June 21, 2019 / 10:31 AM / 6 months ago

LEAD 1-Natixis-H2O a enregistré €600 mlns de décollecte depuis le début du T2

(Actualisé avec commentaires d’analystes)

PARIS, 21 juin (Reuters) - La société de gestion britannique H2O Asset Management a enregistré 600 millions d’euros de décollecte depuis le début du deuxième trimestre et son directeur général Bruno Crastes va quitter ses fonctions au sein du comité consultatif (‘advisory board’) de Tennor Holding, a déclaré vendredi un porte-parole de Natixis.

Natixis a aussi précisé que H2O, dont la banque française détient 49,99% du capital, avait représenté au premier trimestre 3% des revenus de Natixis et 6% de son résultat net.

“François Riahi (directeur général de Natixis, ndlr) et Jean Raby (directeur général de Natixis Investment Managers, ndlr) ont demandé à Bruno Crastes de quitter ses fonctions à l’advisory board de Tennor Holding, ce qu’il va faire”, a dit à Reuters un porte-parole de Natixis à la suite d’une conférence téléphonique avec les analystes.

La société Morningstar a décidé de suspendre la notation d’un des fonds de H2O en raison d’inquiétudes sur la liquidité de certains actifs détenus en portefeuille, ce qui a entraîné jeudi un plongeon en Bourse du titre Natixis.

Elle s’est aussi interrogée sur un possible risque de conflit d’intérêts suite à la nomination le mois dernier de Bruno Crastes, le directeur général de H2O, au comité consultatif de Tennor Holding, le fonds d’investissement du financier allemand Lars Windhorst par l’intermédiaire duquel H2O réalise des investissements. et

En Bourse, le titre Natixis creuse ses pertes et cède -4,57% à 3,321 euros à 12h25.

La valeur, qui est au plus bas depuis août 2016, a chuté de 11,76% jeudi, recul qui l’a fait basculer dans le rouge depuis le début de l’année (-11,67% contre +0,19% pour l’indice regroupant les valeurs bancaires européennes sur la période).

Natixis et H2O se sont efforcés jeudi de rassurer le marché sur la liquidité des fonds de la société de gestion britannique.

Mais pour les analystes de Jefferies, c’est désormais sur la gouvernance et l’organisation même de Natixis que les investisseurs s’interrogent après la perte dans les dérivés actions et les sorties de capitaux dans la gestion d’actifs au quatrième trimestre de l’an dernier.

Selon eux, en sanctionnant sévèrement le titre Natixis, le marché a anticipé le pire des scénarios, à savoir la fermeture de H2O.

La banque française, filiale cotée du groupe mutualiste BPCE, s’est développé dans la gestion d’actifs en procédant à plusieurs acquisitions et prises de participations dans des sociétés de gestion auxquelles Natixis laisse des marges d’autonomie.

Et les acquisitions restent au coeur de la stratégie de Natixis dans la gestion d’actifs, notamment en Asie. (Matthieu Protard, avec la contribution de Marc Angrand, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below