June 21, 2019 / 2:37 PM / 2 months ago

Italie-Conte appuie les baisses d'impôts, prudent sur les réformes de la zone euro

BRUXELLES, 21 juin (Reuters) - Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, s’est déclaré vendredi en faveur d’une vaste réforme permettant de baisser les impôts dans le pays, mais aussi de limiter l’évasion fiscale, des propos qui pourraient compliquer les discussions avec la Commission européenne sur la dette croissante de Rome.

Giuseppe Conte s’est dit en accord avec Matteo Salvini, vice-président du Conseil et dirigeant de la Ligue, qui plaide pour une baisse sensible des impôts et a menacé de démissionner s’il n’obtenait pas raison sur ce point.

“Les idées de Salvini (sur les réductions d’impôts) sont les mêmes que les miennes mais je suis peut-être plus ambitieux”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Bruxelles, ajoutant que la réforme devrait être fondée sur le principe que les impôts seraient moins élevés mais payés par tous.

Bruxelles demande à l’Italie de réduire sa lourde dette publique cette année et la suivante et s’est opposée à d’importantes baisses d’impôts si elles ne sont pas compensées par de nouvelles recettes ou par une réduction des dépenses publiques, des options que Rome a jusqu’ici rejetées.

Dans un autre pied de nez à ses partenaires européens, Giuseppe Conte a affirmé qu’il ne pourrait pas concevoir de progrès dans les réformes de la zone euro à moins que les intérêts de l’Italie soient correctement pris en compte.

Les dirigeants des 19 pays de la zone euro se sont entendus vendredi lors d’un sommet à Bruxelles pour avancer sur la création d’un budget commun et la réforme du Mécanisme européen de stabilité (MES), ce qui lui donnerait plus de pouvoir pour gérer les crises financières.

L’Italie souhaitait avancer sur la mise en place d’un système commun de garantie des dépôts bancaires mais aucun accord n’est en vue à ce sujet, l’Allemagne et d’autres pays plus riches de la zone euro craignant que ce mécanisme puisse être utilisé pour renflouer les banques des États dont les finances sont chancelantes.

La réforme du MES est importante pour Berlin car elle permettrait de renforcer le pouvoir de contrôle du bloc monétaire sur les pays présentant des déséquilibres économiques et de faciliter la restructuration des dettes souveraines des pays en crise, ce qui pourrait conduire à des rendements obligataires plus élevés pour les pays les plus endettés.

“Les trois projets sont interconnectés”, a indiqué Giuseppe Conte après le sommet européen. “Il est clair que si vous faites une concession, vous devez obtenir quelque chose en échange”.

“Je ne peux pas envisager qu’une réforme soutenue par certains pays avance, quand celle défendue par l’Italie est bloquée”.

Les dirigeants européens se sont donnés jusqu’à décembre pour avancer sur la réforme de la zone euro. (Francesco Guarascio, Blandine Hénault pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below