October 29, 2019 / 7:26 AM / 15 days ago

Télécoms-Les USA s'en prennent à nouveau aux chinois Huawei et ZTE

WASHINGTON, 29 octobre (Reuters) - L’autorité américaine du secteur des communications va désigner en novembre les groupes chinois Huawei et ZTE comme des risques pour la sécurité nationale des Etats-Unis, ce qui empêchera les opérateurs télécoms locaux de recourir à des financements fédéraux pour leur acheter des équipements et des services.

Lors d’une réunion programmée le 19 novembre, la Commission fédérale des communications (FCC) prévoit aussi de demander à ces opérateurs de remplacer leurs équipements acquis auprès de ces groupes chinois, ont dit des responsables de la FCC lundi.

La FCC va aussi établir un programme de remboursement à destination de ces petits opérateurs pour couvrir leurs frais de remplacement de leurs équipements.

“Quand il s’agit de la 5G et de la sécurité de l’Amérique, nous ne pouvons pas nous permettre de prendre le moindre risque et d’espérer que tout ira pour le mieux”, a déclaré le président de la FCC, Ajit Pai, cité dans un communiqué.

“Alors que les Etats-Unis modernisent leurs réseaux avec le déploiement de la prochaine génération de technologie mobile, la 5G, nous ne pouvons pas ignorer le risque que le gouvernement chinois cherche à exploiter les vulnérabilités des réseaux afin de pratiquer l’espionnage, insérer des logiciels malveillants et des virus et autrement mettre en péril nos réseaux essentiels de communication”, a-t-il ajouté.

Huawei et ZTE disposeront de 30 jours pour contester la qualification donnée par la FCC, une fois cette décision prise, et l’ordre définitif de remplacement des équipements ne devrait pas intervenir avant 2020 au plus tôt.

Huawei, l’un des principaux équipementiers télécoms au monde, est depuis plus d’un an dans le viseur des autorités américaines qui l’accusent de liens avec l’Etat et l’armée en Chine. La FCC affirme aussi qu’une loi oblige les entreprises de ce type à collaborer avec le gouvernement chinois dans ses pratiques d’espionnage.

Le groupe chinois a constamment démenti ces accusations américaines, lancées sur fond de guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

“En 30 ans d’activité, Huawei n’a jamais rencontré le moindre problème majeur de sécurité dans les 170 pays où nous sommes présents”, a dit un porte-parole du groupe à Shenzhen, en Chine.

“La proposition avancée aujourd’hui, rendue publique par le président de la FCC, n’aura d’impact que sur les fournisseurs de haut débit dans les zones rurales des Etats-Unis les moins bien desservies”, a-t-il ajouté.

ZTE n’a pas répondu aux demandes de réaction de Reuters dans l’immédiat. (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below