December 19, 2019 / 3:02 AM / 3 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 03H00 GMT (19/12)

USA-DONALD TRUMP MIS EN ACCUSATION POUR ABUS DE POUVOIR ET ENTRAVE AU CONGRÈS

WASHINGTON - Donald Trump est devenu mercredi le troisième président des Etats-Unis à être officiellement mis en accusation (“impeached”), pour abus de pouvoir, une mesure historique ouvrant la voie à un procès en destitution au Sénat.

La Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, a voté en séance plénière à 230 voix pour et 197 contre la mise en accusation de Donald Trump pour abus de pouvoir. Elle a ensuite voté la mise en accusation du président républicain pour entrave au Congrès dans l’”affaire ukrainienne”.

Ce vote ouvre la voie à un procès en janvier au Sénat, où les républicains sont majoritaires et pourront faire obstacle à la procédure.

Jamais, dans l’Histoire des Etats-Unis, un président n’a été destitué. Les procédures lancées contre Andrew Johnson, en 1868, et Bill Clinton, en 1998, ont été mises en échec au Sénat. Richard Nixon a démissionné en 1974 avant le vote en séance plénière à la Chambre.

—-

LE GOUVERNEMENT ROUVRE LE DIALOGUE SUR LES RETRAITES

PARIS - Au 14e jour de mobilisation contre la réforme des retraites, les partenaires sociaux ont été reçus mercredi à Matignon pour tenter de trouver une issue à la crise, alimentée notamment par le projet gouvernemental d’un “âge pivot” de 64 ans que rejettent les syndicats.

Premier à s’entretenir avec Edouard Philippe et le secrétaire d’Etat aux retraites Laurent Pietraszewski, nommé en remplacement de Jean-Paul Delevoye, le secrétaire général de l’Unsa Laurent Escure a dépeint, à sa sortie, un Premier ministre ouvert sur la question de la pénibilité mais toujours “très attaché à l’équilibre” du système à moyen terme.

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a salué “une volonté de discussion et d’ouverture” mais réaffirmé son opposition à un âge d’équilibre. “On est très très loin encore d’être d’accord” et il est “très très prématuré” pour parler “d’un éventuel compromis si jamais il devait arriver”, a-t-il dit à la presse.

L’exécutif s’est attiré la semaine dernière la colère des syndicats réformateurs, dont l’Unsa et la CFDT, en incluant des mesures paramétriques dans le projet de système universel de retraites par points dont la CGT et FO réclament pour leur part le retrait pur et simple.

Pour parvenir à l’équilibre du système, l’exécutif propose l’instauration progressive d’un âge pivot fixé à 64 ans en 2027, âge de départ permettant d’obtenir une retraite à taux plein assorti d’un système de bonus-malus.

Le gouvernement s’est toutefois dit prêt à y renoncer si les partenaires sociaux parvenaient à se mettre d’accord sur des mécanismes alternatifs permettant d’atteindre l’équilibre budgétaire.

Dans la foulée de la troisième journée de grèves et de manifestations, qui ont réuni mardi 615.000 personnes en France selon le ministère de l’Intérieur, l’intersyndicale a appelé à une nouvelle mobilisation jeudi et balayé l’hypothèse d’une trêve.

—-

LE PARQUET DE PARIS SAISI DU DOSSIER DELEVOYE

PARIS - Le parquet de Paris a été saisi mercredi par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique des “omissions” dans la déclaration d’intérêts de Jean-Paul Delevoye, qui ont conduit à sa démission des fonctions de haut-commissaire aux Retraites.

“Le parquet de Paris fera connaître demain (jeudi-NDLR), dans la journée, les suites qu’il entend lui réserver. Il précisera également les suites données à la situation de cumul de rémunérations portée à sa connaissance”, est-il précisé dans un communiqué.

Jean-Paul Delevoye avait omis dix fonctions dans la déclaration d’intérêts remplie lors de son entrée au gouvernement, en novembre dernier, selon Le Monde. Sous la pression, le haut-commissaire a remis sa démission lundi.

—-

LES BALKANY RENONCENT À SE PRÉSENTER AUX MUNICIPALES DE 2020

PARIS - Patrick et Isabelle Balkany renoncent à se présenter aux élections municipales de 2020 à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), a-t-on appris mercredi auprès de leur entourage, confirmant une information de Marianne.

Le maire de Levallois-Perret est incarcéré à la prison de la Santé depuis le 13 septembre, date de sa première condamnation à quatre ans de prison pour fraude fiscale. Son épouse Isabelle, condamnée à trois ans de prison mais sans mandat de dépôt, assure actuellement l’intérim. Tous deux avaient été condamnés à dix ans d’inéligibilité.

Lors de leur procès en appel, le parquet a requis mercredi quatre ans de prison ferme contre Patrick Balkany et quatre ans dont deux avec sursis contre son épouse, ainsi que dix d’inéligibilité pour chacun.

—-

UN MANDAT D’ARRÊT ÉMIS EN BOLIVIE CONTRE EVO MORALES

LA PAZ - Le ministère public bolivien a émis mercredi un mandat d’arrêt contre l’ancien président Evo Morales pour sédition et terrorisme.

L’ex-chef d’Etat, qui a quitté le pouvoir après de violentes manifestations déclenchées par les conditions de sa réélection à la présidence, fin octobre, se trouve actuellement en Argentine où il bénéficie du statut de réfugié.

—-

LIBAN-HARIRI PAS CANDIDAT AU POSTE DE PREMIER MINISTRE

BEYROUTH - Saad Hariri, chef du gouvernement libanais sortant, annonce mercredi dans un communiqué qu’il n’est pas candidat à sa propre succession, mais souhaite que les consultations en vue de la désignation du Premier ministre aient lieu jeudi comme prévu.

Saad Hariri a démissionné fin octobre après plusieurs semaines de manifestations contre une élite politique jugée corrompue et expédie depuis les affaires courantes. Son nom a ressurgi au début du mois après le retrait de la candidature de l’homme d’affaires Samir Katib.

—-

PSA ET FCA SIGNENT UN ACCORD POUR FUSIONNER D’ICI DÉBUT 2021

PARIS/MILAN - PSA et Fiat Chrysler Automobiles (FCA) ont annoncé mercredi un accord engageant en vue de leur fusion, une opération à 50 milliards d’euros qui donnera naissance au quatrième constructeur automobile mondial d’ici le début 2021.

Ce rapprochement, qui modifiera en profondeur le visage de l’industrie automobile mondiale, interviendra dans un délai de 12 à 15 mois, ont précisé les deux groupes dans un communiqué commun, le temps d’organiser les assemblées générales extraordinaires des actionnaires de PSA et de FCA et de satisfaire aux exigences des autorités de la concurrence à travers le monde.

Présenté fin octobre, le rapprochement prévoit 3,7 milliards d’euros de synergies par an, sans fermeture d’usine. Ces économies viendront surtout de l’utilisation de plateformes communes de véhicules, qui pourrait débuter d’ici deux ans, et d’économies sur les achats. Mais pour une entité comptant un effectif de 400.000 personnes, les retombées en matière d’emploi seront très surveillées.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a prévenu que si l’accord est une “très bonne nouvelle pour la France” et pour l’Europe, le gouvernement français veillera à ce que soient respectées la “préservation de l’empreinte industrielle en France, (la) localisation des centres de décision et (la) confirmation de l’engagement du nouveau groupe sur la création d’une filière industrielle européenne de batteries électriques.”

Même tonalité du côté du gouvernement italien, qui a salué l’accord tout en se disant attentif aux investissements et à l’emploi.

—-

LA BANQUE POSTALE ENVISAGE L’ACQUISITION DES ACTIVITÉS DE DÉTAIL DE HSBC FRANCE - SOURCES

PARIS - La Banque Postale envisage de formuler une offre pour les activités de détail françaises de HSBC, a-t-on appris de sources proches des discussions.

L’établissement français a mandaté la banque britannique Barclays pour conduire les travaux préparatoires en amont d’une mise en vente prévue au début de l’année prochaine, ont dit les sources qui s’exprimaient sous le sceau de l’anonymat.

La Banque Postale se trouve elle-même actuellement au coeur d’une vaste opération pilotée par l’Etat par laquelle elle va prendre le contrôle de CNP Assurances afin de créer un pôle public dans la banque et l’assurance tourné vers les zones rurales françaises.

—-

LANCEMENT RÉUSSI POUR ANGELS, PREMIER NANOSATELLITE INDUSTRIEL FRANÇAIS

TOULOUSE - Angels, le premier nanosatellite industriel français, a été lancé mercredi à bord du vaisseau Soyouz VS23 du centre spatial guyanais de Kourou puis mis en orbite avec succès.

Le programme Angels, pour “Argos-Neo on a Generic Economical and Light Satellite”, a été lancé en mars 2017 par la société toulousaine Hemeria (anciennement Nexeya) et le Centre national d’études spatiales (Cnes). D’un coût de dix millions d’euros, il a été financé à hauteur de sept millions d’euros par le Cnes et trois millions d’euros par Hemeria.

L’instrument Argos-Neo, le premier d’une nouvelle génération miniaturisée, vient compléter la flotte actuellement en orbite du système Argos de collecte de données et de localisation de balises dédié à l’étude et à la protection de l’environnement.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below