July 24, 2019 / 4:25 PM / 2 months ago

LEAD 2-LVMH porté au S1 par les ventes explosives de Vuitton et Dior

* Le groupe maintient sa croissance organique à 12% au T2

* La mode-maroquinerie grimpe de 20%, avec Vuitton et Dior

* Résultat opérationnel courant en hausse de 14% au S1 (Actualisé avec précisions, conférence téléphonique)

par Pascale Denis et Sarah White

PARIS, 24 juillet (Reuters) - LVMH a publié mercredi des résultats semestriels portés par les performances explosives de Louis Vuitton et Christian Dior qui, dopés par une demande chinoise qui ne faiblit pas, ont permis à la division mode-maroquinerie de signer une progression historique au deuxième trimestre.

Cette division cruciale pour la rentabilité de LVMH, Vuitton étant son principal centre de profits, a vu sa croissance organique décoller de 20% entre avril et juin, signant une hausse record et largement supérieure aux 14% attendus par les analystes.

Malgré sa taille, Louis Vuitton figure, avec une poignée de concurrents comme Gucci, propriété de Kering, Hermès , dont les ventes ont augmenté de 12%, ou Moncler , qui a vu sa croissance décoller de 18%, parmi les griffes qui gagnent des parts de marché et signent les meilleures performances d’un secteur dont la hausse est estimée à 6% en moyenne.

Première marque de luxe au monde avec plus de 10,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, Vuitton récolte les fruits d’une stratégie payante faite de créativité, de collaborations avec des designers extérieurs, d’innovations, de magasins éphémères et d’investissements massifs dans le marketing et le digital, devenu crucial pour séduire les jeunes consommateurs du luxe.

La marque sait aussi éviter l’écueil de la banalisation grâce à d’infinies déclinaisons de modèles donnant l’impression d’un renouvellement constant des collections dans les magasins.

Le malletier, qui réalise un tiers de ses ventes auprès de la clientèle chinoise, connaît une croissance inédite en Chine, aux dires de son PDG Michael Burke, et le pays devrait devenir le moteur clé de sa future croissance.

DIOR, FUTURE “MÉGA MARQUE”?

La dynamique s’est effectivement “sensiblement” accélérée en Chine au deuxième trimestre pour Vuitton et Dior, a déclaré le directeur financier de LVMH lors d’une conférence téléphonique, tout en soulignant que la demande avait aussi été très robuste - à deux chiffres - aux Etats-Unis et en Europe, avec notamment un net rebond en France.

Autre pépite, Christian Dior Couture, dont les ventes sont évaluées à 2,5 milliards d’euros par les analystes, est en plein boom, avec une croissance estimée entre 20% et 30%.

Les collections de Maria Grazia Chiuri s’arrachent et la griffe pourrait, selon certains analystes, être la future “méga-marque” du luxe.

Ailleurs, la dynamique a ralenti au deuxième trimestre dans les vins & spiritueux (Hennessy, Moët & Chandon ou Ruinart), deuxième division la plus rentable du groupe, avec une croissance de 4% après un début d’année porté par les ventes de cognac pour le nouvel an chinois.

Elle est restée solide (+10%) dans les parfums et cosmétiques (Dior, Guerlain, Givenchy) et modérée (+4%) dans les montres et la joaillerie, où une “forte hausse à un chiffre” de Bulgari a été freinée par Tag Heuer. La distribution sélective (Sephora, DFS) a maintenu la cadence (+7%) malgré un ralentissement de DFS à Hong Kong.

DÉPENSES D’INVESTISSEMENT ET MARKETING

Au total, les ventes du numéro un mondial du luxe, propriétaire de 70 marques, ont atteint 25,08 milliards d’euros au premier semestre, en hausse de 15% en données publiées et de 12% à taux de change constants, dont 12% également au seul deuxième trimestre.

Le résultat opérationnel courant a progressé de 14% à 5,29 milliards d’euros, tandis que la marge est restée stable à 21,1%, en raison d’un effet défavorable des couvertures de change et des dépenses d’investissement et de marketing consenties chez Vuitton et Dior pour “renforcer les marques et les rendre plus résistantes”.

“Les affaires vont bien (...) Mais les menaces sur le commerce mondial existent (...) et les conditions d’une forte croissance économique ne dureront pas éternellement. Nous investissons dans une période favorable et demeurons agiles pour pouvoir adapter notre stratégie en cas de changement de l’environnement”, a commenté Jean-Jacques Guiony.

Le résultat net part du groupe a augmenté de 9,0% à 3,26 milliards et un acompte sur dividende de 2,20 euros sera versé aux actionnaires le 10 décembre.

En Bourse, LVMH, première capitalisation boursière du CAC-40, vole de record en record. Après un nouveau sommet à 389,45 euros le 17 juillet, le titre a fini à 380,30 euros mercredi, s’adjugeant 47% depuis le début de l’année et signant la meilleure performance du secteur devant le suisse Richemont (+37%) ou l’italien Moncler (+33,6%).

Les chiffres de Kering sont attendus ce jeudi.

Voir aussi :

ANALYSE-Luxe-Avec le marketing digital, les grands groupes creusent l’écart

Pascale Denis, édité par Catherine Mallebay-Vacqueur

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below