March 11, 2020 / 1:57 PM / a month ago

La Grande-Bretagne dégaine l'artillerie lourde pour protéger son économie

* Plan de relance budgétaire de 30 milliards de livres sterling

* Dépenses de santé accrues face au nouveau coronavirus

* Le premier budget post-Brexit tourne la page de l’austérité

par William Schomberg

LONDRES, 11 mars (Reuters) - Le gouvernement britannique a assuré mercredi qu’il ferait “tout ce qu’il faut” pour protéger l’économie de la Grande-Bretagne de l’impact de l’épidémie de nouveau coronavirus, quelques heures après le lancement d’un plan de soutien par la Banque d’Angleterre (BoE), qui a abaissé son taux directeur.

Face à cette crise sanitaire qui devrait avoir un impact significatif mais temporaire sur une économie britannique déjà secouée par les incertitudes de l’après-Brexit, le premier projet de budget du gouvernement de Boris Johnson prévoit un plan de relance budgétaire de 30 milliards de livres sterling (environ 39 milliards d’euros).

“Je ferai tout ce qu’il faut pour soutenir l’économie”, a assuré le nouveau chancelier de l’Echiquier, Rishi Sunak, lors de la présentation de ce texte au Parlement.

“Notre économie est solide, nos finances publiques sont saines, nos services publics sont bien préparés”, a-t-il ajouté.

Le ministre britannique des Finances, en poste depuis la mi-février, a annoncé que le système de santé britannique et les autres services publics bénéficieraient d’une enveloppe supplémentaire de cinq milliards de livres afin de lutter contre la propagation de l’épidémie et que les règles d’indemnisation des salariés en cas d’arrêt maladie seraient assouplies.

Il a également présenté une série de mesures destinées à aider les entreprises confrontées à des problèmes de liquidités, dont la suspension pour un an d’une taxe foncière payée par les petites entreprises et un report des échéances fiscales pour les entreprises et les auto-entrepreneurs.

Boris Johnson avait espéré que ce premier budget permette de mettre en valeur sa volonté de privilégier les investissements dans les régions les moins favorisées du pays, où l’électorat s’est largement prononcé en faveur des conservateurs aux élections législatives de décembre.

Mais la perspective de voir les nouveaux cas de contamination par le nouveau coronavirus bondir dans les prochaines semaines a bousculé les priorités de son gouvernement en matière de dépenses publiques.

Tournant la page d’une décennie d’austérité visant à réduire le déficit budgétaire, le projet de budget prévoit d’augmenter les investissements publics au cours des cinq prochaines années pour les porter à un niveau sans précédent depuis 1955, d’après Rishi Sunak.

Selon des statistiques officielles publiées en début de journée, le produit intérieur brut (PIB) de la cinquième économie mondiale a stagné en janvier - avant même que le pays ne soit affecté par le nouveau coronavirus - une mauvaise surprise après plusieurs indicateurs qui laissaient entrevoir un rebond lié à la victoire des conservateurs aux élections législatives de décembre.

Version française Myriam Rivet, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below