December 16, 2019 / 8:57 AM / a month ago

Europe/PMI-La croissance du secteur privé de la zone euro reste faible

PARIS, 16 décembre (Reuters) - Principaux résultats provisoires des enquêtes Markit auprès des directeurs d’achat en Europe :

* ZONE EURO - LA CROISSANCE DU SECTEUR PRIVÉ TOUJOURS FAIBLE

La croissance du secteur privé de la zone euro est demeurée faible en décembre malgré un léger rebond de l’activité dans les services, la tiédeur de la demande extérieure amplifiant la contraction du secteur manufacturier, montrent les résultats préliminaires de l’enquête réalisée par IHS Markit auprès des directeurs d’achat (PMI).

L’indice “flash” composite, qui combine l’activité des services et celle du secteur manufacturier, s’affiche à 50,6 pour le mois en cours, comme en novembre et légèrement en dessous du consensus, qui le donnait à 50,7.

Le secteur manufacturier s’enfonce un peu plus en territoire de contraction (45,9 contre 46,9 en novembre) et déçoit puisque le consensus l’attendait à 47,3.

Cela va un peu mieux en revanche pour les services, qui restent en croissance (52,4 contre un consensus de 52,0, après 51,9 en novembre).

* ALLEMAGNE - LE SECTEUR PRIVÉ RESTE EN CONTRACTION

BERLIN - L’activité du secteur privé en Allemagne s’est contractée en décembre pour le quatrième mois consécutif, un rebond des services ne suffisant pas à compenser le ralentissement du secteur manufacturier de la première économie d’Europe.

L’indice “flash” composite, qui combine l’activité des services et celle du secteur manufacturier, est inchangé à 49,4 pour le mois en cours alors que les analystes l’attendaient en légère progression, à 49,9, montrent les résultats préliminaires de des enquêtes PMI menées par IHS Markit pour le mois en cours.

Pour le quatrième mois de suite, cet indice se maintient en dessous du seuil de 50, et donc en territoire de contraction.

Si le secteur manufacturier a encore ralenti, à 43,4 contre 44,1 en novembre, celui des services a légèrement progressé (52,0 contre 51,7 en décembre), se maintenant en zone de croissance de l’activité.

“Les données préliminaires signalent un fin délicate à une année difficile pour l’économie allemande”, commente Phil Smith, économiste d’IHS Markit

* GRANDE-BRETAGNE - LE SECTEUR PRIVÉ A SOUFFET AVANT LES ÉLECTIONS

LONDRES - Le secteur privé britannique a connu son repli le plus marqué depuis mi-2016 à l’approche des élections législatives largement remportées par le Premier ministre Boris Johnson la semaine dernière, montrent les résultats préliminaires des enquêtes IHS Markit pour le mois de décembre.

L’indice “flash” composite, qui combine l’activité des services et celle du secteur manufacturier, s’est enfoncé à 48,5 pour le mois en cours, au plus bas depuis juillet 2016, après 49,3 en novembre.

Il reste ainsi en territoire de croissance et ressort en dessous des attentes des analystes, qui misaient sur un indice à 49,6 pour le mois en cours.

Si le secteur des services s’est replié (49,0 contre 49,3 en novembre), le recul est plus marqué encore pour l’activité manufacturière, tombée au plus bas depuis juillet 2012, à 47,4 contre 48,9 en novembre.

Ces chiffres suggèrent que l’économie britannique pourrait se contracter au quatrième trimestre. La livre sterling s’est retournée à la baisse contre l’euro après leur publication.

* FRANCE - LE SECTEUR PRIVÉ STABLE MALGRÉ LES GRÈVES

PARIS - L’activité du secteur privé en France est demeurée stable en décembre malgré les grèves contre la réforme des retraites, montrent les résultats préliminaires des enquêtes IHS Markit pour le mois de décembre.

L’indice “flash” composite, qui combine l’activité des services et celle du secteur manufacturier, s’affiche à 52,0 pour le mois en cours, conformément aux attentes, après 52,1 en novembre.

Cet indice touche un creux de trois mois mais n’en demeure pas moins assez nettement au-dessus du seuil de 50 qui sépare la contraction de l’expansion.

Le moral des entrepreneurs reste bon, malgré les grèves contre la réforme des retraites qui ont commencé le 5 décembre et ont fortement perturbé les transports publics.

Si le secteur des services fait mieux que résister (52,4 contre un consensus de 52,1, après 52,2 en novembre), le secteur manufacturier ralentit en revanche (50,3 contre un consensus de 51,5, après 51,7 en novembre) pour se rapprocher de la contraction. (Service Macro-Marchés)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below