February 6, 2020 / 3:57 PM / 15 days ago

LEAD 1-Bruno Le Maire dément tout projet de démantèlement d'Engie

(Actualisé avec citation supplémentaire § 7-8)

PARIS, 6 février (Reuters) - Il n’existe aucun projet de démantèlement d’Engie, a déclaré jeudi Bruno Le Maire, qui a refusé de se prononcer sur le sort d’Isabelle Kocher à quelques heures de la tenue d’un conseil d’administration extraordinaire consacrée à l’avenir de la directrice générale du géant de l’énergie.

La cession par l’Etat d’une partie de sa participation dans le capital du groupe énergétique n’est “absolument pas” à l’ordre du jour, a ajouté le ministre français de l’Economie et de Finances.

“Il n’y a aucun projet de démantèlement”, a-t-il dit à des journalistes en marge du salon des entrepreneurs, à Paris. “Arrêtons d’affaiblir nos champions industriels en diffusant des rumeurs malveillantes et inexactes”, a-t-il poursuivi en allusion aux craintes exprimées par Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France.

L’Etat français est le premier actionnaire d’Engie avec un peu plus de 24% de son capital.

Sur le cas d’Isabelle Kocher, seule femme à diriger une entreprise du CAC 40, Bruno Le Maire a répété qu’il appartenait au conseil d’administration de se prononcer et que l’Etat agirait en fonction des résultats économiques.

“L’égalité femmes-hommes ne se résume pas au cas d’Engie, c’est un combat beaucoup plus important, beaucoup plus large”, a-t-il dit. “Attendez de voir la décision que prendra le conseil d’administration, je dis juste qu’il ne faut pas mélanger tous les sujets.”

Concernant la répartition des postes dans la gouvernance du groupe, le ministre a précisé vouloir maintenir la séparation entre la présidence et la direction générale.

“Nous sommes attachés à la dissociation entre les fonctions de président et les fonctions de directeur général. Ça vaut pour les fonctions durables, ça vaut même pour les fonctions d’intérim”, a-t-il déclaré.

Un scénario circulant dans la presse évoquait la possibilité que l’actuel président du conseil d’Engie, Jean-Pierre Clamadieu, occupe également la direction générale à titre temporaire, le temps de trouver une remplaçante à Isabelle Kocher. (Myriam Rivet, édité par Henri-Pierre André)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below