March 31, 2020 / 2:19 PM / 2 months ago

S&P Global s'attend à une envolée des défauts d'émetteurs "junk"

LONDRES, 31 mars (Reuters) - Le marché européen du crédit risque d’assister au cours des prochains mois à une envolée des défaillances des entreprises notées en catégorie spéculative (“junk”), prévient mardi S&P Global, qui table sur un quasi-quadruplement du taux de défaut à 8% d’ici fin décembre.

S&P avait averti la semaine dernière que l’économie européenne s’acheminait vers une contraction d’au moins 2% et susceptible d’atteindre 10% cette année en raison des mesures de confinement liées à la pandémie de coronavirus.

“La récession qui s’est emparée de l’Europe intervient au moment où le marché de la dette spéculative est vulnérable à un gel de la liquidité conjugué à une chute des bénéfices”, explique Nick Kraemer, directeur de la division “Performance Analytics” de S&P Global.

Il souligne que la proportion d’émetteurs “junk” notés dans le bas de cette catégorie, soit B- ou en dessous, dépasse 20%, son plus haut niveau historique.

L’agence précise que le secteur européen du pétrole risque d’être “particulièrement touché” en raison de la chute des cours du brut.

Dans une note séparée, S&P Global explique que “les compagnies d’exploration et de production étant en train de réduire leurs ‘capex’ de 20%, les entreprises qui fournissent les producteurs de pétrole et de gaz entrent dans une période très difficile”.

Elle a abaissé ses notes pour plusieurs acteurs du secteur dont CGG à B- et Vallourec à CCC+. (Joice Alves, version française Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below