November 8, 2019 / 9:46 AM / 12 days ago

BOURSE-Natixis chute, la valorisation jugée difficile à justifier

PARIS, 8 novembre (Reuters) - Natixis chute vendredi en Bourse malgré la publication de résultats trimestriels supérieurs aux attentes, certains analystes jugeant la valorisation difficile à justifier après la forte performance récente du titre.

L’action perd 5,39% à 4,11 euros à 10h25, l’une des plus fortes baisses de l’indice large européen Stoxx 600, qui recule de 0,47%.

L’indice Stoxx des banques perd près de 1%, pénalisé en outre par les résultats mal accueillis de Crédit agricole , qui cède 3,66%.

A la clôture de jeudi, l’action Natixis était toutefois en hausse de près de 17% depuis le début de l’année, ce qui peut justifier des prises de bénéfice, comme l’estiment les analystes de Kepler Cheuvreux, qui dégradent leur recommandation à “alléger” contre “conserver” et abaissent l’objectif de cours de 6,3% à 3,73 euros.

Natixis a fait état jeudi de résultats supérieurs aux attentes au troisième trimestre en disant vouloir se concentrer sur ses activités actuelles plutôt que sur les acquisitions.

La banque, filiale cotée du groupe mutualiste BPCE, a fait état d’un résultat net à 415 millions d’euros, en hausse de 16%, et a relevé son objectif de ratio de solvabilité financière en 2020 à 11,2%, contre 11% précédemment.

Kepler justifie sa dégradation par des paramètres de valorisation difficiles à justifier par rapport à ceux de ses concurrents après la progression récente du cours de l’action.

L’intermédiaire estime en outre que le renforcement en cours du modèle d’entreprise, dont il se félicite, pourrait prendre du temps avec une phase de transition à prévoir.

D’autres intermédiaires sont moins sévères, comme JPMorgan, qui reste à “neutre” sur la valeur en saluant des résultats supérieurs aux attentes, ou encore Invest Securities, qui parle d’un T3 “solide et légèrement supérieur aux attentes”.

Les analystes de Jefferies, qui restent à l’achat sur la valeur, estiment pour leur part que les résultats sont de nature à rassurer les investisseurs après les déboires de H2O, filiale britannique de Natixis touchée en juin par une vague de sorties de capitaux en raison d’inquiétudes sur la liquidité de son portefeuille. (Patrick Vignal, édité par Henri-Pierre André)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below