June 5, 2019 / 4:16 PM / 4 months ago

LEAD 1-Les stocks de pétrole US continuent d'augmenter, production record

(Actualisé avec précisions et contexte)

par David Gaffen

NEW YORK, 5 juin (Reuters) - Les stocks américains de pétrole brut ont encore affiché une hausse inattendue la semaine dernière et les réserves d’essence et de produits distillés ont augmenté plus que prévu, selon les données publiées mercredi par l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA).

L’information a fait chuter de plus de 4% les cours du brut léger américain.

Les stocks de brut ont augmenté de 6,77 millions de barils à 483,26 millions sur la semaine au 31 mai, au plus haut depuis juillet 2017, a précisé l’EIA. Les économistes attendaient en moyenne une diminution de 849.000 barils.

L’agence a expliqué cette hausse par un bond des importations, une production record et une activité inférieure à la normale des raffineries à l’approche de l’été.

Les stocks de brut ont augmenté sur trois des quatre dernières semaines alors qu’ils étaient attendus en baisse, et ce bien que le gouvernement ait puisé en mai dans ses réserves stratégiques.

Leur niveau actuel est supérieur de 6% à la moyenne sur cinq ans à cette période de l’année.

Les importations nettes de brut ont augmenté de 1,1 million de barils par jour (bpj) la semaine dernière et la production américaine a progressé de 100.000 bpj pour atteindre un nouveau record de 12,4 millions de bpj.

Les chiffres des stocks ont fait chuter le contrat juillet sur le West Texas Intermediate (WTI) de plus de 4% à 51,12 dollars tandis que le Brent de mer du Nord reculait de 2,8% à un peu plus de 60 dollars.

Les stocks d’essence ont augmenté de leur côté de 3,21 millions de barils à 234,15 millions la semaine dernière, bien plus que la hausse de 630.000 anticipée par les économistes.

Cette hausse, qui les situe 2% au-dessus de leur moyenne sur cinq ans à cette période de l’année, a surpris les intervenants alors que les Etats-Unis entreront bientôt dans la “driving season”, la période des grands déplacements automobiles estivaux, qui pousse généralement les raffineurs à produire davantage.

Or la demande de carburant a baissé de 0,6% sur les quatre dernières semaines par rapport à la même période un an plus tôt, et celle d’essence a reculé de 1,3%.

Les réserves de produits distillés, qui incluent le diesel et le fioul domestique, ont progressé de 4,57 millions de barils au lieu de la baisse de 499.000 attendue.

Le taux d’utilisation des capacités des raffineries a augmenté de 0,6 point mais pour remonter à seulement 91,8%, contre 94% au même stade de l’année 2018.

Tableau de la statistique (Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below