June 19, 2019 / 10:08 AM / in 2 months

GESTION-Les marchés enivrés par les banques centrales-Amundi

PARIS, 19 juin (Reuters) - Les marchés financiers vivent sous la dépendance de banques centrales extrêmement accommodantes, au point d’ignorer des risques bien réels, dit-on chez Amundi Asset Management.

“Les marchés sont enivrés par les banques centrales et un peu ‘shootées’ à l’argent abondant et peu cher”, a déclaré mercredi Vincent Mortier, directeur adjoint des gestions chez Amundi, lors d’un point de presse à Paris.

“La conviction sous-jacente est que l’inflation restera basse pendant très longtemps, que les taux resteront bas pendant très longtemps, voire pour toujours, et que les banques centrales seront amenées à prolonger le cycle presque à l’infini.”

Ces propos prennent un relief particulier au lendemain du discours du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, qui s’est engagé à mettre en oeuvre toutes les mesures de stimulation appropriées si l’inflation dans la zone euro refusait toujours de décoller.

Quant à la Réserve fédérale américaine, qui a pris dès le mois de mars un virage vers une politique très accommodante, elle devrait baisser au moins une fois ses taux en 2019 mais pas dans l’immédiat, selon Amundi, qui qualifie de trop optimistes les anticipations des marchés en matière d’assouplissement monétaire aux Etats-Unis.

Les largesses des banques centrales aveuglent les marchés, selon Vincent Mortier.

“Quand on est saoul, on a tendance à ignorer les risques, qui sont pourtant bien présents”, dit-il.

PRUDENCE SUR LES ACTIONS

Au nombre de ces risques figurent notamment les tensions entre les Etats-Unis et leurs partenaires commerciaux mais aussi la viabilité de la dette italienne et la perspective d’un Brexit sans accord, rappelle Amundi.

“La guerre commerciale n’est pas finie du tout et une trêve à court terme ne résoudrait en rien le problème de fond”, prévient Vincent Mortier.

Dans ce contexte, la société de gestion a opté, comme la plupart de ses concurrents, pour une réduction du risque dans les portefeuilles.

“Nous restons prudents sur les actifs risqués, avec une préférence pour le crédit, en privilégiant le portage prudent”, a expliqué Raphaël Sobotka, responsable de la gestion flexible chez Amundi, lors du même point de presse.

Du côté des actions, la société de gestion opte pour une allocation défensive en privilégiant les actions de qualité à la valorisation raisonnable.

La probabilité d’un scénario de risques baissiers est en augmentation, selon Amundi, qui insiste cependant sur le maintien de la demande intérieure et des services grâce à la vigueur du marché de l’emploi.

“Nous ne sous-estimons pas les risques mais la résilience du marché domestique est bien là et il ne faut pas verser dans un pessimisme excessif”, a résumé Didier Borowski, responsable de la recherche macroéconomique pour la société de gestion.

Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below