July 18, 2019 / 8:30 PM / 2 months ago

RPT-LEAD 2-Williams (Fed) prône des baisses de taux préventives

(Actualisé avec mise au point de la Fed de New York)

NEW YORK, 18 juillet (Reuters) - John Williams, le président de l’antenne de New York de la Réserve fédérale, a prôné jeudi une action préventive forte sur les taux d’intérêt quand l’inflation est trop basse.

Ces propos ont relancé les espoirs d’une baisse de taux de 50 points de base le 31 juillet, à l’issue de la prochaine réunion du comité de politique monétaire (Fomc) de la banque centrale américaine, mais un représentant de la Fed de New York en a minimisé la portée quelques heures plus tard.

Le discours de Williams, académique par nature et fondé sur 20 années de recherche, ne portait pas sur “de possibles actions de politique monétaire” susceptibles d’être décidées à la fin du mois, a-t-il dit.

John Williams, qui s’exprimait lors d’une conférence à New York, a expliqué que ses recherches lui avaient enseigné que, quand les taux d’intérêt et l’inflation sont à un bas niveau, les banques centrales ne peuvent se permettre de garder leurs munitions au sec et d’attendre de voir si d’éventuels problèmes surgissent.

Cela est particulièrement vrai avec un taux neutre, c’est-à-dire ne stimulant ni ne freinant l’activité, “autour d’un demi-pour cent”, a-t-il dit. Le taux directeur de la Fed est actuellement de 2,25-2,50%.

“C’est mieux de prendre des mesures préventives que d’attendre que le désastre se produise”, a déclaré John Williams. “Cela paie d’agir rapidement pour baisser les taux au premier signe de détresse économique.”

Baisser les taux face à des “conditions économiques adverses”, et les maintenir plus longtemps à des bas niveaux, devrait “vacciner l’économie et la protéger contre la maladie plus insidieuse de l’inflation trop faible”, a-t-il ajouté.

Ces propos ont eu pour effet de faire remonter les indices à Wall Street tandis que, sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à 2 ans a plongé sous 1,78% contre 1,81% quelques secondes plus tôt.

D’après le baromètre FedWatch de CME Group, la possibilité d’une baisse de taux de 50 pdb est remontée à 71% alors qu’elle était à 34% mercredi soir.

Dernièrement, des statistiques économiques meilleures que prévu avaient plutôt favorisé le scénario d’un assouplissement limité à 25 points de base. La Fed, qui n’a plus baissé ses taux depuis une décennie et les a au contraire encore relevés en décembre dernier, a largement préparé le terrain à une détente à l’issue de sa prochaine réunion des 30 et 31 juillet mais en maintenant le suspense sur son ampleur.

Interrogé par la chaîne Fox Business, Richard Clarida, le vice-président de la Fed, a semblé abonder dans le même sens. “Il est inutile d’attendre que les choses tournent mal pour faire un geste fort sur les taux”, a-t-il dit. “Si on peut se le permettre, n’attendons pas que les données deviennent mauvaises pour réagir.”

D’autres responsables de la banque centrale prônent au contraire une grande prudence.

Esther George, la patronne de la Fed de Kansas City et “faucon” réputé au comité de politique monétaire, a ainsi dit mercredi qu’elle pourrait se prononcer en faveur d’une baisse de taux mais seulement si des risques économiques se matérialisent. (Trevor Hunnicutt, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below