July 24, 2019 / 8:20 PM / a month ago

POINT MARCHÉS-Records pour le S&P et le Nasdaq, Boeing pèse sur le Dow (actualisé)

(Actualisé avec résultats de Facebook)

* Boeing et Caterpillar plongent le Dow Jones dans le rouge

* Le S&P et le Nasdaq s’offrent des records de clôture

* Les rendements obligataires baissent encore

* L’euro recule après des PMI décevants, le dollar stable

24 juillet (Reuters) - Les indices de la Bourse de New York ont connu mercredi des fortunes contrastées, le S&P et le Nasdaq s’offrant des records de clôture tandis que le Dow Jones terminait dans le rouge, pénalisé par les résultats de Boeing et Caterpillar, jugés décevants.

Le Dow Jones a cédé 79,22 points, soit 0,29%, à 27.269,97.

Le S&P-500, plus large, a pris 14.09 points, soit 0,47%, à 3.019,56.

Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 70,10 points (0,85%) à 8.321,50.

Le marché d’actions reste soutenu par la conviction des investisseurs que la Réserve fédérale baissera ses taux la semaine prochaine pour contrer les effets sur la croissance des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Les inquiétudes pour la santé des entreprises n’ont cependant pas disparu, au moment où tombent les publications trimestrielles des sociétés américaines.

Le bénéfice par action moyen des composants du S&P-500 est désormais attendu en baisse de 0,1%, alors qu’une prévision antérieure tablait sur une hausse de 1%.

VALEURS

Boeing a perdu 3,15% après avoir fait état d’une perte de près de trois milliards de dollars au deuxième trimestre, la plus importante en une décennie, en raison d’une charge déjà annoncée de cinq milliards liée à l’immobilisation à travers le monde du 737 MAX à la suite de deux catastrophes aériennes.

L’avionneur accuse la deuxième plus forte baisse du Dow derrière Caterpillar, qui a cédé 4,50% après avoir publié un bénéfice au deuxième trimestre inférieur aux attentes en raison d’une baisse de ses ventes en Chine et d’une hausse de ses coûts de production et de restructuration.

Le Nasdaq a été soutenu pour sa part par Texas Instruments , qui a pris 7,44% et entraîné ses concurrents dans son sillage après avoir publié des résultats supérieurs aux attentes suggérant des jours meilleurs pour le compartiment des semi-conducteurs.

Facebook a publié après la clôture un chiffre d’affaires trimestriel supérieur aux attentes de Wall Street, le réseau social continuant de prospérer malgré les critiques dont il fait l’objet de la part des régulateurs.

L’action a pris 5,6% dans les premières transactions après la cloche avant de réduire ses gains.

LES INDICATEURS DU JOUR

Le département américain du Commerce a annoncé un fort rebond des ventes de logements individuels neufs en juin mais une révision en baisse pour les trois mois précédents suggère que le marché immobilier a continué à stagner malgré la baisse des taux et un marché de l’emploi tendu.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont terminé dans le désordre sous les effets contraires d’un rayon d’espoir sur le commerce et d’indices d’activité du secteur privé (PMI) en zone euro décevants.

À Paris, l’indice CAC 40 a fini en baisse de 0,22% à 5.605,87 points. Le Footsie britannique a perdu 0,73%, plombé par les valeurs minières, et le Dax allemand gagné 0,26%.

L’indice EuroStoxx 50 a fini sur une note stable, le FTSEurofirst 300 a cédé 0,03% et le Stoxx 600 a gagné 0,05%.

TAUX

Les anticipations d’assouplissement monétaire continuent de peser sur les rendements obligataires.

Le rendement des Treasuries à 10 ans perd trois points de base à 2,05% et le Bund de même échéance, taux de référence de la zone euro, a fini à un creux de deux semaines à -0,38%.

CHANGES

Le dollar est stable face à un panier de référence et l’euro évolue à un creux de deux mois, autour de 1,1133 dollar , tiré vers le bas par les résultats peu reluisants des enquêtes PMI.

La livre sterling rebondit pour sa part de 0,5% face au dollar et de 0,4% face à l’euro mais pourrait bientôt repartir à la baisse, la nomination de Boris Johnson au poste de Premier ministre britannique portant la menace d’un Brexit sans accord.

PÉTROLE

Les cours du pétrole ont terminé en baisse sur le Nymex, pénalisés par les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran et par les inquiétudes concernant la demande mondiale.

Le contrat septembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 89 cents, soit 1,57%, à 55,88 dollars le baril. Le Brent de même échéance a perdu 65 cents (1,02%) à 63,18 dollars le baril.

Les cours ont un temps été soutenus par l’annonce d’une diminution plus forte que prévu des stocks américains de brut la semaine dernière mais ils sont vite repartis à la baisse, creusant leurs pertes en fin de séance.

A SUIVRE JEUDI :

L’agenda de jeudi sera dominé par la réunion monétaire de la Banque centrale européenne, qui devrait préparer le terrain à des mesures d’assouplissement à l’automne. Le communiqué tombera à 11h45 GMT, suivi 45 minutes plus tard de la conférence de presse du président de l’institution, Mario Draghi.

Patrick Vignal pour le service Marchés

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below