l’Espagne et six autres pays de la zone euro ont plaidé la semaine dernière en faveur de la création d’un instrument de dette commun afin de financer la lutte contre la pandémie mais leur proposition s’est heurtée à l’opposition de l’Allemagne et des Pays-Bas.

Mark Rutte, qui s’exprimait au Parlement, s’est à nouveau opposé mercredi à l’idée des “coronabonds” et s’est prononcé pour la création d’un nouveau fonds de soutien plutôt que pour un recours au MES.

“Si on fait appel au MES, c’est un prêt et un prêt doit être remboursé. Si on fait un cadeau, cela revient à dire: ‘Ecoutez, vous avez été durement touchés, mais avec un certain nombre de pays plus riches, nous sommes prêts à assumer les coûts directs de la crise du coronavirus”, a-t-il déclaré.

Mark Rutte a par ailleurs souhaité une amélioration des relations avec l’Espagne et l’Italie, où ses propos de la semaine dernière ont suscité l’indignation. (Toby Sterling, version française Jean-Philippe Lefief, édité par Blandine Hénault)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below