December 4, 2019 / 3:05 AM / 11 days ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 03H00 GMT (04/12)

MACRON EXHORTE À UNE CLARIFICATION CLAIRE DE LA STRATÉGIE DE L’OTAN

LONDRES - Emmanuel Macron a appelé mardi à une clarification de la stratégie de l’Otan, notamment en matière de lutte contre le terrorisme, et du rôle de la Turquie qu’il a accusée de travailler avec des “intermédiaires” du groupe Etat islamique.

Un mois après avoir provoqué une onde de choc en décrivant l’Otan comme une organisation en état de “mort cérébrale”, le chef de l’Etat français a maintenu ses propos lors d’une déclaration à la presse au côté de Donald Trump qui avait dénoncé dans la matinée des “propos insultants”.

“Je sais que mes propos ont suscité des réactions, ont un peu secoué, mais je les maintiens”, a-t-il déclaré à Winfield House, maison de l’ambassadeur des Etats-Unis à Londres, où il s’est entretenu avec son homologue américain.

“C’est impossible de simplement dire ‘nous devons mettre de l’argent, nous devons mettre des soldats’ sans être clairs sur les fondamentaux de l’Otan”, a-t-il ajouté. Nous avons besoin notamment de clarification de la part de la Turquie, a-t-il dit.

Une réunion quadripartite (Turquie, France, Royaume-Uni et Allemagne) a permis de réaffirmer une “convergence très forte” sur la Syrie, sans toutefois “lever toutes les ambiguïtés” d’Ankara, a déclaré Emmanuel Macron par la suite.

—-

“TAXE GAFA”-TRUMP MENACE LA FRANCE, QUI RÉPLIQUE

LONDRES - Le président américain Donald Trump a promis mardi de ne pas laisser la France taxer les entreprises américaines en brandissant à nouveau la menace de sanctions commerciales, que Paris a jugées “inacceptables”.

Les Etats-Unis ont menacé lundi de surtaxer l’équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français, dont le champagne et le fromage, en représailles à la taxe que Paris a imposée aux entreprises du numérique en vertu d’une loi votée en juillet.

“Ces sanctions seraient inacceptables”, a jugé le ministre français de l’Economie et des Finances, contestant le bien-fondé juridique de telles représailles. “La taxe française n’est pas discriminatoire”, a poursuivi Bruno Le Maire devant la presse, à Paris.

A Bruxelles, la Commission européenne a assuré que les Etats membres de l’UE seraient solidaires de la France.

La taxe française, qui vise notamment les géants du numérique tels que Google, Apple, Facebook et Amazon - d’où son surnom de “taxe Gafa” -, s’applique aux sociétés réalisant un chiffre d’affaires de 750 millions d’euros au niveau mondial et de plus de 25 millions d’euros sur le sol français, dans le cadre de leurs activités numériques.

—-

TRUMP PRÊT À ATTENDRE NOVEMBRE 2020 POUR UN ACCORD COMMERCIAL AVEC LA CHINE

LONDRES - Donald Trump a déclaré mardi qu’il ne s’était fixé aucune date butoir pour la conclusion d’un accord commercial avec la Chine, jugeant même préférable d’attendre le résultat de l’élection présidentielle américaine de novembre 2020.

“Je n’ai pas de date butoir, non. Par certains aspects, je pense qu’il est mieux d’attendre jusqu’à l’issue de l’élection”, a dit le président américain. “Mais ils veulent un accord maintenant et nous verrons si cet accord est bon ou non. Il faut qu’il soit bon”, a-t-il poursuivi.

Washington et Pékin n’ont toujours pas finalisé un accord partiel, dit de “phase 1”, annoncé en octobre dernier.

Les Etats-Unis menacent toujours d’imposer une surtaxe de 15% sur 156 milliards de dollars de produits d’importation chinois le 15 décembre.

Dans un entretien à Reuters, le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a déclaré qu’il était plus important pour les Etats-Unis de conclure un bon accord commercial plutôt qu’un accord rapide.

—-

LES USA N’EXCLUENT PAS DES DROITS DE DOUANE SUR LES AUTOS

NEW YORK - L’administration Trump n’a pas exclu de futurs relèvements de droits de douane sur les voitures importées aux Etats-Unis, même si elle n’a pour l’instant rien entrepris depuis l’expiration en novembre d’un délai de réflexion, a déclaré mardi le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, dans un entretien à Reuters.

Donald Trump a menacé d’imposer des droits de douane allant jusqu’à 25% sur les automobiles importées aux Etats-Unis. Le président américain n’a cependant rien annoncé depuis l’expiration mi-novembre d’un délai de réflexion de six mois à la suite d’une enquête du département du Commerce destinée à déterminer si ces importations constituaient ou non une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis.

—-

USA 2020-KAMALA HARRIS SE RETIRE DE LA COURSE À L’INVESTITURE DÉMOCRATE

WASHINGTON - Kamala Harris a annoncé mardi qu’elle se retirait de la primaire démocrate en vue de l’élection présidentielle de novembre prochain aux Etats-Unis.

“J’ai fait le bilan et considéré la situation sous tous ses angles pour arriver ces derniers jours à l’une des décisions les plus difficiles de ma vie”, écrit la sénatrice de Californie dans un courriel adressé à ses partisans. “Ma campagne n’a tout simplement pas les ressources financières nécessaires pour que nous continuions”.

VOIR AUSSI

ENCADRE Les candidats en lice à la primaire démocrate

—-

LE RAPPORT DÉMOCRATE ACCUSE TRUMP D’ABUS DE POUVOIR

WASHINGTON - Les élus démocrates de la Chambre des représentants ont publié mardi un rapport d’enquête détaillant leurs arguments en faveur d’une destitution (“impeachment”) de Donald Trump, qu’ils accusent d’abus de pouvoir pour avoir sollicité une ingérence étrangère, celle de l’Ukraine, dans l’élection présidentielle de novembre 2020 aux Etats-Unis.

La commission du Renseignement de la Chambre des représentants, fer de lance de l’enquête ouverte en septembre, affirme aussi dans son rapport que le président américain a sapé la sécurité nationale et dirigé une campagne sans précédent d’obstruction aux investigations du Congrès.

Donald Trump rejette les accusations à son encontre et accuse en retour les démocrates de vouloir revenir sur le résultat de l’élection présidentielle de 2016. D’après les sondages d’opinion, les Américains sont divisés sur le bien-fondé d’une éventuelle procédure de destitution.

—-

FRANCE-L’ÉPREUVE DE FORCE SUR LES RETRAITES DÉBUTE JEUDI

PARIS - Gouvernement et syndicats français entament un bras de fer sur l’avenir du système des retraites jeudi, une journée de grèves et de manifestations annoncées comme massives à l’instar de la mobilisation de 1995, qui avait alors fait plier le pouvoir.

L’exécutif, qui s’attend à “un mur” le 5 décembre tant les mécontentements sociaux se sont agrégés depuis la crise des “Gilets jaunes”, affiche sa fermeté sur l’objectif d’un régime universel de retraites par points mais se ménage une marge de négociation, sur l’entrée en vigueur de la réforme particulièrement, mais aussi la pénibilité et les droits familiaux. et

Sa capacité d’action se mesurera à l’aune de la contestation de jeudi et des jours, voire des semaines, qui suivent, avec la menace d’une grève “illimitée” dans les transports à l’approche des vacances de Noël. Le gouvernement prend aussi très au sérieux le risque de violences, les “Gilets jaunes” ayant décidé de se rallier au mouvement, notamment le samedi 7 décembre.

VOIR AUSSI

ENCADRE Les secteurs affectés par les grèves

Un train sur dix circulera jeudi sur les lignes SNCF

REPORTAGE Les syndicats se préparent au combat

—-

LES DÉPUTÉS FRANÇAIS ADOPTENT UN TEXTE CONTROVERSÉ CONTRE L’ANTISÉMITISME

PARIS - Les députés français ont adopté mardi une proposition de résolution controversée visant à lutter contre l’antisémitisme qui a occasionné un vif débat au sein de la majorité.

Le texte, non contraignant juridiquement, a été adopté par 154 voix contre 72. Signe des divisions à La République en marche (LaRem), 84 députés du parti présidentiel ont voté pour, 26 contre et 22 se sont abstenus.

“La haine n’a pas sa place en République, l’intolérance n’a pas sa place en France”, a déclaré dans l’hémicycle avant le vote le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, faisant notamment référence à la profanation le même jour de tombes juives dans un cimetière du Bas-Rhin.

—-

LE PATRON DE GOOGLE PROMU À LA TÊTE D’ALPHABET

SAN FRANCISCO - Sundar Pichai, directeur général de Google, va également prendre la tête de la maison-mère Alphabet , les deux cofondateurs du géant californien du numérique, Larry Page et Sergey Brin, ayant décidé de prendre du recul.

Larry Page et Sergey Brin vont rester membres du conseil d’administration d’Alphabet mais vont renoncer avec effet immédiat à leurs fonctions respectives de directeur général et de “président”. Ce dernier titre ne sera pas repris.

—-

CLIMAT-LES DIX ANS À VENIR SERONT DECISIFS POUR L’EUROPE

BRUXELLES - Les 10 ans à venir seront décisifs pour l’Europe dans la lutte contre le changement climatique si elle veut s’épargner de graves conséquences sociales et économiques, prévient mercredi l’Agence européenne de l’environnement (EEA).

Dans son rapport annuel sur l’état et les perspectives de l’environnement en Europe, l’EEA met en avant les conséquences dramatiques d’un dérèglement climatique incontrôlé pour les pays de l’Union européenne, évoquant notamment des canicules extrêmes annuelles d’une intensité comparable à ce que la France et l’Espagne ont vécu cet été et une division par deux du rendement de certaines récoltes dans les Etats du Sud européen.

Le tableau dépeint par l’agence témoigne déjà des dégâts provoqués par le réchauffement climatique, avec des écosystèmes européens fragilisés et attaqués de toutes parts.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below