June 2, 2019 / 1:53 PM / in 18 days

Rome dit vouloir éviter le conflit avec Bruxelles

ROME, 2 juin (Reuters) - Le gouvernement italien est persuadé qu’il pourra trouver un compromis avec Bruxelles et échapper aux sanctions qui pourraient s’abattre sur lui en raison du dérapage de ses finances publiques, a déclaré dimanche le ministre de l’Economie Giovanni Tria.

La Commission européenne a demandé officiellement mercredi à l’Italie de s’expliquer sur la détérioration de ses comptes publics, une démarche qui pourrait aboutir dès la semaine prochaine à l’ouverture d’une procédure disciplinaire contre Rome.

Dans la réponse qu’il a adressée à Bruxelles, Giovanni Tria a mis les difficultés italiennes sur le compte du ralentissement économique et s’est engagé à respecter les règles budgétaires européennes dans son prochain budget.

Selon le quotidien italien La Repubblica, la Commission européenne ne s’est pas satisfaite de cette réponse jugée trop vague.

“L’Italie ne veut pas se fâcher ave la Commission européenne et j’espère qu’elle non plus”, a déclaré Giovanni Tria à Reuters. “Notre position est raisonnable et je pense que nous trouverons in fine un compromis avec la Commission.”

Selon le commissaire européen aux affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, l’exécutif européen fera des “propositions” la semaine prochaine à l’Italie.

“C’est la semaine prochaine que la Commission européenne doit faire des propositions sur l’Italie”, a-t-il déclaré sur France inter, en confirmant avoir envoyé cette semaine une lettre au ministre des Finances italien.

“S’ils ne respectent pas du tout les règles, alors il faudra que la Commission européenne et les Etats européens prennent leurs responsabilités”, a-t-il ajouté.

“L’Europe, c’est aussi une copropriété, il y a des règles que tout le monde observe. On ne peut en avoir un seul qui s’assied dessus. De ce point de vue là, il faudra quand même trouver un terrain commun”, a-t-il poursuivi.

Il précise toutefois n’avoir “sanctionné personne” depuis cinq ans et dit favoriser autant que possible le dialogue avec le gouvernement italien. (Giselda Vagnoni et Silvia Aloisi, avec Jan Strupczewski à Bruxelles et Caroline Pailliez à Paris;, Nicolas Delame pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below