March 23, 2020 / 1:21 PM / 7 days ago

GB-La crise actuelle bien plus grave que celle de 2008, selon l'ex-gouverneur de la BoE

LONDRES, 23 mars (Reuters) - La Grande-Bretagne est confrontée un défi “bien plus sérieux” sur le plan économique avec l’épidémie de coronavirus en cours que lors de la crise financière de 2008 qui avait pourtant menacé d’effondrement le système bancaire britannique, a déclaré lundi l’ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE), Mervyn King.

A la tête de la BoE de 2003 à 2013, Mervyn King avait été critiqué pour avoir tardé à réagir à l’effondrement de la banque de Newcastle Northern Rock en 2007, mais la suite de la gestion de la crise par la BoE sous sa houlette a été saluée.

Selon lui, les défis politiques et les dégâts économiques potentiels découlant de cette crise sanitaire sont encore plus importants qu’en 2008-2009, quand la Grande-Bretagne a connu sa pire récession depuis les années 1930.

“Je pense que c’est bien plus sérieux et bien plus difficile à gérer”, a-t-il déclaré à la BBC.

“Lors de la crise financière, nous faisions face (aux difficultés d’un nombre relativement faible d’institutions financières. Dans l’ensemble nous savions ce que nous devions faire. En ce moment la situation est particulièrement incertaine”, a-t-il ajouté.

Pour faire face à cette crise sanitaire, le gouvernement conservateur de Boris Johnson a promis des garanties de l’Etat sur les prêts aux entreprises de 330 milliards de livres sterling (363 milliards d’euros) et des mesures de soutien sans précédent pour les aider à verser les salaires de leurs employés.

La BoE a de son côté lancé un programme record de 200 milliards de livres d’achats d’actifs.

“IL FAUT DAVANTAGE D’EMPRUNTS PUBLICS”

De nombreux entreprises luttent pour rester à flot, alors que le gouvernement britannique a ordonné vendredi la fermeture des pubs, des restaurants, des salles de sport et de spectacles, afin de tenter d’enrayer la progression de l’épidémie.

“Je suis sûre que des mesures de soutien supplémentaire seront prises par la suite”, a déclaré Mervyn King, en précisant qu’il fallait laisser au gouvernement le temps de mettre en place des mesures destinées à aider les travailleurs indépendants.

Alors que le chancelier de l’Echiquier Rishi Sunak a refusé vendredi de chiffrer le coût total des mesures de soutien, l’ex-gouverneur de la BoE a précisé que toute estimation fournie actuellement serait irréaliste.

“A terme, tout cela devrait être financé par davantage d’emprunts publics. Mais nous ne devrions pas nous soucier de leur ampleur à ce stade”, juge Mervyn King. “Le gouvernement doit s’engager comme ‘l’acquéreur de dernier ressort’.”

L’ancien gouverneur de la BoE s’était montré bien plus inquiet de la hausse de l’endettement public en 2009, quand il avait qualifié d’”insoutenable” la politique budgétaire pré-crise du gouvernement travailliste en appelant à une action rapide pour réduire le déficit public.

Mervyn King, tout en jugeant inéluctable une contraction de l’économie britannique à court terme, a estimé qu’il serait erroné de la considérer comme une récession traditionnelle, dans la mesure où les fermetures d’entreprises ont été ordonnées par le gouvernement.

“Je ne pense pas que des termes comme récession ou dépression soient pertinents dans ce contexte. Le gouvernement ralentit délibérément l’activité économique afin de gérer une crise sanitaire (...) et il y aura un rebond à un moment.” (Version française Myriam Rivet, édité par Jean-Stéphane Brosse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below