July 31, 2019 / 10:01 PM / 17 days ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 22H00 GMT (31/07)

USA-UNE BAISSE DES TAUX QUI N’AUGURE PAS D’UN CYCLE WASHINGTON - La Réserve fédérale a abaissé mercredi son taux direcrteur afin de renforcer l’économie américaine face aux risques mais son président Jerome Powell ne considère pas que cette décision soit le prélude à une série prolongée de réduction des taux d’intérêt.

La faiblesse de la conjoncture mondiale, des tensions commerciales qui couvent et la volonté de raviver l’inflation expliquent que la banque centrale ait décidé, pour la première fois depuis la crise financière de 2008, de réduire son objectif de taux des Fed funds, d’un quart de point à 2,00%-2,25%.

Nombre de traders attendaient toutefois une confirmation plus nette des détentes monétaires à venir.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion de deux jours de son comité de politique monétaire (Fomc), la Fed dit qu’elle a décidé de baisser les taux “à la lumière des implications des évolutions mondiales pour les perspectives économiques et de pressions inflationnistes faibles.”

La banque centrale américaine ajoute qu’elle “continuera à surveiller” la manière dont les informations les plus récentes affectent l’économie et précise qu’elle “agira de manière appropriée pour soutenir” la longue expansion de l’économie américaine.

—- NÉGOCIATIONS COMMERCIALES: PÉKIN DÉPLORE LES VOLTE-FACE AMÉRICAINES

PEKIN - De nouvelles discussions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis se sont achevées mercredi à Shanghai sur une réponse lapidaire de Pékin à une mise en garde de Donald Trump.

A la veille de cette nouvelle réunion, le président américain avait conseillé mardi à la Chine de ne pas céder à la tentation d’attendre le résultat de l’élection présidentielle américaine de novembre 2020 pour conclure un accord commercial, soulignant que Pékin risquerait alors d’avoir un accord moins intéressant voire pas d’accord du tout.

Mais le ministère chinois des Affaires étrangères a imputé aux Etats-Unis les volte-face qui ont marqué au cours de l’année écoulée les négociations commerciales engagées entre les deux premières puissances économiques de la planète.

“Je crois qu’il est insensé pour les Etats-Unis d’exercer leur campagne de pression maximale en ce moment. Il est vain de dire aux autres de prendre des médicaments quand on est soi-même le malade”, a déclaré la porte-parole du ministère, Hua Chunying, lors d’un point de presse ordinaire à Pékin.

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, étaient arrivés mardi à Shanghai pour une reprise des négociations commerciales convenue par le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping lors du sommet du G20 au Japon fin juin.

Les négociations avaient été interrompues début mai lorsque Washington avait accusé Pékin d’être revenu sur certains de ses engagements.

Les discussions avec le vice-Premier ministre chinois Liu He, qui dirige l’équipe des négociateurs chinois, se sont résumées à un dîner de travail mardi suivi d’une demi-journée de négociations mercredi.

—-

LES USA SANCTIONNENT LE CHEF DE LA DIPLOMATIE IRANIENNE

WASHINGTON - L’administration Trump a annoncé mercredi qu’elle imposait des sanctions contre le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif dans le cadre de la campagne de pressions que les Etats-Unis entendent exercer sur la République islamique.

Selon le secrétaire américain au Trésor, cette décision de Donald Trump est justifiée par le fait que Zarif a aidé à mettre en oeuvre “la politique imprudente” du guide religieux de la révolution iranienne l’ayatollah Ali Khamenei.

La Maison blanche estime que Zarif n’est pas l’interlocuteur prioritaire avec lequel elle doit discuter sur la question du contrôle du programme nucléaire iranien, disent les responsables américains.

—-

LA CORÉE DU NORD A TIRÉ DES MISSILES BALISTIQUES À COURTE PORTÉE

SEOUL - La Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques à courte portée mercredi matin, a rapporté l’armée sud-coréenne, six jours après de précédents essais destinés à afficher le mécontentement de Pyongyang à l’égard d’exercices militaires conjoints prévus par les Etats-Unis et la Corée du Sud en août.

Ces tirs ont été effectués depuis la péninsule de Hodo, sur la côte est du pays d’où avaient aussi été lancés les missiles la semaine dernière, a indiqué l’état-major de l’armée sud-coréenne, précisant ensuite qu’il s’agissait de missiles balistiques et que ceux-ci ont parcouru environ 250 km en vol.

La Corée du Nord a décrit les tirs effectués la semaine dernière, auxquels a assisté le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, comme une mise en garde à l’égard de son voisin du Sud pour sa coopération militaire avec les Etats-Unis.

Kim Jong-un et le président américain Donald Trump sont convenus lors de leur rencontre à la frontière démilitarisée entre les deux Corées, le 30 juin dernier, de relancer les discussions sur la dénucléarisation de la péninsule qui sont dans l’impasse depuis le sommet de Hanoï de février dernier.

—-

RYANAIR DIT AVOIR 900 PILOTES ET PERSONNEL DE CABINE EN TROP

DUBLIN - Ryanair compte 500 pilotes et 400 membres d’équipage de plus que nécessaire et annoncera des suppressions de postes dans les semaines à venir, a déclaré Michael O’Leary, le directeur général de la première compagnie à bas coûts d’Europe.

Ryanair a annoncé dès lundi qu’il y aurait des suppressions de postes, après la publication d’une chute de 21% de son bénéfice sur la période avril-juin.

Au début du mois, la compagnie aérienne avait abaissé de moitié sa prévision de taux de croissance pour l’été 2020 en invoquant la crainte de retards de livraison d’avions 737 MAX de Boeing.

—-

FRANCE-L’OPPOSITION NE DÉSARME PAS APRÈS LA MORT DE STEVE MAÏA CANIÇO

PARIS - L’opposition de gauche a continué mercredi à mettre en cause la politique de maintien de l’ordre du gouvernement et l’action de la police à Nantes le soir de la Fête de la musique, quand Steve Maïa Caniço est tombé dans la Loire.

Le corps de l’animateur périscolaire âgé de 24 ans a été identifié mardi après avoir été retrouvé la veille dans le fleuve, à quelques centaines de mètres du quai où il avait disparu, théâtre d’une opération de police controversée.

Après La France insoumise mardi, le premier secrétaire du Parti socialiste a demandé mercredi une commission d’enquête parlementaire pour examiner une doctrine de maintien de l’ordre qu’il juge trop violente, évoquant les nombreux blessés du mouvement des Gilets jaunes, l’intervention à Nantes ou encore des brutalités contre des manifestants écologistes à Paris.

“Il y a aujourd’hui un problème à l’échelle de l’exécutif, qui est de dire comment dans ce pays on maintient l’ordre”, a dit Olivier Faure sur RMC et BFMTV. “Je demande à ce que la responsabilité soit pointée et que derrière il y ait une évolution”.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a assuré que “le ministre de l’Intérieur n’est pas fragilisé”, à l’occasion d’un déplacement dans l’Essonne au côté de Christophe Castaner.

“J’ai pleinement confiance en lui”, a ajouté le chef du gouvernement. “Nous sommes mobilisés, à la tâche, pour n’accuser personne et ne dédouaner personne. Ce que nous souhaitons, c’est que la transparence soit faite, que les faits soient établis et que les responsabilités soient tirées.”

Malgré les conclusions du rapport de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) sur cette intervention dévoilées mardi, Olivier Faure a estimé que “la disproportion qu’il y a eu à Nantes le soir de la Fête de la musique est manifeste”.

Selon l’IGPN, l’usage de la force, avec des lancers de grenades et des tirs de lanceur de balle de défense (LBD) face à une foule qui avait jeté de nombreux projectiles en direction des policiers, blessant cinq d’entre eux, “était justifié et n’est pas apparu disproportionné” et “aucun élément ne (permet) d’établir un lien direct entre l’intervention des forces de l’ordre et la disparition de Steve Maïa Caniço”.

—-

ACCORD SUR DES MIGRANTS BLOQUÉS À BORD D’UN NAVIRE DE LA GARDE-COTE ITALIENNE

ROME - L’Italie a annoncé mercredi qu’un accord avait été trouvé avec cinq pays européens, dont la France, en vue de la prise en charge de 116 migrants bloqués depuis près d’une semaine à bord d’un navire de la garde-côte italienne.

Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur et co-vice-président du Conseil, a ajouté qu’en vertu de cet accord, il autorisait le “Gregoretti” à accoster dans les prochaines heures et à débarquer ces passagers.

Les migrants ont été secourus jeudi au large de Malte par le navire de la garde-côte italienne. Mais Salvini avait ordonné le lendemain à l’équipage de rester en mer et Rome avait alors confié à la Commission européenne la responsabilité d’organiser la répartition des migrants présents à bord.

D’après Salvini, l’Allemagne, la France, l’Irlande, le Luxembourg et le Portugal ont accepté de prendre en charge une partie des rescapés.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below