June 21, 2019 / 12:01 PM / 2 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 12H00 GMT (21/06)

TRUMP MET EN GARDE CONTRE UNE ATTAQUE, PROPOSE UN DIALOGUE

WASHINGTON/DUBAI - Donald Trump a fait parvenir dans la nuit de jeudi à vendredi un message aux autorités iraniennes pour les informer de l’imminence d’une attaque tout en leur faisant part de sa volonté de dialogue, ont déclaré des sources gouvernementales iraniennes.

Le New York Times rapportait plus tôt que le président américain avait approuvé une opération militaire devant cibler vendredi des installations iraniennes avant de se raviser et d’annuler au dernier moment cette riposte à la destruction en vol d’un drone de l’US Navy.

Selon le quotidien, qui cite des représentants de l’administration américaine, le président américain a validé une opération contre une série de cibles iraniennes, telles que des radars ou des batteries de missiles, avant de faire volte-face alors que les avions de combat avaient décollé et que les navires de guerre s’étaient mis en position.

Dans le message qu’il a fait transmettre aux Iraniens par le sultanat d’Oman, Donald Trump assure qu’il ne veut pas d’une guerre avec l’Iran et qu’il veut au contraire discuter avec Téhéran de plusieurs sujets, a rapporté l’une des sources iraniennes de Reuters.

“Il a donné un court délai pour qu’une réponse lui soit donnée, mais dans l’immédiat, notre réponse, c’est qu’il revient à notre guide suprême de se prononcer”, a ajouté cette source.

DES COMPAGNIES ÉVITENT PARTIELLEMENT L’ESPACE AÉRIEN IRANIEN

Certaines compagnies aériennes mondiales ont décidé vendredi d’éviter l’espace aérien contrôlé par l’Iran au-dessus du détroit d’Ormuz et le golfe d’Oman à la suite de la suspension du survol de la zone décrétée par la direction de l’aviation civile des Etats-Unis pour tous les transporteurs américains.

Air France fait savoir que ses avions, qui ne survolent habituellement pas le détroit d’Ormuz, ne sont pas concernés.

—-

SOMMET EUROPÉEN

PAS D’ACCORD SUR LES GRANDS POSTES, NOUVEAU SOMMET LE 30/06

BRUXELLES - Les dirigeants de l’Union européenne tenteront de s’accorder le 30 juin sur les nominations aux grands postes européens, après avoir échoué à le faire lors d’un dîner jeudi à Bruxelles, à l’issue duquel Emmanuel Macron s’est montré très offensif.

Le président français a laissé entendre que les trois candidats à la présidence de la Commission issus des choix des principaux groupes du Parlement étaient désormais écartés, une conclusion plus tranchante que celle de nombreux homologues.

Les trois candidats en question sont Manfred Weber pour le Parti populaire européen (PPE), Frans Timmermans pour les socialistes et Margrethe Vestager pour les libéraux.

Lors d’une conférence de presse, le président du Conseil, Donald Tusk, a déclaré qu’”il n’y a eu de majorité pour aucun candidat”, sans explicitement dire que ce rejet était définitif.

Les dirigeants étaient censés s’accorder jeudi sur les noms des prochains présidents de la Commission, du Conseil et de la de la Banque centrale européenne (BCE) et Haut représentant pour les affaires étrangères. Le choix du prochain président du Parlement relève des seuls députés mais participe d’un même équilibre politique et géographique.

PRIORITÉ DONNÉE AU FINANCEMENT DU BUDGET DE LA ZONE EURO

Les ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) doivent régler en priorité la question des sources de financement du futur budget de la zone euro, ont déclaré vendredi les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne (UE).

Mario Centeno, le président de l’Eurogroupe, a informé le Conseil européen des résultats acquis par les ministres depuis que leur a été confié en décembre la tâche de travailler à un budget de la zone euro et à un mécanisme de garantie des dépôts, entre autres réformes.

“Nous demandons à l’Eurogroupe de rendre compte rapidement des solutions de financement appropriées”, écrivent les chefs d’Etat et de gouvernement au sujet du budget de la zone euro, appelé Instrument budgétaire pour la compétitivité et la convergence.

—-

SUCCESSION DE MAY: JOHNSON ET HUNT, DERNIERS PRÉTENDANTS

LONDRES - Boris Johnson, fervent partisan du Brexit, et Jeremy Hunt, qui avait mené campagne pour le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne, sont les deux derniers prétendants encore en lice pour succéder à Theresa May à la tête du Parti conservateur et du gouvernement britannique.

L’ancien ministre des Affaires étrangères, grand favori de cette “primaire”, et celui qui lui a succédé au Foreign Office ont été retenus à l’issue du cinquième et dernier tour de scrutin organisé au sein du groupe parlementaire conservateur.

La parole est désormais aux quelque 160.000 adhérents du parti, qui vont se prononcer par un vote postal. Le résultat devrait être connu dans la semaine du 22 juillet.

—-

HONG KONG-NOUVELLE MANIFESTATION CONTRE LA LOI D’EXTRADITION

HONG KONG - Plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées vendredi matin à Hong Kong après l’expiration de l’ultimatum adressé à la cheffe de gouvernement, Carrie Lam, par une partie de l’opposition qui exige que Lam renonce définitivement à un projet de loi sur l’extradition vers la Chine continentale.

Environ deux millions de personnes étaient descendues dans les rues de Hong Kong dimanche dernier, au lendemain de la suspension de l’amendement législatif controversé.

Plusieurs opposants au projet de loi ont dit que sa suspension n’était pas suffisante, appelant à la suppression du texte et à la démission de Carrie Lam.

—-

NICE, PREMIER AÉROPORT FRANÇAIS RÉGIONAL RELIÉ À LA CHINE

PARIS - La compagnie nationale chinoise Air China inaugurera dès cet été des vols réguliers entre Pékin et Nice, première liaison directe entre la Chine et un aéroport régional français, a-t-on appris vendredi auprès de la direction du site.

“On en parle depuis 20 ans mais on était crédible pour discuter avec la Chine depuis trois ou quatre ans”, a dit à Reuters le directeur de l4aéroport de Nice Côte-d’Azur, Dominique Thillaud, qui évoque trois rotations hebdomadaires en A330-200, soit 227 sièges.

L’aéroport Nice Côte-d’Azur est actuellement la deuxième plateforme aéroportuaire de France après Paris, avec 13,85 millions de passagers en 2018, et des prévisions autour de 15 millions en 2019.

—-

LES SYNDICATS DE GENERAL ELECTRIC REFUSENT LE PLAN SOCIAL

STRASBOURG - Les syndicats de General Electric ont empêché pour la deuxième fois vendredi la tenue à Belfort d’une réunion avec la direction qui aurait dû ouvrir les négociations sur le plan de suppression d’un millier d’emploi dans la branche des turbines à gaz.

Comme lundi, plusieurs centaines de salariés se sont rassemblés dans le bâtiment où devait avoir lieu la réunion qui a été annulée, a-t-on appris de source syndicale.

“On est tout à fait ouverts à la discussion mais pas dans le cadre du plan social”, a déclaré à Reuters Philippe Petitcolin, secrétaire du comité social et économique et porte-parole de l’intersyndicale qui réunit la CFE-CGC, la CGT et Sud.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below