June 22, 2019 / 12:03 PM / 2 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 12H00 GMT (22/06)

L’IRAN MET EN GARDE WASHINGTON CONTRE TOUTE AGRESSION

DUBAI - Deux jours après la destruction en vol d’un drone de l’US Navy près du détroit d’Ormuz, qui ravive le risque d’une confrontation directe entre les Etats-Unis et l’Iran, Téhéran a multiplié samedi les mises en garde à Washington en promettant de réagir avec fermeté à toute agression américaine.

“Nous n’autoriserons aucune violation des frontières iraniennes. L’Iran fera face avec fermeté à toute agression ou menace de l’Amérique”, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, à l’agence de presse Tasnim.

Donald Trump a dit vendredi avoir renoncé in extremis à des frappes aériennes contre l’Iran en représailles à la destruction du drone.

Selon Téhéran, l’engin de surveillance, un Global Hawk, a été abattu par un missile dans l’espace aérien iranien, ce que dément Washington.

En dépit des déclarations de Donald Trump affirmant qu’il ne souhaite pas une guerre avec la République islamique, les risques de conflit, déjà latents depuis des semaines, ont été exacerbés par l’incident.

Cité par l’agence iranienne Irna, le chef de la force aérospatiale des gardiens de la Révolution, la force d’élite du régime islamique, a prévenu samedi que l’Iran agirait à nouveau de la même manière en cas de nouvelle violation de son espace aérien.

“C’est notre réponse à une violation de l’espace iranien et si cette violation se reproduit, notre réponse sera la même”, a averti le général Amir Ali Hajizadeh.

L’ARMÉE US S’APPRÊTE À ÉVACUER D’IRAK DES CENTAINES DE CONTRACTUELS - SOURCES

TIKRIT, Irak - L’armée américaine s’apprête à évacuer d’une base militaire en Irak près de 400 employés de Lockheed Martin et Sallyport Global travaillant comme contractuels pour le Pentagone, en raison de “menaces potentielles”, a-t-on appris vendredi de trois sources militaires irakiennes.

La base est celle de Balad, à 80 km au nord de Bagdad. Ce vaste complexe militaire a été touché la semaine dernière par trois tirs de mortier, qui n’ont pas été revendiqués.

Selon des responsables locaux, des milices chiites soutenues par l’Iran sont à l’origine de l’incident de Bassorah. Téhéran n’a fait aucun commentaire.

—-

NOUVELLE ÉLECTION DIMANCHE À ISTANBUL, L’OPPOSITION ESPÈRE CONFIRMER

ISTANBUL - Les dix millions d’électeurs d’Istanbul, la plus grande ville de Turquie, sont de nouveau appelés aux urnes dimanche pour élire leur maire à la suite de l’annulation du scrutin du 31 mars pour irrégularités.

L’élection municipale de mars avait été remportée par le Parti républicain du peuple (CHP), formation laïque d’opposition, avec 13.000 voix d’avance sur le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) du président Recep Tayyip Erdogan, à la tête de la ville depuis vingt-cinq ans.

Ce résultat était un véritable camouflet pour Erdogan, qui fut lui-même maire d’Istanbul dans les années 1990.

Le candidat du CHP, Erkrem Imamoglu, 49 ans, est confiant et pense de nouveau l’emporter dimanche. Les sondages le donnent en tête, avec une avance bien plus large qu’au printemps. Il a jugé “injuste et illégale” l’annulation de l’élection de mars mais s’est gardé durant la nouvelle campagne d’attaquer de front le président.

—-

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE EN MAURITANIE

NOUAKCHOTT - Les Mauritaniens sont appelés aux urnes samedi pour désigner le successeur du président sortant Mohammed Ould Abdel Aziz, qui ne peut se représenter en raison de la limitation des mandats et a apporté son soutien à l’ex-ministre de la Défense, Mohamed Ould Ghazouani, grand favori du scrutin.

Les cinq candidats de l’opposition, dont l’ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar, se sont efforcés de mobiliser les jeunes électeurs en évoquant la stagnation des salaires et les carences du système de santé.

Un second tour sera organisé le mois prochain si aucun des candidats ne recueille plus de 50% des suffrages.

—-

MICHELLE BACHELET RÉCLAME LA LIBÉRATION DES OPPOSANTS

MAIQUETIA, Venezuela - La haute commissaire de l’Onu aux droits de l’homme a demandé vendredi aux autorités vénézuéliennes la remise en liberté des opposants arrêtés lors de manifestations pacifiques.

Michelle Bachelet, qui achève une visite de trois jours au Venezuela, a par ailleurs confirmé le maintien sur place d’une équipe chargée de veiller au respect des droits fondamentaux.

La haute commissaire a rencontré séparément le président Nicolas Maduro et Juan Guaido, chef de file de l’opposition qui s’est proclamé chef de l’Etat par intérim, ainsi que des militants des droits de l’homme et des victimes de violences.

—-

FRANCE

PARIS - Un incendie a fait trois morts et 28 blessés tôt samedi matin dans le XIe arrondissement de Paris, a-t-on appris auprès des pompiers de la capitale.

Le feu, qui s’est déclaré vers 05h00 du matin dans la cage d’escalier d’un bâtiment situé rue de Nemours abritant un hammam et un restaurant, s’est propagé à deux immeubles voisins, a rapporté sur BFM TV un porte-parole, Florian Lointier.

L’une des personnes décédées est une femme qui a sauté par la fenêtre, les deux autres ont été retrouvées sans vie dans leur appartement, a-t-il ajouté.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below