July 4, 2019 / 9:03 AM / 3 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 09H00 GMT (04/07)

L’ITALIEN SASSOLI ÉLU À LA PRÉSIDENCE DU PARLEMENT EUROPÉEN

STRASBOURG - L’eurodéputé socialiste italien David Sassoli, 63 ans, a été élu mercredi à la présidence du Parlement européen pour un mandat de deux ans et demi.

L’élection de cet ancien journaliste, après deux tours de scrutin, pourrait faciliter l’approbation de la désignation de l’Allemande Ursula von der Leyen pour succéder au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne.

Au terme d’intenses tractations, les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Huit ont fini par s’accorder mardi en fin d’après-midi sur le nom de l’actuelle ministre de la Défense, une proche de la chancelière Angela Merkel.

Mais ce choix a fait grincer des dents au Parlement de Strasbourg, notamment au sein de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), deuxième force parlementaire, qui n’a pas apprécié la mise à l’écart de son candidat Frans Timmermans.

Pour être confirmée dans ses nouvelles responsabilités, Von der Leyen devra obtenir la majorité absolue des 751 députés européens, qui voteront dans deux semaines.

—-

LA COMMISSION EUROPÉENNE RENONCE À IMPOSER DES SANCTIONS À L’ITALIE

BRUXELLES - La Commission européenne a renoncé mercredi à ouvrir une procédure disciplinaire contre l’Italie au vu des mesures prises par celle-ci pour tenter de limiter son endettement croissant afin de se conformer aux règles budgétaire européennes.

L’exécutif européen a dit que Rome devrait respecter globalement les règles du Pacte de Stabilité et de Croissance.

La Commission est disposée à examiner toutes les informations venant d’Italie sur ses finances avant de prendre une décision définitive, a dit à la presse le Commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici.

—-

ULTIMATUM DU 7 JUILLET: L’IRAN PRÉCISE SES INTENTIONS

GENEVE - Si les signataires de l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien ne tiennent pas leurs promesses d’ici au 7 juillet, l’Iran relancera les activités d’origine de son réacteur d’Arak et enrichira son uranium à plus de 3,67%, a précisé mercredi le président iranien Hassan Rohani.

L’Iran, a-t-il poursuivi selon la chaîne de télévision IRIB, restera dans le cadre du Plan d’action global commun (PAGC) conclu en juillet 2015 tant que les autres pays signataires feront de même.

L’avenir de l’accord de 2015 est menacé depuis que Donald Trump en a retiré les Etats-Unis.

Le 8 mai dernier, un an jour pour jour après l’annonce du président américain, la république islamique a fait savoir qu’elle se soustrairait à une partie des engagements pris dans le cadre du PAGC.

Ses stocks d’uranium faiblement enrichi ont dépassé cette semaine le plafond fixé par l’accord de 2015, suscitant “l’extrême préoccupation” des signataires européens (Allemagne, France et Grande-Bretagne).

—-

MOSCOU RECONNAÎT QUE LE SOUS-MARIN INCENDIÉ EST NUCLÉAIRE

MOSCOU - Le Kremlin a reconnu jeudi que le sous-marin russe dont 14 membres d’équipage ont trouvé la mort trois jours plus tôt dans un incendie est bien un modèle à propulsion nucléaire.

Le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a assuré à Vladimir Poutine que le réacteur n’avait pas été endommagé.

Les autorités russes ont été accusées de chercher à dissimuler les détails de l’incident. Selon le ministre de la Défense, il s’est produit lundi au cours d’une mission d’étude des fonds marins dans l’Arctic, mais n’a été révélé que le lendemain et Moscou n’avait jusqu’ici pas confirmé qu’il s’agissait d’un sous-marin à propulsion nucléaire.

—-

LES DISCUSSIONS USA-CHINE REPRENDRONT LA SEMAINE PROCHAINE

WASHINGTON - De hauts responsables américains et chinois s’organisent pour reprendre les discussions la semaine prochaine afin de résoudre le conflit commercial qui dure depuis près d’un an entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales, ont annoncé mercredi des responsables de l’administration Trump.

“Ces discussions se poursuivront avec sérieux la semaine prochaine”, a dit aux journalistes le conseiller économique de la Maison blanche, Larry Kudlow, ajoutant qu’aucune date n’avait été fixée pour le moment.

Un responsable du bureau du représentant américain au Commerce a déclaré plus tard que les deux parties étaient en train de programmer un appel téléphonique de haut niveau avec des responsables chinois, prévu pour la semaine prochaine.

Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping sont convenus lors de leur rencontre samedi au sommet du G20, à Osaka, de relancer les négociations commerciales sino-américaines qui étaient à l’arrêt depuis début mai.

—-

DÉCHETS NUCLÉAIRES-LA COUR DES COMPTES VEUT PLUS DE TRANSPARENCE

PARIS - Les arbitrages de la France en matière de gestion des combustibles usés et des déchets nucléaires nécessitent une plus grande transparence, estime la Cour des comptes dans un rapport publié jeudi.

La Cour recommande en particulier de mettre à jour les coûts du projet d’enfouissement de déchets Cigéo “en prenant en compte de manière plus réaliste (ses) risques et opportunités” et d’actualiser l’inventaire national des matières et déchets radioactifs en rapprochant les capacités d’entreposage et de stockage des quantités actuelles et prospectives de matières concernées.

Alors que des investissements importants doivent être réalisés au cours de la prochaine décennie, la juridiction rappelle qu’aucune discussion n’a eu lieu sur les alternatives possibles à ces investissements lors du débat public de 2018 sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et que les choix proposés dans le projet de PPE publié en janvier “reposent sur des arbitrages qui n’ont pas été expliqués au grand public”.

—-

PERQUISITION AU SIÈGE DE RENAULT LIÉE À L’AFFAIRE GHOSN

PARIS - La police a effectué mercredi une perquisition au siège de Renault à Boulogne-Billancourt, dans le cadre de l’enquête ouverte par le parquet de Nanterre sur le financement du mariage de l’ex-PDG Carlos Ghosn au château de Versailles, a-t-on appris de source judiciaire.

Le constructeur automobile français a confirmé cette perquisition et dit pleinement coopérer avec les autorités.

L’enquête est menée par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff).

“Le groupe Renault confirme qu’une perquisition de la police est en cours au siège du groupe à Boulogne-Billancourt et qu’il collabore pleinement avec les autorités”, a déclaré le groupe au losange, ajoutant qu’il ne ferait “aucun autre commentaire”.

—-

LE COMPTE EN SUISSE DE RAYMOND BARRE AU COEUR D’UNE ENQUÊTE

PARIS - La justice française a ouvert en 2016 une enquête pour faire la lumière sur un trésor que Raymond Barre aurait caché en Suisse de son vivant, a-t-on appris mercredi de source judiciaire, confirmant une information du Canard enchaîné.

L’hebdomadaire donne la somme 11 millions de francs suisses, correspondant à près de 7 millions d’euros de 2007, année de sa mort, qui aurait été dissimulée au fisc français par l’ancien Premier ministre de centre-droit puis son épouse et leurs deux enfants.

C’est un signalement de la Direction générale des Finances publiques qui a conduit le Parquet national financier (PNF) à ouvrir une information judiciaire pour blanchiment de fraude fiscale, en avril 2016, précise-t-on de source judiciaire.

—-

LES DÉPUTÉS FRANÇAIS S’ATTAQUENT À LA HAINE SUR INTERNET

PARIS - L’Assemblée nationale a entamé mercredi l’examen d’une proposition de loi contre la haine sur internet censée responsabiliser les auteurs de messages et les plates-formes face à ce fléau grandissant.

Soutenu par Emmanuel Macron, qui l’a évoqué lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France en février, le texte requiert la coopération des “accélérateurs de contenus” que sont les principaux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, YouTube, Instagram, Snapchat, notamment).

“Ce qui n’est pas toléré dans la rue ne doit pas l’être sur internet”, a déclaré à la tribune la députée de Paris Laetitia Avia, auteure d’un rapport sur le sujet et elle-même victime d’attaques racistes sur les réseaux sociaux.

—-

PHILIPPE À BASTIA POUR L’ACTE 2 DE LA RELATION CORSE-ETAT

BASTIA, Haute-Corse - Le Premier ministre, qui effectue une visite de deux jours en Corse, a renoué mercredi avec les dirigeants locaux le fil de la discussion rompu depuis le boycott en avril dernier par la majorité nationaliste de la venue du président de la République.

Il a confirmé le souhait du chef de l’Etat d’établir une révision de la Constitution “en la recentrant sur trois priorités : les territoires, la participation citoyenne et la justice”.

Le chef du gouvernement a également signé le pacte régional d’investissement dans les compétences, une action visant à soutenir la formation et l’emploi mais aussi un plan de lutte contre la précarité - près d’une personne sur cinq vit sous le seuil de la pauvreté en Corse.

Ces annonces ont été diversement commentées dans le camp nationaliste, à commencer par le président de l’exécutif Gilles Simeoni qui a déclaré à Reuters qu’il s’agissait d’un “discours de droit commun” auquel il manquait une inflexion politique.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below