June 5, 2019 / 1:00 PM / 5 months ago

France-Dati porte plainte pour dénonciation calomnieuse dans l'affaire Ghosn

PARIS, 5 juin (Reuters) - L’ex-ministre de la Justice Rachida Dati a annoncé mercredi par la voix de ses avocats qu’elle portait plainte pour dénonciation calomnieuse contre l’actionnaire de Renault qui est à l’origine de l’enquête du parquet national financier (PNF) sur un contrat passé avec le constructeur automobile.

Le PNF a ouvert le 31 mai une enquête sur cette convention ainsi que sur les contrats conclus par l’expert en questions de sécurité Alain Bauer avec l’alliance Renault-Nissan.

L’ouverture de cette enquête fait suite à la plainte d’une petite actionnaire pour corruption active et passive, abus de biens sociaux et recel, visant Rachida Dati, Alain Bauer et l’ex-PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn, a expliqué à Reuters l’avocat de la plaignante, Me Jean-Paul Baduel.

Cette plainte déposée il y a quelques semaines met aussi en cause le fonctionnement et le rôle d’une entité néerlandaise de Renault-Nissan, RNBV. Mais pour les avocats de Rachida Dati, Mes Hervé Lehman et Olivier Pardo, elle relève d’une campagne calomnieuse contre leur cliente.

Ils accusent dans un communiqué Me Jean-Paul Baduel de diffuser des “propos diffamatoires constituant de fausses informations dans le seul but de déstabiliser Mme Rachida Dati, qui a annoncé sa candidature à la mairie de Paris”.

“Elle est intervenue en qualité d’avocat au terme d’une convention qui respectait toutes les obligations posées par l’Ordre des avocats du Barreau de Paris”, poursuivent-ils.

“Dans ces conditions, Mme Rachida Dati diligente une plainte pour dénonciation calomnieuse à l’encontre de la personne mystérieuse qui a déposé une plainte mensongère” et “fait délivrer une citation directe en diffamation à comparaître” à l’encontre de Me Baduel”, ajoutent les deux avocats.

Mes Hervé Lehman et Olivier Pardo devaient remettre mercredi au PNF les pièces confirmant “la parfaite légalité” de l’intervention de leur cliente.

“Mme Rachida Dati fait en outre toutes réserves sur la recevabilité et le bien-fondé” de la plainte de l’actionnaire de Renault. Renault-Nissan avait une “connaissance parfaite” de sa mission, déclarent-ils : “Rien n’a été caché et tout a été déclaré aux autorités publiques françaises et néerlandaises (...) Mme Rachida Dati (...) ne se laissera pas faire.”

RNBV est aussi dans le collimateur de la justice française dans un autre volet de l’affaire Carlos Ghosn - l’ex-PDG de l’alliance Renault-Nissan poursuivi au Japon sous l’accusation de malversations financières.

Le conseil d’administration de Renault a annoncé mardi qu’une mission d’audit mise en place avec Nissan sur RNBV avait “confirmé des déficiences”, notamment en matière de transparence financière et de contrôle des dépenses.

Il a demandé la mise en oeuvre d’”actions judiciaires aux Pays-Bas” concernant des surcoûts lors de déplacements de Carlos Ghosn en avion, des dépenses engagées par l’ex-PDG, et des dons à des organismes à but non lucratif. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below