October 30, 2019 / 7:38 AM / 12 days ago

Fiat Chrysler et PSA pourraient officialiser leur rapprochement dès jeudi-source

* Le rapprochement pourrait aboutir à la création du n°4 mondial du secteur

* Paris et Rome suivent le dossier de près

* Fiat Chrysler a gagné 9,5% à Milan, PSA a pris 4,53%

* Fiat Chrysler cherche des synergies pour développer des modèles plus respectueux de l’environnement

*

* (Actualisé avec précisions)

par Giulio Piovaccari et Gwénaëlle Barzic

MILAN/PARIS, 31 octobre (Reuters) - Les conseils de surveillance de PSA et de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) ont donné mercredi leur feu vert à un projet de fusion entre les deux groupes qui pourrait aboutir à la naissance du quatrième constructeur mondial, a-t-on appris de sources au fait des discussions de part et d’autre.

Les deux entreprises pourraient officialiser leur mariage dès jeudi même si un échec des tractations n’est pas exclu, a-t-on déclaré de mêmes sources.

Les porte-parole de PSA comme de FCA se sont refusés à tout commentaire concernant le calendrier des négociations et des éventuelles annonces.

Pour les deux entreprises, l’intérêt majeur de ce rapprochement tiendrait aux synergies, qui pourraient représenter au total quatre milliards d’euros d’économies par an, là encore selon des personnes au fait du dossier.

Ces deux groupes de taille moyenne à l’échelle mondiale, de surcroît confrontés à des défis technologiques et légaux colossaux, formeront, si le projet prend corps, un géant capable de jouer dans la cour des grands, avec 8,7 millions de véhicules produits l’an dernier (filiales chinoises comprises).

Celui-ci, issu d’un échange d’actions à 50-50, aurait formellement son siège aux Pays-Bas, le tout sous la houlette d’un duo formé par Carlos Tavares, actuel président du directoire de PSA et pressenti pour devenir directeur général, et John Elkann, actuel président de Fiat et appelé à présider le futur conseil d’administration, selon les sources jointes par Reuters.

Fiat Chrysler verserait à ses actionnaires un dividende exceptionnel de 5,5 milliards d’euros et pourrait également distribuer ses parts dans le fabricant de robots Camau.

PSA se désengagerait pour sa part du capital de Faurecia en cédant sa participation de 46% dans l’équipementier automobile pour environ 3 milliards d’euros.

Il est également prévu que l’ensemble qui naîtra du rapprochement des deux constructeurs automobiles aura un conseil d’administration de 11 membres, six d’entre eux venant de PSA dont Carlos Tavares et cinq de FCA dont John Elkann, ont encore dit les sources.

PSA et FCA ont confirmé mercredi avoir engagé des discussions, sans entrer dans le détail.

“Suite aux récentes informations de presse sur le possible rapprochement de Groupe PSA et FCA Group, Groupe PSA confirme que des discussions sont en cours en vue de créer l’un des principaux groupes automobiles mondiaux”, a déclaré le groupe français dans un bref communiqué, similaire à celui de FCA.

L’action Fiat Chrysler a bondi de 9,53% à la Bourse de Milan, et celle d’Exor, la holding de contrôle de Fiat, de près de 4,6%. A la Bourse de Paris, PSA a progressé de 4,53% tandis que le groupe Renault a perdu -4,02%.

FCA a longtemps été en discussion avec Renault mais il avait annoncé en juin dernier le retrait de son offre de fusion à 30 milliards d’euros avec le constructeur français, accusant le contexte politique en France d’avoir compromis un projet qui aurait donné naissance au troisième constructeur mondial.

“Nous suivons les derniers développements Fiat Chrsyler avec beaucoup d’ouverture”, a commenté mercredi la porte-parole du gouvernement français, Sibeth Ndiaye.

“Nous sommes évidemment à la fois attentifs à l’ambition industrielle et aussi à la pérennité des emplois parce que nous considérons qu’en se renforçant, en devant le quatrième constructeur automobile, c’est le meilleur chemin pour protéger l’emploi et pour avoir des garanties de lutter efficacement contre la concurrence et de fait bon pour l’emploi.”

L’Etat français détient 12% de PSA via la banque publique BPI et une source de Reuters soulignait mercredi que le gouvernement serait vigilant sur la préservation des intérêts patrimoniaux de la banque publique.

Le ministre italien de l’Industrie Stefano Patuanelli a de son côté déclaré que l’Italie, qui ne détient aucune participation dans Fiat Chrysler, suivrait de près l’évolution des discussions tout en disant ne pas souhaiter commenter davantage une “opération de marché”.

L’enjeu est toutefois de taille en Italie où 58.000 personnes sont salariées par Fiat Chrysler dont les sites industriels sont en surcapacité chronique.

Dans le contexte politique actuel, d’éventuelles fermetures d’usines pourraient avoir de lourdes conséquences pour la coalition gouvernementale au pouvoir.

POTENTIEL QUATRIÈME RANG MONDIAL

Si le rapprochement entre FCA et Peugeot devait aboutir, le nouveau groupe se situerait derrière Volkswagen, Toyota et l’alliance Renault/Nissan, qui produisent tous les trois plus de 10 millions de véhicules, relève Richard Hilgert, analyste chez Morningstar.

“Nous considérons que la combinaison des deux sociétés serait raisonnable compte tenu de la compétition mondiale, d’un secteur très capitalistique et de sa mutation liée à l’électrification et aux technologies autonomes”, commente-t-il dans une note.

Depuis plusieurs années, le marché spécule sur les velléités de Fiat Chrysler en matière de fusion-acquisition et de recherche de partenaire. En 2015, son ancien patron Sergio Marchionne avait plaidé en faveur d’une consolidation de l’industrie automobile et avait pour ce faire tenté - en vain - d’intéresser General Motors Co à un accord.

PSA et Fiat Chrysler avaient discuté d’un rapprochement plus tôt cette année, avant que le constructeur italo-américain ne propose une fusion avec Renault. À cette époque, Fiat Chrysler avait déclaré qu’un accord avec Renault offrait plus d’avantages qu’une combinaison avec Peugeot.

Max Warburton, analyste chez Bernstein, partage ce point de vue, soulignant notamment que si une fusion FCA-Peugeot a plus de chances d’aboutir, elle produirait peu de synergies aux Etats-Unis, en Amérique latine et en Chine.

“L’attention se concentrera sur l’Europe”, dit-il.

NOUVEAUX ENJEUX

L’opération intervient alors que le secteur automobile européen s’efforce de s’adapter aux nouveaux enjeux politiques et environnementaux et au durcissement des normes réglementaires.

PA Consulting, un cabinet de stratégie, évalue à 700 millions d’euros le montant de l’amende que Fiat Chrysler pourrait devoir verser s’il ne modifie pas sensiblement son modèle environnemental pour se tourner davantage vers les motorisations électriques et hybrides.

Faute de disposer des technologies nécessaires, Fiat Chrysler a noué un partenariat avec l’américain Tesla auquel il va verser des centaines de millions de dollars afin de mutualiser les crédits d’émissions.

Il a en outre annoncé un plan d’investissement de 5 milliards d’euros en Italie pour y développer sa première gamme de modèles électriques et hybride, renouveler la marque de luxe Maserati et mieux utiliser ses capacités industrielles.

En s’associant à PSA, Fiat Chrysler pourra accéder à sa nouvelle plateforme électrique CMP qui a servi au développement de la e-208 et de l’Opel Corsa-e mini. (Version française Tangi Salaün, Simon Carraud et Nicolas Delame, édité par Jean-Michel Bélot, Henri-Pierre André et Jean Terzian)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below