August 7, 2019 / 8:21 AM / 2 months ago

LEAD 1-France-Paris dément avoir invité Rohani au sommet du G7

(Actualisé avec précisions sur Instex §5 à §7)

PARIS, 7 août (Reuters) - Emmanuel Macron n’a pas invité son homologue iranien Hassan Rohani à se rendre au sommet du G7 de Biarritz pour rencontrer Donald Trump, contrairement à ce que rapporte le site Al-Monitor, a-t-on déclaré mercredi de source diplomatique française.

Selon le site d’informations sur le Moyen-Orient, le président français se serait entretenu avec son homologue iranien au téléphone pendant presque deux heures le 30 juillet afin de trouver des solutions pour préserver l’accord signé en 2015 sur le programme nucléaire de Téhéran.

Il aurait notamment invité Hassan Rohani au sommet du G7 qui doit se tenir du 24 au 26 août à Biarritz afin de rencontrer le président américain, selon les sources citées par l’article. Le président iranien aurait refusé l’invitation, précise Al-Monitor.

Emmanuel Macron n’a pas invité Hassan Rohani au G7, a démenti une source diplomatique française.

Lors de sa conversation avec le président iranien, le chef d’Etat français aurait également proposé d’injecter 15 milliards de dollars dans le système Instex, instrument mis sur pied par les Européens pour continuer à commercer avec l’Iran malgré les sanctions américaines, ajoute encore le site d’informations.

“Il est prématuré d’évoquer un montant ou mécanisme financier, la priorité va au respect par l’Iran de ses obligations nucléaires”, a répondu la source française.

“La France est prête à y travailler avec E3 (le Royaume-Uni et l’Allemagne, ndlr), États-Unis, garants du JCPOA (accord sur le nucléaire iranien, ndlr), sans préjuger d’un montant ou d’un mécanisme financier qui nécessite en tout état de cause une coopération internationale et une expertise approfondie”, a-t-elle ajouté.

Donald Trump a décidé en mai 2018 de retirer les Etats-Unis de l’accord conclu en juillet 2015 à Vienne par l’Iran et le groupe P5+1, les cinq membres du Conseil de sécurité de l’Onu (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne) et l’Allemagne.

Depuis cette date, le président américain a rétabli des sanctions contre l’Iran dans le but d’asphyxier son économie afin de contraindre ses dirigeants à négocier un autre accord.

Cette politique a conduit à une escalade des déclarations et des mesures prises par les deux pays, l’Iran ayant annoncé en mai dernier qu’il allait progressivement se soustraire à ses obligations dans le cadre de l’accord. (Jean-Baptiste Vey, avec Caroline Pailliez, édité par Myriam Rivet et Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below