for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Les actions et le dollar terminent bien une semaine faste

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en hausse vendredi et certaines ont inscrit de nouveaux plus hauts, tout comme les grands indices de Wall Street, le sentiment de marché restant favorable aux actifs risqués au terme d’une semaine dominée par l’apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Les Bourses européennes ont fini en hausse vendredi et certaines ont inscrit de nouveaux plus hauts. À Paris, le CAC 40 affiche en clôture une progression de 0,83% après avoir inscrit en séance un nouveau plus haut de plus de 12 ans. A Londres, le FTSE 100, freiné par un rebond de la livre sterling, a gagné 0,04% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,81%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

À Paris, le CAC 40 affiche en clôture une progression de 0,83% (49,25 points) à 6.021,53 points après avoir inscrit en séance un nouveau plus haut de plus de 12 ans à 6.024,17. A Londres, le FTSE 100, freiné par un rebond de la livre sterling, a gagné 0,04% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,81%.

L’indice EuroStoxx 50 a pris 1%, le FTSEurofirst 300 0,76% et le Stoxx 600 0,8%, tout près de son record de lundi (418,53 points).

L’optimisme continue donc de porter la tendance après les déclarations de Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor américain, évoquant une signature début janvier de l’accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

“Même si on attend encore d’en savoir plus sur les détails de l’accord, les droits de douane n’augmentent pas. Il n’y a pas d’escalade, c’est ce qui compte pour le marché”, résume Art Hogan, responsable de la stratégie de National Securities.

Les marchés actions ont aussi profité de la confirmation de la croissance américaine au troisième trimestre et du premier vote des députés britanniques favorable au projet de loi sur l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Sur l’ensemble de la semaine, le Stoxx 600 a progressé de 1,79% et le CAC 40 de 1,73%.

VALEURS

Tous les grands secteurs de la cote européenne ont fini la journée dans le vert.

Parmi les variations les plus notables du jour, l’action du géant des croisières Carnival a bondi de 6,82% après des résultats et des prévisions supérieurs aux attentes du marché.

Le groupe italien d’électricité Enel a gagné 2,54%, la meilleure performance de l’EuroStoxx 50, ce qui a permis à la Bourse de Milan (+1,11%) de surperformer les autres places européennes après le relèvement par Moody’s de la perspective des notes de sa filiale latino-américaine.

A la baisse, Royal Dutch Shell a perdu 1,63%, le marché sanctionnant l’annonce de 2,3 milliards de dollars de charges de dépréciation.

A Paris, Orange (+0,38%) n’a pas souffert de la condamnation de l’ex-France Télécom pour harcèlement moral.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le vert, le Dow Jones s’adjugeant 0,43%, le Standard & Poor’s 500 0,58% et le Nasdaq Composite 0,46%.

Tous trois ont inscrit de nouveaux records à l’ouverture, pour la septième séance consécutive concernant le S&P-500, du jamais vu depuis octobre 2017.

LES INDICATEURS DU JOUR

Aux Etats-Unis, la croissance du produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre a été confirmée à 2,1% en rythme annualisé, comme attendu; les dépenses de consommation des ménages ont augmenté de 0,4% en novembre, elles aussi conformes aux attentes, et l’indice d’inflation “core PCE”, le plus surveillé par la Réserve fédérale, voit sa hausse sur un an ramenée à 1,6% contre 1,7% en octobre.

L’indice de confiance du Michigan ressort par ailleurs en hausse en décembre à 99,3.

En Europe, la croissance du Royaume-Uni au troisième trimestre a été révisée en hausse à 0,4%. L’indice de confiance du consommateur dans la zone euro affiche une baisse inattendue à -8,1.

CHANGES

La révision à la hausse de la croissance américaine favorise la hausse du dollar, qui s’apprécie de 0,31% face à un panier de devises de référence.

L’euro retombe sous 1,11 dollar pour la première fois depuis le 11 décembre.

La livre sterling reste orientée à la hausse mais n’a que brièvement amplifié sa progression après le vote des députés britanniques et surtout, elle accuse sur l’ensemble de la semaine son repli le plus marqué depuis plus de deux ans face au dollar (-2,1%) et depuis juillet 2017 face à l’euro (-1,8%).

TAUX

Les rendements des emprunts d’Etat de référence de la zone euro sont en légère baisse en fin de séance mais restent proches de leurs récents pics de six mois.

Celui du Bund allemand à dix ans accuse sur la journée un repli de 1,2 point de base à -0,246% contre -0,208% au plus haut jeudi.

Sur le marché américain, le rendement à dix ans prend au contraire un peu plus d’un point à 1,9209%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier subit des prises de profit mais affiche sa troisième semaine consécutive de hausse, un mouvement porté par l’apaisement des tensions commerciales.

Le Brent abandonne 0,5% à 66,21 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,05% à 60,54 dollars. Sur la semaine, le Brent affiche une hausse de plus de 1%, le WTI une progression de près de 0,5%.

Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up