August 1, 2019 / 3:52 PM / in 22 days

GRAPHES-La Fed baisse ses taux; qu'en a-t-il été des précédents cycles?

WASHINGTON, 1er août (Reuters) - La Réserve fédérale a inauguré mercredi sa cinquième phase de baisse de taux depuis 1995, qu’elle a justifiée par le ralentissement de l’économie mondiale et la faiblesse persistance de l’inflation.

Cette baisse de 25 points de base, qui ramène la fourchette-cible des fonds fédéraux au jour le jour à 2,0%-2,25%, a été décidée en dépit de nombreux signes de la robustesse de l’économie américaine et le président Jerome Powell a bien pris soin de dire qu’il s’agissait d’une baisse de milieu de cycle, douchant les espoirs de voir s’amorcer un mouvement prolongé de détente.

Quelques baisses de taux à titre d’”assurance” pourraient bien être juste ce qu’il faut pour éloigner les risques de récession qui se sont renforcés en raison des conséquences des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et du ralentissement de la croissance en Europe, en Asie et en Amérique latine.

Vous trouverez ci-dessous une comparaison de la situation de l’économie américaine au regard de divers indicateurs au commencement des précédents cycles de baisses des taux de 1995, 1998, 2000 et 2007.

L’INFLATION

La hausse des prix à la consommation ressortait à 1,4% sur un an en juin, juste en dessous de sa moyenne depuis la fin de la grande crise financière en juin 2009.

La Fed a un objectif d’inflation annuel de 2% et la faiblesse de la hausse des prix a été l’une des caractéristiques de la plus longue période d’expansion enregistrée aux Etats-Unis. Les pressions inflationnistes étaient plus élevées en 1995, 2000 et 2007.

La faiblesse de l’inflation peut plaider en faveur de baisses de taux pour au moins deux raisons.

D’une part elle donne plus de marge de manoeuvre à la banque centrale: elle peut stimuler la croissance sans s’inquiéter d’une inflation qui dépasserait l’objectif.

D’autre part, certains responsables monétaires estiment que la faiblesse persistante de l’inflation pourrait signifier qu’ils ont mal calculé le niveau de taux d’intérêt nécessaire pour assurer la stabilité des prix et qu’ils ont trop remonté les taux entre 2015 et 2018.

LE SECTEUR MANUFACTURIER

Le secteur manufacturier, qui représente environ 12% de l’économie américaine, est le premier à subir le contrecoup du ralentissement de l’économie mondiale. Sa croissance a encore décéléré au mois de juillet pour tomber à un plus bas depuis août 2016, selon l’enquête mensuelle de l’Institute for Supply Management (ISM) publiée jeudi.

Le ralentissement actuel est comparable à celui constaté avant les cycles de baisse de taux de 1995 et de 1998.

En 1995, l’économie américaine connaissait un ralentissement généralisé et en 1998, la croissance mondiale avait été affaiblie par une crise financière en Asie et l’amorce d’une crise financière en Russie.

Les deux cycles de baisse de taux avaient alors permis à l’économie américaine d’échapper à la récession jusqu’en 2001.

LE MARCHÉ DU TRAVAIL

De nombreux économistes suivent le rapport hebdomadaire sur le chômage et l’évolution des inscriptions pour déceler des signes avant-coureurs d’une entrée en récession de l’économie américaine.

Comme d’autres indicateurs du marché du travail, les inscriptions au chômage n’envoient pas actuellement de signaux alarmistes et ils ne l’avaient pas fait non plus avant les autres cycles de baisse à l’exception de celui de 1995.

WALL STREET

L’indice S&P 500 s’était orienté franchement à la baisse avant le début des cycles de détente des taux de 1998, 2000 et 2007, ces deux derniers ayant coïncidé avec une récession.

Wall Street reste actuellement très bien orientée comme cela avait été le cas avant le cycle de baisses de 1995.

INDICATEURS AVANCÉS

Même en combinant différents indicateurs avancés comme l’évolution du marché du travail, les livraisons des entreprises ou les écarts de taux d’intérêt, l’économie américaine ne donne pas vraiment de signe de l’imminence d’une récession.

L’indice du Conference Board sur les perspectives de l’économie avait plongé avant les baisses de 2007, intervenues juste avant que les Etats-Unis ne sombrent dans la grande récession de 2008-2009.

Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below