October 31, 2019 / 12:46 PM / 21 days ago

Après une année 2018 hors norme, la production mondiale de vin a baissé en 2019

PARIS, 31 octobre (Reuters) - La production mondiale de vin a chuté de près de 10% cette année, de mauvaises conditions météorologiques ayant frappé le trio de tête des pays producteurs (Italie, France et Espagne), selon les données publiées jeudi par l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV).

La première estimation de la production 2019 de l’OIV est de 263 millions d’hectolitres. En 2018, elle avait atteint 294 millions, mais l’année avait été exceptionnelle. Le cru 2019 est plus conforme aux moyennes de ces dernières années.

“Après deux années consécutives qui peuvent être définies comme extrêmement volatiles, 2019 ramène la production de vin à des niveaux moyens”, souligne l’OIV.

Pour l’Italie (46,6 mhl) et la France (41,9 mhl), les deux premiers producteurs mondiaux, la chute est de 15%. En Espagne (34,3 mhl), elle atteint 24%.

Pour ces trois pays, qui représentent 47% de l’estimation mondiale, la production est en outre inférieure à sa moyenne sur les cinq dernières années. “Cela s’explique principalement par des conditions météorologiques aléatoires, notamment un printemps très froid et pluvieux suivi d’un été extrêmement chaud et sec”, note l’OIV.

Le Portugal, avec 6,7 mhl, est le seul pays de l’UE où la production de vin est plus importante que l’année dernière(+10%) et au-dessus de sa moyenne quinquennale (+4 %).

Aux Etats-Unis, où la production est estimée à 23,6 mhl, le recul est moins marqué, avec une baisse de 1% seulement. Mais l’OIV souligne que “ce chiffre est basé sur les prévisions sur les vendanges, ce qui pourrait être sensiblement revu dans les mois à venir lorsque plus d’informations seront disponibles”.

Dans l’hémisphère Sud, le scénario pour 2019 est assez proche, “avec une production de vin généralement inférieure à l’année précédente, mais globalement en ligne avec la moyenne quinquennale”.

L’Amérique du Sud est la région de l’hémisphère Sud qui enregistre la plus forte baisse (-10% en Argentine à 13,0 mhl, -7% au Chili à 11,9 mhl).

En Afrique du Sud en revanche, malgré la sécheresse, la production a crû de 3% à 9,7 mhl. Mais cette progression fait suite à une très mauvaise production l’année précédente.

En Océanie, l’Australie enregistre une légère baisse du volume de production (-3% à 12,5 mhl) mais globalement en ligne avec sa moyenne quinquennale. La Nouvelle-Zélande enregistre pour la quatrième année consécutive un chiffre proche de 3 mhl (-1% par rapport à 2018). (Sybille de La Hamaide, version française Henri-Pierre André, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below