August 8, 2019 / 3:33 PM / in 17 days

LEAD 1-Berlin n'exclut plus d'augmenter la dette pour le climat

* Les Finances renonceraient au principe de non augmentation de la dette publique

* Berlin devrait approuver un coûteux plan climat le 20 septembre

* Mais les nouveaux emprunts seraient confinés aux objectifs climatiques (Actualisé avec des précisions, contexte, communiqué du ministère, déclaration d’un responsable du SPD)

par Michael Nienaber

BERLIN, 8 août (Reuters) - L’Allemagne envisage de faire une entorse à sa politique d’équilibre des finances publiques en émettant de la dette pour financer un coûteux programme climatique, a déclaré jeudi à Reuters un haut responsable gouvernemental.

Le gouvernement de la chancelière Angela Merkel parvient depuis 2014 à augmenter la dépense publique sans lancer de nouveaux emprunts grâce à un cycle de croissance économique exceptionnellement long.

Mais le ralentissement marqué de l’économie, désormais menacée de récession, et la chute des coûts d’emprunt de l’Allemagne ont accru ces derniers mois les pressions, tant intérieures qu’extérieures, sur Berlin en faveur d’un coup de pouce budgétaire, quitte à ce qu’il se traduire par un retour au déficit budgétaire.

“La difficulté consiste à donner forme à un changement aussi fondamental de la politique budgétaire sans ouvrir les vannes du budget fédéral”, a expliqué ce responsable au fait des discussions en interne au ministère des Finances.

“Parce qu’une fois qu’il sera clair qu’émettre de la dette n’est plus un tabou, tout le monde va se bousculer au portillon pour réclamer de l’argent”, a-t-il ajouté.

Toute émission de dette serait donc limitée et strictement destinée à financer le programme de protection climatique, auquel le gouvernement devrait donner son feu vert en septembre.

Le gouvernement allemand veut amortir les retombées de la sortie annoncée du charbon, étalée sur les 20 prochaines années, en injectant au moins 40 milliards d’euros dans les régions touchées afin de les aider à opérer leur transition vers des énergies non fossiles.

L’ÉQUILIBRE BUDGÉTAIRE N’EST “PLUS POSSIBLE”, DIT-ON AU SPD

Un porte-parole du ministère des Finances s’est refusé à tout commentaire tout en renvoyant à un communiqué dans lequel le ministère juge que le combat contre le changement climatique est un défi énorme que l’Allemagne entend relever “avec toutes ses forces”.

Le ministère espère voir adoptées les prochaines étapes du plan climat lors du conseil des ministres du 20 septembre et il y a déjà beaucoup d’argent pour les financer, ajoute-t-il.

Le communiqué n’exclut pas l’émission de nouveaux emprunts, une éventualité déjà évoquée par plusieurs médias allemands.

“Un budget équilibré, ce n’est plus possible”, a dit à Reuters un responsable du Parti social démocrate (SPD, membre de la coalition au pouvoir), faisant référence aux coûts additionnels de mesures de protection climatique dont le coût global estimé dépasse déjà 30 milliards d’euros.

La constitution autorise Berlin à émettre de nouveaux emprunts à hauteur de 0,35% du produit intérieur brut (PIB), soit l’équivalent de cinq à 10 milliards d’euros par an.

Les informations de Reuters ont favorisé jeudi la remontée des rendements des emprunts d’Etat allemand et l’indice Dax de la Bourse de Francfort gagnait plus de 1,3% en fin de séance.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below