July 3, 2019 / 3:02 PM / 2 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 15H00 GMT (03/07)

L’ITALIEN SASSOLI ÉLU À LA PRÉSIDENCE DU PARLEMENT EUROPÉEN

STRASBOURG - L’eurodéputé socialiste italien David Sassoli, 63 ans, a été élu mercredi à la présidence du Parlement européen pour un mandat de deux ans et demi.

L’élection de cet ancien journaliste, après deux tours de scrutin, pourrait faciliter l’approbation de la désignation de l’Allemande Ursula von der Leyen pour succéder au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne.

Au terme d’intenses tractations, les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Huit ont fini par s’accorder mardi en fin d’après-midi sur le nom de l’actuelle ministre de la Défense, une proche de la chancelière Angela Merkel.

Mais ce choix a fait grincer des dents au Parlement de Strasbourg, notamment au sein de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), deuxième force parlementaire, qui n’a pas apprécié la mise à l’écart de son candidat Frans Timmermans.

Pour être confirmée dans ses nouvelles responsabilités, Von der Leyen devra obtenir la majorité absolue des 751 députés européens, qui voteront dans deux semaines.

—-

LA COMMISSION EUROPÉENNE RENONCE À IMPOSER DES SANCTIONS À L’ITALIE

BRUXELLES - La Commission européenne a renoncé mercredi à ouvrir une procédure disciplinaire contre l’Italie au vu des mesures prises par celle-ci pour tenter de limiter son endettement croissant afin de se conformer aux règles budgétaire européennes.

L’exécutif européen a dit que Rome devrait respecter globalement les règles du Pacte de Stabilité et de Croissance.

La Commission est disposée à examiner toutes les informations venant d’Italie sur ses finances avant de prendre une décision définitive, a dit à la presse le Commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici.

—-

LIBYE-UN RAID AÉRIEN FAIT AU MOINS 44 MORTS DANS UN CENTRE DE MIGRANTS

TRIPOLI - Un bombardement aérien a fait au moins 44 morts et plus de 130 blessés mardi soir dans un centre de détention de migrants à Tripoli, a annoncé mercredi la mission des Nations unies en Libye dans un communiqué.

L’émissaire de l’Onu pour la Libye, Ghassan Salamé, a dénoncé un “crime de guerre”.

Les précédents bilans, fournis par le Haut-commissariat aux réfugiés de l’Onu (HCR) à Genève et par un responsable médical libyen faisaient état de 30 à 40 morts après cette attaque qui a visé le centre de détention de migrants de Tadjoura, situé à proximité d’un camp militaire dans la banlieue de Tripoli.

—-

ULTIMATUM DU 7 JUILLET: L’IRAN PRÉCISE SES INTENTIONS

GENEVE - Si les signataires de l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien ne tiennent pas leurs promesses d’ici au 7 juillet, l’Iran relancera les activités d’origine de son réacteur d’Arak et enrichira son uranium à plus de 3,67%, a précisé mercredi le président iranien Hassan Rohani.

L’Iran, a-t-il poursuivi selon la chaîne de télévision IRIB, restera dans le cadre du Plan d’action global commun (PAGC) conclu en juillet 2015 tant que les autres pays signataires feront de même.

L’avenir de l’accord de 2015 est menacé depuis que Donald Trump en a retiré les Etats-Unis.

Le 8 mai dernier, un an jour pour jour après l’annonce du président américain, la république islamique a fait savoir qu’elle se soustrairait à une partie des engagements pris dans le cadre du PAGC.

Ses stocks d’uranium faiblement enrichi ont dépassé cette semaine le plafond fixé par l’accord de 2015, suscitant “l’extrême préoccupation” des signataires européens (Allemagne, France et Grande-Bretagne).

—-

PERQUISITION AU SIÈGE DE RENAULT, LIÉE À UNE AFFAIRE GHOSN

PARIS - La police a effectué mercredi une perquisition au siège de Renault à Boulogne-Billancourt, dans le cadre de l’enquête ouverte par le parquet de Nanterre sur le financement du mariage de l’ex-PDG Carlos Ghosn au château de Versailles, a-t-on appris de source judiciaire.

Le constructeur automobile français a confirmé cette perquisition et dit pleinement coopérer avec les autorités.

L’enquête est menée par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff).

“Le groupe Renault confirme qu’une perquisition de la police est en cours au siège du groupe à Boulogne-Billancourt et qu’il collabore pleinement avec les autorités”, a déclaré le groupe au losange, ajoutant qu’il ne ferait “aucun autre commentaire”.

—-

LE COMPTE EN SUISSE DE RAYMOND BARRE AU COEUR D’UNE ENQUÊTE

PARIS - La justice française a ouvert en 2016 une enquête pour faire la lumière sur un trésor que Raymond Barre aurait caché en Suisse de son vivant, a-t-on appris mercredi de source judiciaire, confirmant une information du Canard enchaîné.

L’hebdomadaire donne la somme 11 millions de francs suisses, correspondant à près de 7 millions d’euros de 2007, année de sa mort, qui aurait été dissimulée au fisc français par l’ancien Premier ministre de centre-droit puis son épouse et leurs deux enfants.

C’est un signalement de la Direction générale des Finances publiques qui a conduit le Parquet national financier (PNF) à ouvrir une information judiciaire pour blanchiment de fraude fiscale, en avril 2016, précise-t-on de source judiciaire.

—-

CINQ ANS DE PRISON POUR UN PIONNIER DU DJIHAD ÉLECTRONIQUE

PARIS - Farouk ben Abbes, pionnier du “djihad électronique”, a été condamné mercredi à Paris en appel à cinq ans de prison, dont deux avec sursis, pour avoir animé pendant plusieurs années un site internet favorable aux thèses djihadistes.

Ce ressortissant belgo-marocain de 33 ans, qui était poursuivi pour association de malfaiteurs terroriste, avait été condamné en première instance à quatre ans de prison il y a tout juste un an, le 6 juillet 2018.

Il avait fait appel, de même que le parquet, qui avait requis un alourdissement de sa peine à six ans de prison avec mandat de dépôt, synonyme d’incarcération immédiate.

—-

LES DÉPUTÉS FRANÇAIS S’ATTAQUENT À LA HAINE SUR INTERNET

PARIS - L’Assemblée nationale a entamé mercredi l’examen d’une proposition de loi contre la haine sur internet censée responsabiliser les auteurs de messages et les plates-formes face à ce fléau grandissant.

Soutenu par Emmanuel Macron, qui l’a évoqué lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France en février, le texte requiert la coopération des “accélérateurs de contenus” que sont les principaux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, YouTube, Instagram, Snapchat, notamment).

“Ce qui n’est pas toléré dans la rue ne doit pas l’être sur internet”, a déclaré à la tribune la députée de Paris Laetitia Avia, auteure d’un rapport sur le sujet et elle-même victime d’attaques racistes sur les réseaux sociaux.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below